A la uneBusinessEuropeTV

Citron, le chatbot qui veut répondre à toutes les envies sur Facebook Messenger

Citron se place sur le marché en plein essor des chatbots, mais pas n'importe lequel. Cet assistant jaune, qui permet de répondre à vos demandes (restaurants, sorties, etc.) directement sur Facebook Messenger, mise sur le bot intégré au réseau social, le segment le plus porteur de la catégorie.  Avec 2,3 milliards de personnes qui utilisent les réseaux sociaux, le potentiel est de fait colossal. Les services associés aux conversations et aux humeurs du jours quasi illimités. Au global, le marché des bots doit, lui, croître de plus de 37% par an jusqu'en 2021, d'après une étude

Ce potentiel-là, Louisa Mesnard, cofondatrice du chatbot de géolocalisation et de recommandation, l'a bien identifié. Deux ans à peine après la fin de ses études, cette ancienne globe-trotteuse du «W Project», s'est associée à deux ingénieurs pour réaliser les premiers tests grandeurs nature. «C'est un robot à construire, qui s'adapte en permanence (…) Le robot se forme autour de la data», explique Louisa Mesnard. 

Sans dévoiler la recette du chatbot Citron, elle précise que celui-ci «les mots» et sur la discussion. Côté modèle, Citron veut par exemple intégrer prochainement la réservation d'un lieu et le paiement. Une première levée de fonds est prévue pour 2017. 

Fondateur: Louisa Mesnard, Julien Dauger, Robin Derrida

Siège: Paris

Date de création: 2016

Effectifs: 3

Tags

Jeanne Dussueil

Pour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.
Citron, le chatbot qui veut répondre à toutes les envies sur Facebook Messenger
Innovation de rupture: le fonds pour l’innovation n’a rempli que 20% de ses objectifs l’an passé
En France, les levées de fonds en cryptoactifs se raréfient
Health Tech : Hoppen acquiert Cineolia pour poursuivre la digitalisation des établissements de santé
Pourquoi la 5G enflamme tant les débats?
Beyoncé, nouvelle source d’inspiration pour les communicants?
Covid-19: des grandes écoles tentent le campus virtuel