ActualitéAmérique du nordEurope

Clap de fin ou changement de cap pour le distributeur de jeux vidéo GameStop?

La dématérialisation des jeux vidéo aura fini par l’emporter sur GameStop, distributeur majeur du secteur et propriétaire depuis 2008 du Français Micromania-Zing. L’enseigne, qui doit faire face à des plateformes en ligne telles que Steam, le Store Xbox ou le Playstation Network, tente de se relever d’une sévère chute en Bourse fin janvier après qu’elle a annoncé mettre un terme à sa recherche de repreneur lancée en juin 2018.

« Le conseil d’administration de GameStop a mis un terme à ses efforts déployés pour vendre l’entreprise à cause d’un manque de financements disponibles dans des conditions qui seraient commercialement acceptables pour un éventuel acquéreur », a noté le distributeur dans un communiqué.

La recherche d’alternatives

La recherche d’acquéreurs faisaient partie de « l’examen d’un  large éventail d’alternatives » lancé pour accroître la valeur actionnariale de la société.

Sauf que l’enseigne cumule aujourd’hui une dette de 816 millions de dollars et doit trouver d’autres solutions si elle veut survivre. La vente le 16 janvier dernier de sa filiale Spring Mobile pour près de 735 millions de dollars lui a permis d’alléger sa dette, mais l’opération n’a pas suffi.

Le conseil d’administration indique être toujours en train « d’évaluer la meilleure utilisation de ces bénéfices ». En plus de réduire la dette de GameStop, ils pourraient également financer le rachat de titres, ou réinvestir dans les jeux vidéo ou les objets de collection, ou encore une combinaison de toutes ces options.

Pour cela, GameStop devra sans doute d’abord conclure sa quête d’un nouveau CEO « hautement qualifié » et « permanent ». Une recherche lancée en mai 2018 après le départ de Michael K. Mauler, arrivé trois mois plus tôt.

A noter également que GameStop détient plus de 5 800 boutiques dans 14 pays. Parmi son réseau se trouvent également le magazine Game Informer, le site ThinkGeek, et le site Simply Mac. Autant de filiales qui pourraient fermer pour tenter de sauver cet acteur historique du jeu vidéo dans le monde.

Patrick Randall

Journaliste chez FW - DECODE MEDIA. Pour contacter la rédaction : redaction.frenchweb@decode.media

Sur le même sujet

Share This