ActualitéRetail & eCommerce

Clic2Buy, cette start-up française qui prépare les marques à vendre sur YouTube, les « fan pages »…

Lancé aujourd’hui, le produit est en production depuis mars

clic2buyL’idée est née il y a deux ans lorsque Guirec Tiberghien, un ancien de l’e-mail marketing, et Franck Ibled – qui a un profil plus financier – s’intéressaient aux comparateurs de drive qui se multiplient depuis quelques mois et lèvent des fonds pour se développer. Mais ils ont rapidement bifurqué pour lancer Clic2Buy.

« Les marques communiquent sur leurs produits mais jamais sur les magasins où il est possible de les acheter ». Plutôt que de proposer la comparaison de produits, les deux entrepreneurs ont travaillé deux ans sur la recherche et développement pour lancer aujourd’hui même – les statuts de la société ont été déposé en juin 2013 – une solution qui répond à ce besoin.

« Nous ajoutons un widget qui s’intègre à tous les supports de communication des marques à partir duquel chaque internaute peut savoir où trouver le produit près de chez lui, et le commander en l’ajoutant directement au panier de l’e-commerçant depuis le widget » explique M. Tiberghien. Les marques franchissent donc un pas supplémentaire vers l’e-commerce en communiquant non seulement sur leurs produits, mais aussi sur les lieux de distribution. Clic2Buy espère les convaincre d’insérer son plugin à leurs sites Internet, e-mails, bannières publicitaires ou même depuis YouTube. « La plupart des visiteurs des sites des marques s’y rendent pour acheter un produit. Nous envoyons donc du trafic qualifié, ciblé et propice à l’achat ».

Pour le moment, l’entreprise cible surtout les drives de supermarchés (Auchan, Carrefour, Casino, Monoprix, Chronodrive, Leclerc, Cora…) car « ils génèrent 20 fois plus de chiffre d’affaires que les acteurs de la livraison à domicile. Le marché du drive devrait atteindre cette année les 4 milliards d’euros. L’an passé, 1 000 ouvertures de drives ont été enregistrées en France ». Sur les deux ans de R&D, l’essentiel a d’ailleurs été porté sur l’étude de marché et le temps passé avec les distributeurs pour comprendre leurs attentes. Le développement de la plateforme a par la suite été confié à de nouvelles recrues avec un défi de taille : uniformiser les systèmes d’informations qui varient d’un distributeur à l’autre. Lourde tâche. Le produit en main, la start-up lilloise a par la suite convaincu les commerçants avec une promesse : aucune commission sur les ventes générées. Son modèle économique repose sur un flat fee, un coût fixe, mais il est encore en phase de test and learn. Autrement dit, des ajustements peuvent encore survenir.

clic2buySur le territoire français, les concurrents ne devraient pas tarder à débarquer. Peut-être de l’étranger. Au Royaume-Uni, SlingShot Shopping s’est déjà positionné sur ce marché depuis 2013 et pourrait bientôt avoir des ambitions européennes. Aux Etats-Unis, Channel Intelligence propose également ses services… et a été racheté en février 2014 par Google pour 125 millions de dollars. Clic2Buy prend donc de l’avance dans l’hexagone avec déjà 3 000 drives dans son portfolio et multiplie les partenariats. Basée à EuraTechnologies, à Lille, Clic2Buy compte aujourd’hui une dizaine de collaborateurs et vient de boucler un financement supérieur à 1 million d’euros auprès d’investisseurs, de business angels et d’un accompagnement de la Bpi France. Prendre de l’avance, et accélérer.

Olivier Harmant

Crédit photo: Fotolia, banque d’images, vecteurs et videos libres de droits
Tags
Plus d'infos

Olivier Harmant

Pour contacter la rédaction: cliquez ici Devenez "la start-up de la semaine" : faites-vous connaitre! Ajoutez un événement à notre agenda: cliquez ici

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Share This
Fermer