ActualitéBusinessIndustrieTech

Cyberattaque: l’industriel Tarkett victime d’une attaque depuis plusieurs jours

AFP

L’industriel français Tarkett, spécialiste des revêtements de sols, est frappé depuis plusieurs jours par une cyberattaque qui affecte son activité à plusieurs titres, a-t-il annoncé lundi. « Depuis le 29 avril 2020, Tarkett est victime d’une cyberattaque affectant une partie de ses opérations, malgré les mesures de sécurité informatique mises en place par le groupe », a-t-il déclaré dans un communiqué. « Les activités commerciales et la production restent perturbées », a-t-il précisé, promettant un retour à la normale « le plus rapidement possible ».

Le groupe précise avoir « immédiatement » arrêté son système informatique et assure avoir mis en place les mesures nécessaires pour protéger les données de ses clients et de ses employés. Depuis le début de 2019, plusieurs entreprises ont dû expliquer à leurs actionnaires qu’elles avaient perdu des dizaines de millions d’euros de chiffre d’affaires à cause de cyberattaques paralysantes pour leur activité.

Le groupe français d’analyses Eurofins a ainsi estimé avoir perdu 69 millions d’euros de revenus en raison d’une attaque au rançongiciel qui avait interrompu son activité pendant 17 jours en juin 2019. La liste de victimes comprend aussi le producteur norvégien d’aluminium Norsk Hydro et, en France, les groupes Essilor, Altran, Fleury-Michon et Bouygues, qui a néanmoins assuré que ses comptes n’avaient pas été affectés.

La rédaction

Pour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.
Bouton retour en haut de la page
Cyberattaque: l’industriel Tarkett victime d’une attaque depuis plusieurs jours
eCommerce : l’aventure Mirakl racontée par Elaia
Comment la FinTech suédoise Klarna veut conquérir la France
Le cloud open source, ça change quoi?
4 questions sur la pénurie de semi-conducteurs qui déstabilise l’industrie mondiale
Amazon s’est vu infliger une amende record pour non respect du RGPD
Deliveroo envisage de quitter l’Espagne, où les livreurs devront bientôt être salariés