ActualitéBusinessMedia

Dailymotion pourrait passer dans le giron de Yahoo!

Selon les informations du Wall Street Journal, la plateforme Dailymotion, détenue à 100% depuis janvier dernier par France-Télécom Orange pour un montant de 168M €, pourrait passer sous le contrôle de l’américain Yahoo!.

dailymotion-logo

S’appuyant sur des sources proches du dossier, le quotidien précise que la société américaine pourrait racheter 75% du capital de la plateforme de vidéos française.

L’opération serait toujours en cours de négociation et pourrait valoriser Dailymotion près de 300M $ (233M €).

Pour rappel, en janvier dernier, une source proche du dossier avait précisé qu’Orange cherchait un partenaire américain pour doper la croissance de le plateforme à l’international.

En 2007, lors d’une interview accordée au magazine Challenges, les fondateurs de Dailymotion avaient révélé avoir refusé une offre de rachat de 350M $. L’identité du potentiel acquéreur n’avait pas été dévoilée…

Selon les derniers chiffres de ComScore, Dailymotion serait la 12ème plateforme vidéo la plus populaire à l’échelle mondiale avec 116M de vidéonautes uniques enregistrés sur le mois de janvier 2012.

Pour l’heure, aucune des parties n’a souhaité commenter cette information. Cette acquisition serait la 1ere depuis l’arrivée de Marissa Mayer aux commandes de Yahoo!. La dernière acquisition daterait de 2011.

La rédaction

Pour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.

2 commentaires

Bouton retour en haut de la page
Dailymotion pourrait passer dans le giron de Yahoo!
RGPD: Amazon fait appel de son amende de 746 millions d’euros en Europe
NFT: avec « Sotheby’s Metaverse », la célèbre maison de vente aux enchères s’installe durablement dans le secteur
OVHcloud: le champion français entre en Bourse pour une valorisation à 3,5 milliards d’euros
FinTech : PaySika, une néobanque à la conquête de l’Afrique francophone
Pourquoi Microsoft va-t-il fermer LinkedIn en Chine?
Cyberattaque: face aux rançongiciels, les acteurs de la cybersécurité veulent contre-attaquer