ActualitéMedia

[Débat] Propos racistes : faut-il contraindre Twitter à modérer ?

Jeudi 24 janvier, le tribunal d’instance de Paris est finalement allé dans le sens des associations qui demandaient de contraindre Twitter à livrer les identités des comptes Twitter, à l’origine de propos racistes sous le mot-dièse « #unbonjuif #unjuifmort en octobre dernier.

Le tribunal avait 2 options : se déclarer incompétent au vue de l’imbroglio juridique lié aux différences de cadres légaux français et américains, ou au contraire, interpeller Twitter aux Etats-Unis, en l’obligeant à se contraindre aux règles françaises et livrer ses données.

La question de la liberté totale d’expression de Twitter est en jeu, à l’heure où la marque à l’oiseau bleu affine encore son modèle et la monétisation de son audience (5 millions d’utilisateurs en France).

Peu avant la décision du tribunal, FrenchWeb avait invité sur son plateau Jérémie Mani, Président de Netino et spécialiste de la modération, et Tristan Rouquier, en charge du social media chez SOS Racisme :

Tags
Adobe

Marion Moreau

Pour contacter la rédaction: cliquez ici Devenez "la start-up de la semaine" : faites-vous connaitre! Ajoutez un événement à notre agenda: cliquez ici

Sur le même sujet

6 thoughts on “[Débat] Propos racistes : faut-il contraindre Twitter à modérer ?”

  1. Le débat est intéréssant, mais utopiste …

    Techniquement il est possible de mettre en place des solutions pour lutter contre le racisme avec par exemple la possibilité de signaler des abus ou en se basant sur des listes de mots clés. Twitter lutte bien contre le spam (bots, ewhoring & co), il pourrait lutter contre le racisme.

    Mais à la différence du spam, la question du racisme soulève des questions de Droit International Privé et des différents droits nationaux (loi du for). Il est complètement insensé d’imaginer Twitter mettre en œuvre les règles complexes du DIP est des 300 différents droits nationaux à chaque fois qu’un tweet litigieux est posté. Sachant qu’il est possible que différents droit nationaux aient vocation à s’appliquer à chaque fois et qu’il y ait des conflits de compétence.

    Ensuite imaginez que l’Italie veuillent par exemple appliquer le droit canonique (exemple fictif et délirant) qui interdit le divorce, il faudrait aussi que Tweeter surveille les hastag sur le divorce ? En gros le calcul de la complexité de la tache serait :
    (nombre_de_lois_national X nombre_de_pays) + Application_du_DIP

    C’est impossible …

    Et bien sûr d’un point de vu économique c’est encore moins réalisable.

    Après c’est sûr que le racisme fait boule de neige, mais à chacun de lutter contre en ridiculisant ceux qui tiennent de tels propos.

  2. Ce n’est pas le média que l’on doit censurer, mais les personnes qui l’utilisent à mauvais escient.

    C’est ici ou l’intérêt de communauté prend tout son sens, signalons ces gens qui pourrissent littéralement les réseaux sociaux avec leurs propos indigestes.

  3. En tout cas, je dois admettre m’être bien trompé dans mon pronostique. La Juge a pleinement donné raison aux Associations Anti Raciste au détriment de Twitter…

    Maintenant, je suis bien curieux de voir quel dispositif Twitter va mettre en place et avec quelle efficacité. Les signalements sur Facebook ne sont quasiment jamais suivi d’effets ou alors après de nombreux mois.

    Il ne faut donc pas s’attendre à ce que les choses changent.

  4. La solution n’est pas simple.
    Soit on fait comme suggère PH de Kaliseo, on censure tout ce qui n’est pas acceptable en tenant compte des lois pays par pays et tout le monde sait qu’il y a des pays avec des lois à la con.
    Soit on fait comme le dit Charlie Fernandeaz, on interdit Internet à toutes les personnes qui ne respectent pas les règles. Mais, quand on met ensemble toutes les règles de tous les pays, il va plus y avoir grand monde sur Internet.

    Finalement, le mieux, ça ne serait pas de fermer Twitter et tant qu’on y est aussi, Internet… non ?

  5. +Jérémie Mani : pronostiC

    Je crois que twitter a toujours dit qu’il attendait une décision de justice pour prendre des mesures. Donc pour moi, tout se passe comme prévu.

    Tant qu’une plainte n’est pas suivie d’effet via une décision de justice, twitter continuera de ne pas en tenir compte.

    Je ne vois pas bien comment faire autrement. C’est à la communauté twittos d’être vigilante et de signaler à qui de droit (en france les assos type sos racisme, mrap etc qui ont vocation a porter plainte et suivre le process juridique, ailleurs les twittos du pays concerné sauront) dès qu’un abus est constaté.

  6. En tout cas, je sens qu’on va « rigoler » quand on va commencer à parler de rapatriement des données des utilisateurs coupables de ces propos.

    Celle-ci étant stockées aux USA, la justice française va s’heurter à une muraille…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Share This