ActualitéRetail & eCommerce

Dell accepte désormais les paiements en Bitcoin

Le Bitcoin devient de plus en plus populaire. Alors que la monnaie virtuelle n’intéressait que certains adeptes, elle s’élargit à un nombre toujours plus grand de consommateurs au point tel que de grandes enseignes l’acceptent comme moyens de paiement. Dernier en date: Dell.

Le constructeur américain d’ordinateur accepte désormais le Bitcoin pour l’achat de ses produits via son site Internet Dell.com, devenant le plus grand commerçant à l’accepter. Une option cependant disponible que pour les particuliers, les grands comptes devant se contenter des devises traditionnelles.

D’autres enseignes à venir

Pour cela, la firme américaine a noué un partenariat avec Coinbase, une solution open source de portefeuille électronique spécialisée dans le Bitcoin. Le parcours du consommateur reste identique, si ce n’est que celui-ci est invité à suivre un guide sur le processus de paiement au moment de régler ses achats.

En novembre dernier, John Donahoe, le PDG d’eBay, affirmait réfléchir à accepter le Bitcoin sur la marketplace américaine« La monnaie virtuelle est sur le point de devenir quelque chose de très puissant » déclarait-il alors. En France, Monoprix affirmait en avril dernier vouloir accepter la devise dans ses enseignes avant la fin de l’année.

dell-bitcoin

Crédit photo: Fotolia, banque d’images, vecteurs et videos libres de droits

La rédaction

Pour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.
Bouton retour en haut de la page
Dell accepte désormais les paiements en Bitcoin
Face à Starlink, OneWeb lève 400 millions de dollars auprès de SoftBank et Hughes
[Webinar] Accès aux services digitaux & identité digitale : comment répondre aux attentes de vos clients ?
CES: Drones désinfectants, masques intelligents… quelles sont les dernières innovations anti-Covid?
Streamland Media rachète les activités post-production de Technicolor pour 30 millions d’euros
Microsoft
Covid-19: Microsoft, Salesforce et Oracle travaillent sur un passeport de vaccination
Robots logistiques: pourquoi Scallog se lance aux Etats-Unis