ActualitéBusinessMarketing & Communication

Des « retards dans l’exécution » gênent Criteo dans son plan de transformation

AFP

Le groupe français spécialisé en ciblage publicitaire en ligne Criteo a revu mardi à la baisse ses prévisions de croissance en 2019. Il a invoqué des « retards dans l’exécution » de son plan de transformation, après des résultats qui ont déçu en stagnant au premier trimestre.

Criteo, fondée en 2005 en France et cotée depuis 2013 au Nasdaq américain, table désormais sur une croissance organique de son chiffre d’affaires hors reversement aux partenaires (ou « revenu ex-TAC », son indicateur de référence) comprise entre 0 et 2% pour 2019, contre une fourchette annoncée auparavant d’entre 3% et 6%.

Un bénéfice net en légère hausse, mais inférieur au consensus des analystes

Au premier trimestre, le revenu ex-TAC s’établit à 236 millions de dollars, en baisse de 2% sur un an, mais en progression de 2% à taux de change constant, conformément à l’objectif annoncé en février. Le chiffre d’affaires du groupe ressort à 558 millions de dollars (-1% mais +3% à taux de change constant) et son bénéfice net à 21 millions de dollars, en légère hausse de 1% mais inférieur au consensus des analystes compilé par Factset, qui prévoyait 28 millions.

« Nous progressons sur plusieurs de nos priorités clés« , a estimé le PDG du groupe Jean-Baptiste Rudelle. Mais il reconnaît que « 2019 sera une nouvelle année de transition » pour son entreprise. « Certains des nouveaux outils que nous construisons pour transformer notre entreprise vont mettre plus de temps que prévu à générer les bénéfices attendus« , a détaillé l’entreprise française au sujet des objectifs. « En conséquence nous adoptons une approche plus modeste vis-à-vis de notre perspective de croissance en 2019 (…) ».

Réduire la dépendance au ciblage

Alors que le marché publicitaire traverse une forte mutation technologique et réglementaire, Criteo cherche à réduire sa dépendance à son métier historique, basé sur les cookies qui permettent de cibler de nouveau des consommateurs ayant déjà repéré des produits en ligne. Le groupe a ainsi conçu une plateforme sur laquelle ses clients peuvent configurer et contrôler leurs campagnes publicitaires. Et il investit sur les technologies de ciblage des consommateurs sur mobile, devenues incontournables.

Le revenu ex-TAC dérivé des applications mobiles a grossi de 32% en un an, et celui des « nouveaux produits » de 74%. Mais ils ne représentent encore que 9% du total. En 2017, Criteo avait dû abaisser plusieurs fois ses prévisions de croissance suite à des changements du système d’exploitation chez Apple, qui rendaient plus difficile le suivi publicitaire des internautes par des cookies et ont pesé lourdement sur l’activité de l’entreprise.

Le groupe a aussi dû faire face en 2018 au Règlement européen sur la protection des données (RGPD), qui oblige notamment depuis un an les sites internet à obtenir le consentement de leurs utilisateurs avant de collecter des informations personnelles.

Bouton retour en haut de la page
Criteo
Des « retards dans l’exécution » gênent Criteo dans son plan de transformation
[Série C] La startup belge Cowboy lève 80 millions de dollars pour accélérer la vente de ses vélos électriques connectés aux États-Unis
Comment 800 Tech contribuent à l’innovation de Cdiscount
La stratégie de Teads pour s’imposer sur le marché très compétitif de la pub digitale
Redressement judiciaire pour Sigfox, à la recherche de nouveaux acquéreurs.
[Série B] Pretto lève 30 millions d’euros pour déployer sa plateforme en B2B
Que propose Google pour remplacer les cookies publicitaires?