BusinessComStartup

[Dossier] Le cas Linkeol / Linkedin, ou les enjeux du naming

A l’origine de ce dossier ouvert par FrenchWeb, un courrier du cabinet d’avocats parisien Law Offices Kopacz, représentant en France du réseau social professionnel américain LinkedIn, à destination de Gilles Dulucq, Président-Fondateur de Linkeol, plateforme relationnelle entre porteurs de projets et experts. LinkedIn demande à Linkeol de retirer sa marque et les noms de domaines associés, aux motifs qu’il y aurait similitude entre les deux marques et que Linkeol « couvre des services identiques ».

Voici trois entretiens pour comprendre les enjeux propres à ce cas et élargir le débat aux best practices et précautions à prendre en matière de naming des startups : Gilles Dulucq de Linkeol, Maître Richard Milchior du cabinet Granrut Avocats et Marcel Botton, fondateur de Nomen.

Gilles Dulucq détaille le « dossier LinkedIn » et les raisons pour lesquelles il estime que Linkeol, lancé fin 201, n’entre pas en « concurrence » avec le géant américain.


Maître Richard Milchior du cabinet Granrut Avocat, consultant régulier de FrenchWeb, évoque les conditions de recevabilité de la demande de LinkedIn et les précautions à prendre lorsqu’on créé une start-up.

 

Nomen International, créé par Marcel Botton en 1981, est aujourd’hui un des leaders dans la création de noms de marques et de produits. Nomen a ainsi trouvé plus de 1500 noms, certains très célèbres : Pôle Emploi, Areva, Wanadoo, PriceMinister… Marcel Botton, expert et passionné de linguistique et d’économie, livre quelques petits secrets pour éviter les pièges et s’imposer sur son marché.

Tags

Marion Moreau

Pour contacter la rédaction: cliquez ici Devenez "la start-up de la semaine" : faites-vous connaitre! Ajoutez un événement à notre agenda: cliquez ici

Sur le même sujet

3 thoughts on “[Dossier] Le cas Linkeol / Linkedin, ou les enjeux du naming”

  1. En même temps demander son avis à Pierre Botton… C’est quand même lui a convaincu la direction de Snecma de prendre pour nom SAFRAN alors que le .COM était hors de portée, au motif que ce n’était pas grave, on le rachèterait. Maintenant ce DNS est entre les mains de son principal concurrent et ils sont mal;=))

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Share This