ActualitéBusinessEuropeHealthcareInvestissementsLes levées de fonds

E-santé: Wefight lève 1,8 million d’euros pour lutter contre la solitude des patients

La France compte aujourd’hui près de 226 000 médecins en activité, soit 3,4 médecins pour 1 000 habitants, selon des chiffres du gouvernement. Cela place l’Hexagone, où 98% de la population se trouve à moins de dix minutes en voiture d’un médecin généraliste, dans la moyenne de l’OCDE. Mais la France compte également de moins en moins de médecins généralistes en activité, en raison principalement du départ à la retraite de nombreux praticiens et une faible compensation du côté des nouvelles générations. Le nombre a décru de 97 000 à 88 000 entre 2007 et 2017 et devrait encore baisser à environ 77 000 d’ici à 2025, selon le Conseil de l’ordre des médecins. Aujourd’hui, 47% des effectifs ont dépassé les 55 ans et 30% ont plus de 60 ans. La profession de médecin généraliste tend en outre à basculer d’un exercice libéral à un exercice salarié ou mixte: en moyenne, les médecins salariés effectuent moins d’heures de consultation que leurs confrères libéraux. En 2020, le pays devrait compter davantage de médecins généralistes que de libéraux.

Ajoutés à des inégalités territoriales et d’accès à certaines spécialités, ces éléments résultent en une fracture médicale que le gouvernement tente d’enrayer avec le plan « Ma Santé 2022 ». Celui-ci doit lutter contre les déserts médicaux, la pénurie de soignants, l’augmentation des coûts liés aux soins et l’augmentation du nombre de maladies chroniques. L’ambition est notamment de favoriser les traitements à domicile et de raccourcir la durée de séjour dans les établissements de santé, ce qui peut toutefois venir complexifier le parcours de soins pour les patients, qui peuvent se retrouver isolés face à des maladies graves et des traitements en constante évolution.

Wefight: une première levée contre les ré-hospitalisations

Du côté des entreprises, certains acteurs agissent également dans ce cadre. C’est le cas par exemple de Wefight, start-up française qui propose un agent conversationnel à destination de patients atteints de cancers et de maladies chroniques. L’entreprise a levé 1,8 million d’euros auprès d’Investir &+ et des réseaux Angels Santé, Badge et Melies Business Angels. Il s’agit du premier tour de table de l’entreprise incubée à Cap Oméga à Montpellier et à Station F à Paris par l’incubateur iPeps de l’Institut du cerveau et de la moelle épinière à l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière.

Fondé en 2017 par Benoît Brouard et Pierre Nectoux, Wefight a développé une interface conversationnelle baptisée Vik destiné à répondre aux questions de patients en lien avec leur maladie, leur traitement ou leur parcours de soins. La start-up s’est donnée pour mission de lutter contre la solitude des patients face à leur maladie. Selon elle, cette isolement peut se traduire en un manque d’informations, et ainsi en complications et ré-hospitalisations. Aujourd’hui, Vik est disponible pour plusieurs maladies : le cancer du sein, l’asthme, la migraine et la dépression. Wefight affirme accompagner plusieurs milliers de patients.

« Un patient qui comprend sa maladie et qui est adhérent à son traitement aura moins de rechutes et de complications. C’est le principe de l’éducation thérapeutique mais appliqué de manière interactive, personnalisée et à grand échelle », affirmaient Benoît Brouard et Pierre Nectoux auprès de FrenchWeb l’année dernière. Parmi la concurrence de Wefight figurent des solutions de suivi patient, mais aussi les forums ou réseaux sociaux de patients.

Avec ce financement, Wefight entend accélérer le développement de sa solution Vik dans plus de 30 maladies d’ici 2020.

Wefight: les données clés

Fondateurs: Benoît Brouard et Pierre Nectoux
Création:
2017
Siège social:
Paris, Montpellier
Activité:
interface conversationnelle à destination de patients atteints de cancers et de maladies chroniques
Financement: 1,8 million d’euros en juillet 2019

Tags

Patrick Randall

Journaliste chez FW - DECODE MEDIA. Pour contacter la rédaction : redaction.frenchweb@decode.media
Copy link