ActualitéDistribution

eBay s’intéresse au bitcoin

« La monnaie virtuelle est sur le point de devenir quelque chose de très puissant ». Cette phrase aurait pu faire mouche, mais lorsqu’elle est prononcée par John Donahoe, le PDG d’eBay, interviewé par le Financial Times, elle prend une toute autre ampleur. Le géant américain du e-commerce réfléchirait, selon lui, à la possibilité d’élargir la palette des devises acceptées afin d’intégrer des monnaies virtuelles, dont le bitcoin.

Sa filiale PayPal, qui comptabilise plus de 137 millions d’utilisateurs enregistrés dans 193 marchés différents, dont 5 millions de plus sur le seul troisième trimestre de l’année, fait clairement figure de leader sur le marché des paiements en ligne. Elle a cumulé plus de 44 milliards de dollars de volume total de paiements de juillet à septembre.

Mais alors que de nombreux concurrents, parfois de poids, peinent à contrebalancer sa domination, les monnaies virtuelles peuvent potentiellement lui faire de l’ombre. C’est en tout cas ce que pensent de nombreux experts du secteur au point qu’en avril dernier, M. Donahoe avait déjà déclaré au Wall Street Journal surveiller de près l’émergence de ces nouvelles devises.

Une devise officielle en Allemagne

Il faut dire que les chiffres du bitcoin donnent le tournis. Son cours avait dépassé les 266 dollars le 10 avril dernier, juste avant de connaître une forte dépréciation créant la panique. Qu’à cela ne tienne, il a rebondit à 197 dollars en octobre après avoir crû de 30 dollars en une seule journée. En perpétuelle croissance, il y a près de 12 millions de bitcoins en circulation pour une moyenne de 1 537 unités échangées chaque heure selon le site Bitcoin Charts, en date du 4 novembre.

Face à cette émergence, l’Allemagne a même reconnu officiellement cette devise en août dernier afin d’intégrer les profits générés par son biais dans l’assiette imposable. Une décision qui emboîte le pas au fisc canadien qui, en avril, rappelait à ses concitoyens que les revenus générés via cette monnaie n’étaient pas exemptés de taxes.

Résultat, les acteurs du e-commerce pourraient être tentés de s’adapter à leur tour plutôt que de laisser se développer seul le bitcoin, au risque de leur grignoter des parts, même de façon marginale. Une telle annonce d’eBay n’est donc pas vraiment une surprise, l’objectif étant non pas de séduire la masse de consommateurs, mais de diversifier sa monétisation.

En marge du système bancaire

Mais l’acceptation de monnaies virtuelles comme intermédiaire d’échange est susceptible de soulever des questions en terme de sécurité. Celles-ci n’étant pas l’émanation d’un Etat, d’une institution ou d’une banque centrale, les opérations s’effectuent de pair-à-pair (peer-to-peer, ndlr) et le manque de traçabilité dans les transactions posent des problèmes, notamment en matière d’anonymat dans les échanges.

Ce type de devise est en effet encore associé à de nombreuses activités illégales. En 2012, suite à la fermeture du site de vente de drogues en ligne Silk Road, qui sollicitait largement le bitcoin comme utilitaire d’échange afin de garantir l’anonymat, le FBI, qui a fermé le site, révélait que 174 000 unités avait été saisies, soit 1,4% du volume total en circulation.

Tags
Microsoft Experiences les 3 et 4 octobre 2017

Olivier Harmant

Pour contacter la rédaction: cliquez ici Devenez "la start-up de la semaine" : faites-vous connaitre! Ajoutez un événement à notre agenda: cliquez ici

Sur le même sujet

2 thoughts on “eBay s’intéresse au bitcoin”

  1. « Les transactions restent encore opaques ».

    Euh… c’est totalement faux pusque la totalité des transactions sont publiques.
    Et sinon, aux dernières nouvelles l’euro et le dollar étaient aussi sont associés à de nombreuses activités illégales

  2. Très honnêtement est-ce que ce genre d’annonce a vraiment un sens? Est ce que l’acheteur, ou le vendeur, lambda a vraiment envie de payer, ou d’être payé, avec une valeur monétaire aussi instable? Et donc jouer au loto dès qu’il veut acheter ou vendre? Laissez moi émettre des doutes…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Share This