ActualitéAsieBusinessTech

En Chine, le paiement s’effectue désormais par reconnaissance faciale

AFP

Plus besoin d’argent liquide, de carte bancaire, ni même de smartphone: les consommateurs chinois peuvent désormais payer leurs achats en scannant leur visage, dans un pays où la reconnaissance faciale connaît un essor fracassant. La Chine est déjà très avancée en matière de paiement mobile, mais cette nouvelle technologie, actuellement déployée au niveau national, ringardise désormais même les codes QR. «Plus besoin de prendre votre téléphone avec vous. Vous pouvez sortir faire des achats sans emmener quoi que ce soit», s’enthousiasme Bo Hu, directeur des services informatiques de la chaîne chinoise de boulangeries Wedome.

Cette populaire enseigne, qui propose pains et viennoiseries occidentales adaptées au goût des Chinois, utilise déjà des terminaux de reconnaissance faciale dans une centaine de points de vente. «Payer sans rien, ce n’était pas possible au début des paiements mobiles (réalisés avec des codes QR). Mais c’est aujourd’hui possible grâce à l’essor de la reconnaissance faciale», explique-t-il. Cette dernière est déjà très utilisée en Chine: pour passer commande chez KFC, pour repérer des fugitifs dans la foule, des personnes qui traversent en dehors des passages piétons, ou encore pour débloquer l’accès à son lieu de travail.

«Smile-to-Pay»

Elle est également appliquée à très grande échelle pour le maintien de l’ordre dans la région du Xinjiang (nord-ouest), où la population, majoritairement musulmane, est sous intense surveillance policière après une série d’attentats. Pour payer, les consommateurs doivent d’abord lier une photo de leur visage à leur compte bancaire ou à un système de paiement mobile. Une fois dans le magasin, ils n’ont ensuite plus qu’à faire scanner leur tête par le terminal prévu à cet effet.

Le géant chinois du paiement mobile, Alipay, mène la danse en Chine, avec des machines installées dans 100 villes du pays. L’entreprise entrevoit un énorme potentiel de croissance et prévoit d’investir sur trois ans quelque 3 milliards de yuans (380 millions d’euros) pour améliorer sa technologie baptisée «Smile-to-Pay» («Souriez-pour-payer»). Son concurrent Tencent, qui gère l’application de messagerie WeChat, aux 600 millions d’utilisateurs, a lui dévoilé en août un nouveau terminal de paiement nommé «Frog Pro».

Des start-up tentent également d’investir ce secteur en plein essor. «Le paiement par reconnaissance faciale a certainement le potentiel de se généraliser grâce à l’impulsion des principaux acteurs du paiement mobile», note Mengmeng Zhang, analyste du cabinet hongkongais Counterpoint. «Alipay dépense des milliards pour diffuser cette technologie, via des subventions aux vendeurs et des récompenses financières pour les consommateurs qui l’utilisent».

Supermarchés: caméras à reconnaissance faciale

A Tianjin, grande ville à 120km au sud-est de Pékin, le supermarché IFuree, qui fonctionne sans caissières, propose également cette technologie à ses clients. Une caméra 3D scanne les visages des personnes qui entrent dans le magasin. Au moment de payer, celles-ci scannent leurs articles elles-mêmes à la caisse, puis présentent à nouveau leur visage à la caméra. Leur compte bancaire est immédiatement débité. «C’est pratique parce qu’on peut acheter des choses très rapidement», s’enthousiasme Zhang Liming, une retraitée. «Dans les supermarchés traditionnels, il faut faire la queue. Ce n’est pas très agréable», souligne-t-elle.

Chez Wedome, quelque 300 boutiques possèdent désormais des terminaux de reconnaissance faciale, explique Bo Hu. Elles seront bientôt suivies par 400 autres. La nouvelle technologie de paiement est également un moyen pour les commerces de recueillir davantage de données. «Cette tendance dans la vente au détail est motivée par deux choses: prévenir les vols à l’étalage et obtenir des informations sur les préférences des consommateurs», note Jeffrey Ding, chercheur à l’université Oxford. Cette nouvelle forme de paiement s’inscrit également dans le cadre d’une campagne nationale plus large pour faire de la Chine un leader mondial des hautes technologies.

«Un grand risque que l’Etat utilise ces données»

«C’est en phase avec les ambitions gouvernementales de faire de la reconnaissance faciale l’un des piliers du secteur de l’intelligence artificielle», note Adam Segal, analyste du cabinet américain Council on Foreign Relations. Mais que faire si ces informations sont détournées de leur but premier de paiement? Beaucoup s’inquiètent des risques inhérents à cette technologie potentiellement intrusive. «Il y a un grand risque que l’Etat utilise ces données pour ses propres besoins de surveillance, de contrôle, ou encore pour le suivi des dissidents», s’alarme Adam Ni, chercheur sur la Chine à l’université Macquarie de Sydney.

Pour les partisans de cette technologie au contraire, il n’y aurait aucune inquiétude à avoir. «La reconnaissance faciale aide à garantir la confidentialité», estime Li Dongliang, ingénieur chez IFuree. «Il est dangereux de composer son code de carte bancaire lorsque quelqu’un est derrière soi. Payer avec son visage permet de protéger son compte». Mais certains consommateurs ont d’autres inquiétudes. Selon un sondage du site d’information Sina, 60% des personnes interrogées jugent leur visage «laid» lorsqu’il apparaît sur l’écran du terminal de paiement. En réaction, Alipay a déjà annoncé une nouvelle qui devrait les rassurer: ses caméras seront désormais équipées… de «filtres d’embellissement».

Tags

La rédaction

Pour contacter la rédaction, cliquez ici / Devenez "la start-up de la semaine" : faites vous connaitre! / Ajoutez un événement à notre agenda: cliquez ici
En Chine, le paiement s’effectue désormais par reconnaissance faciale
Vade Secure, FrenchWeb, BiiG : focus sur les offres d’emploi du jour
Pourquoi PayPal débourse 4 milliards de dollars pour mettre la main sur Honey
Une filiale d’AccorHotels victime d’une vaste fuite de données
Bientôt une nouvelle ville intelligente en France?
Sonos s’offre Snips, la startup de Rand Hindi, pour 34 millions d’euros
Interstellar Lab, le projet de Barbara Belvisi pour créer des villes autonomes et durables sur Mars
Copy link