Actualité

[Entretien exclusif] Ifeelgoods lance une nouvelle plateforme de personnalisation des promos en ligne, et signe avec VivaKi-Publicis

La start-up française emmenée par Michael Amar veut réinventer les offres promotionnelles et augmenter les taux d’engagement

VivaKi, la filiale de publicité digitale du groupe Publicis, vient de conclure un accord de partenariat avec la start-up Ifeelgoods, spécialisée dans la promotion digitale. Lancée en 2010 par Michael Amar, IfeelGoods aide les marques à fidéliser les internautes, en pushant des offres de promotion adaptées à la cible.

La nouvelle plateforme d’IfeelGoods va permettre à toutes les plateformes marketing d’intégrer un élément de promotion digitale : cartes-cadeaux Amazon, abonnements presse, crédits supplémentaires sur des jeux de gaming, films en display, miles chez Air France etc… La plateforme promet par ailleurs de personnaliser au maximum la « dotation », dans un catalogue de plus de 1000 « récompenses », qui vont s’intégrer dans une campagne marketing sur le web, pour augmenter les taux d’engagement et de conversion, en fonction des centres d’intérêt, et à partir du device connecté.

Les précisions de Michael Amar, fondateur d’IFeelGoods, qui a levé au total plus de 10,6 millions de dollars depuis la création:

[jwplayer mediaid= »143834″]
La démo :

Marion Moreau

Pour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.
Bouton retour en haut de la page
[Entretien exclusif] Ifeelgoods lance une nouvelle plateforme de personnalisation des promos en ligne, et signe avec VivaKi-Publicis
RGPD: Amazon fait appel de son amende de 746 millions d’euros en Europe
NFT: avec « Sotheby’s Metaverse », la célèbre maison de vente aux enchères s’installe durablement dans le secteur
OVHcloud: le champion français entre en Bourse pour une valorisation à 3,5 milliards d’euros
FinTech : PaySika, une néobanque à la conquête de l’Afrique francophone
Pourquoi Microsoft va-t-il fermer LinkedIn en Chine?
Cyberattaque: face aux rançongiciels, les acteurs de la cybersécurité veulent contre-attaquer