Actualité

Eric Besson concocte un nouveau plan numérique… Sans appui financier

Le quotidien La Tribune s’est procuré le document de travail sur lequel s’appuiera le ministre de l’Economie Numérique, Eric Besson, pour présenter son plan Numérique 2020, le 30 novembre prochain.

Le document, fort d’une soixantaine de pages, détaille tous les champs d’actions visés : de la TNT à l’e-administration, en passant par le cloud computing. Problème : ces mesures ne sont assorties d’aucune dépense budgétaire supplémentaire. Toutefois, comme le rappel le quotidien, ce document est encore voué à évoluer d’ici la réunion interministérielle qui se tiendra mardi prochain. En attendant ce rendez-vous, voici une liste des mesures, plus ou moins structurantes et crédibles, envisagées :

  • Aide à la croissance des PME du numérique (Le Sénat vient tout juste de rétablir provisoirement le dispositif JEI qu’avait revu à la baisse la majorité)
  • Déploiement de l’utilisation du numérique dans les entreprises
  • Généralisation de la facture dématérialisée et du paiement numérique
  • Extension de l’e-administration, accompagnée d’un système de cloud.
  • L’attribution d’un nouveau « dividende numérique » à la téléphonie mobile
  • Une diffusion en HD de toutes les chaînes de la TNT
  • La création d’une chaîne en 3D
  • La mise en place d’un taux de TVA réduit sur l’ensemble des produits immatériels, en opposition avec la politique européenne
  • Et enfin, le déploiement de réseaux intelligents pour favoriser la croissance verte numérique.

La rédaction

Pour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.
Bouton retour en haut de la page
Eric Besson concocte un nouveau plan numérique… Sans appui financier
eCommerce : l’aventure Mirakl racontée par Elaia
Comment la FinTech suédoise Klarna veut conquérir la France
Le cloud open source, ça change quoi?
4 questions sur la pénurie de semi-conducteurs qui déstabilise l’industrie mondiale
Amazon s’est vu infliger une amende record pour non respect du RGPD
Deliveroo envisage de quitter l’Espagne, où les livreurs devront bientôt être salariés