ActualitéData Room

[Exclu] Bopler / MXP4 étoffe son catalogue de stars et lance un nouveau jeu

Créé en 2006, autour d’une une solution interactive de musique, MXP4 s’appelle désormais Bopler, autour de Bopler Games sa série de 9 jeux d’arcade musicaux sur Facebook lancé début 2011.

Grâce à sa propre  technologie de traitement des fichiers musicaux, les traditionnels Space Invaders, Snake ou Tetris y sont accessibles dans une nouvelle dimension musicale. Après de très longues négociations avec les labels et majors, Bopler annonce une nouvelle série impressionante de titres d’artistes d’audience internationale, parmi lesquels : Robbie Williams, Sean Paul, Motorhead, Lily Allen, Marvin Gaye, Pet Shop Boys, Duran Duran, Nine Inch Nails, Selah Sue, Justice, … Des versions « brandées » ont été réalisées pour David Guetta, Jason Derulo, LMFAO, The Jackson 5…

L’accès au jeux est gratuit en mode « blitz » pendant 60 secondes puis payant en mode illimité. Après une période de développement d’une masse critique d’utilisateurs, Bopler mise sur la conversion d’un faible pourcentage de fans pour entrer en 2012 dans la véritable phase de monétisation de sa plateforme de jeux.

Dans les premiers jours, un nouveau jeu, Bubble Beat Shooter, sera lancé.

Entretien exclusif avec Albin Serviant, CEO de Bopler – MXP4.


La rédaction

Pour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.
Bouton retour en haut de la page
[Exclu] Bopler / MXP4 étoffe son catalogue de stars et lance un nouveau jeu
Brevets télécoms: Ericsson et Samsung règlent un important litige
Bill.com rachète la startup Divvy pour 2,5 milliards de dollars afin de gérer les dépenses des PME
Facebook
Facebook: la suspension de Donald Trump relance le débat de l’auto-régulation des réseaux sociaux
Bouygues Telecom
5G: Bouygues Telecom va recevoir 350 millions d’euros de la Banque européenne d’investissement
Twitter
Twitter lance une « boîte à pourboires » pour fidéliser les influenceurs
[BOOTSTRAP] Comment les entreprises qui bootstrappent s’adaptent elles à la crise?