ActualitéBusinessTech

Face à la multiplication des cyberattaques, le marché français de l’assurance peine à trouver un équilibre

AFP

Le marché français de l’assurance peine encore à trouver le bon équilibre pour couvrir les risques cyber, dans un contexte de multiplication des attaques contre lesquelles encore trop peu d’organisations sont assurées, estime une étude dévoilée mercredi. « Dans une économie qui se digitalise à marche forcée, (…) les entreprises et les collectivités publiques n’ont pas pris la mesure du danger alors que les pirates gagnent en expertise » et s’attaquent désormais à « toutes les activités », relève cette étude publiée par l’Association pour le management des risques et des assurances de l’entreprise (Amrae).

Cette première étude, qui a vocation à être actualisée chaque année, a été réalisée entre le 21 janvier et le 19 février auprès de huit grands courtiers spécialistes du risque d’entreprise: AON, Diot, Filhet Allard, Marsh, Siaci saint Honoré, Verlingue, Verspieren, Gras Savoye-Willis Towers Watson. Selon l’étude, si 87% des grandes entreprises ont souscrit une assurance contre les risques cyber, les entreprises de taille intermédiaire (ETI), les PME et les collectivités publiques sont moins souvent protégées. À titre d’exemple, seules 8% des ETI sont assurées contre ce type de menace, est-il détaillé.

Des attaques en augmentation depuis plusieurs années

Mais même dans les grandes entreprises, généralement mieux assurées, le niveau d’exposition au risque cyber est souvent sous-estimé, poursuit l’étude, soulignant que les garanties souscrites restent la plupart de temps inférieures à l’impact financier que pourrait avoir une cyberattaque. De fait, les attaques sont depuis plusieurs années en augmentation, tant en volume qu’en intensité: le montant global des indemnisations versées a été multiplié par trois entre 2019 et 2020, passant de 73 millions d’euros à 217 millions, selon les chiffres de l’Amrae.

Parallèlement, « l’industrie de l’assurance peine à trouver l’équilibre économique des garanties cyber: après une course à la souscription, les assureurs marquent le pas devant l’ampleur du risque à couvrir » et sont de plus en plus réticents à couvrir ce type de menace dont le coût reste difficile à chiffrer précisément, est-il ajouté. « Le marché de l’assurance cyber ne se consolidera que si le nombre d’assurés augmente suffisamment pour créer les conditions de la mutualisation. Mais l’équation est difficile: comment attirer davantage d’assurés quand les taux de cotisations et le niveau des franchises augmentent alors même que les limites diminuent et que les garanties s’amenuisent? », s’interroge encore l’Amrae.

Bouton retour en haut de la page
Face à la multiplication des cyberattaques, le marché français de l’assurance peine à trouver un équilibre
Pourquoi Starlink, le service internet par satellite d’Elon Musk, n’a plus qu’une seule station en France
[Seed] Logement étudiant: Roof lève 3 millions d’euros auprès de XAnge et Founders Future
[Serie A] 40 millions pour Resilience afin de réinventer la façon de soigner le cancer
Suite au soutien de Bruno Lemaire et de l’Elysée, Christel Heydemann devrait être nommée à la direction d’Orange
Stéphane Richard pourrait rester en poste jusqu’à la nomination de Christel Heydemann à la tête d’Orange
Collect, la nouvelle startup BtoB d’Alex Delivet pour vous aider dans la gestion de documents