Actualité

Fleur Pellerin absente du nouveau gouvernement, Arnaud Montebourg à la tête du numérique

Fleur Pellerin pourrait cependant revenir au gouvernement en tant que secrétaire d’Etat la semaine prochaine

Le nouveau gouvernement est désormais connu depuis 11h15. Fleur Pellerin, jusque là ministre déléguée chargée des PME, de l’Innovation et de l’Économie numérique dans le gouvernement de Jean-Marc Ayrault, ne voit pas son nom figurer parmi ceux des nouveaux membres du gouvernement, le numérique ayant été regroupé sous un seul ministère – celui de l’Economie, du Redressement productif et du numérique – sous la tutelle d’Arnaud Montebourg.

fleur-pellerin-1

Mme Pellerin pourrait cependant faire son retour la semaine prochaine lorsque seront annoncés les futurs secrétaires d’Etat. En tant que ministre, elle avait du gérer la révolte des entrepreneurs, regroupés sous le nom des « Pigeons », lors de la réforme fiscale qui de 2012 qui prévoyait notamment une augmentation des taux d’imposition sur les cessions d’entreprises.

Elle a également pris en charge la réforme du financement participatif annoncée en février dernier ou l’officialisation du label « French Tech » qui, doté de 215 millions d’euros, a pour vocation « la croissance et le rayonnement des startups numériques françaises ».

Olivier Harmant

Journaliste chez FrenchWeb - DECODE.MEDIA Pour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.
Bouton retour en haut de la page
Fleur Pellerin absente du nouveau gouvernement, Arnaud Montebourg à la tête du numérique
Cybercriminalité: la police disposera d’ici la fin du mois d’un réseau de référents cybermenaces
PUBG
Krafton, l’éditeur du jeu PUBG, prépare une IPO historique à 5 milliards de dollars
[Silicon Carne] Tout comprendre au « metaverse », un monde virtuel fictif qui fascine
[Webinar] Faut il intégrer le live shopping dans votre stratégie omnicanale ?
Renault
Voiture électrique: Renault s’allie à la startup allemande Betteries pour recycler ses batteries
Comment Louis Gallois (PSA, Airbus, SNCF) veut réindustrialiser l’Europe «à la coréenne»