ActualitéMediaTech

Fondé par deux anciens de VLC, le Français Anevia lève 6,8 millions d’euros en bourse

aneviaSpécialisé dans l’optimisation des flux vidéo, Anevia vient de lever 6,8 millions d’euros lors de son de son introduction en bourse sur l’Alternext d’Euronext à Paris. La société fondée en 2003 par deux anciens centraliens avait initialement déposé son prospectus auprès de l’Autorité des marchés financiers le 25 avril dernier. Elle y précisait espérer recevoir 5 millions d’euros de la part des investisseurs.

Mais avec un taux de souscription global de 4,3 fois dans le cadre de l’offre à prix ouvert, et de 3 fois dans le cadre de l’offre globale, l’opération a atteint les 7,3 millions d’euros sur 600 650 actions, dont 6,8 millions sous forme d’augmentation de capital, soit 561 478 actions nouvellement émises. A l’issue des transactions, la capitalisation boursière d’Anevia ressort à 30 millions d’euros, et les quatre co-fondateurs conservent 7,7% du capital, pour 8,7% des droits de vote, chacun. Les actionnaires historiques obtiennent 45,3% des parts, le public 23,8%.

« Les fonds levés vont nous permettre d’accélérer notre expansion à l’international, tout en maintenant notre avance technologique, afin de continuer à imaginer les logiciels qui accompagneront la révolution de la vidéo connectée et devenir ainsi un éditeur incontournable pour les principaux opérateurs télécoms et diffuseurs mondiaux » explique Tristan Leteurtre, co-fondateur et directeur général d’Anevia.

Fondée en 2003 par des anciens du projet VLC Media Player – Tristan Leteurtre et Damien Lucas -, Anevia développe des solutions commercialisées auprès des opérateurs pour optimiser les flux de vidéo en réduisant le nombre de formats, les coûts de stockage et l’utilisation de la bande passante à contenu égal. Un marché en pleine expansion à l’heure où la vidéo représente une part de plus en plus importe des flux Internet.

Rien qu’en 2012, une étude réalisée par l’Idate pour le CNC (Centre national du cinéma et de l’image animée, ndlr) révélait que « la vidéo professionnelle capte 89,3% du trafic sur les réseaux fixes haut débit [… et] 25,6 % du trafic sur les réseaux mobiles haut débit » pour l’année 2010, et ce sans compter l’utilisation des services non légaux.

Plusieurs acteurs se positionnent donc pour répondre à la demande. On compte notamment l’Américain Cisco et son son « Mobile Videoscape ». Anevia compte toutefois de très grands comptes dans son portefeuille. Parmi ses clients, on retrouve notamment Canal+ pour le déploiement de ses services multiécrans, France Télévision pour son service de vidéo de rattrapage à la demande Pluzz, TF1, Numericable ou encore M6. A l’international, on retrouve la BBC ou des opérateurs télécoms. La société réalise d’ailleurs la majeure partie de son chiffre d’affaires – 7,3 millions d’euros en 2013 pour une croissance de 40% –  à l’international et a ouvert des bureaux au Brésil avec Sao Paolo, à Singapour, à Dubai et aux États-Unis, à Moutain View, près de Google.

Crédit photo: Fotolia, banque d’images, vecteurs et videos libres de droits
Tags

Olivier Harmant

Pour contacter la rédaction: cliquez ici Devenez "la start-up de la semaine" : faites-vous connaitre! Ajoutez un événement à notre agenda: cliquez ici

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Share This