BusinessDecode BusinessEuropeMarketing & CommunicationTV

[FW500] Marketing prédictif: quel équilibre trouver entre exploitation des données et choix du client?

Interview avec Olivier Marc, cofondateur et président d'Advalo

L’exploitation des données consommateur et l’intelligence artificielle ont profondément transformé le marketing. En mars 2018, 77% des marketeurs dans le monde avaient déjà fait emploi d’outils d’individualisation dans leurs emails, selon Statista. Ce pourcentage descendait à 52% pour les sites internet, à 31% pour les applications mobiles, et à 24% pour les applications en ligne. Au total, 8% des marketeurs n’avaient jamais employé des solutions de communication individualisé. Salesforce avait même qualifié 2018 d’ « année de la personnalisation » et indiqué qu’en 2019, 69% des professionnels s’attendent à des expériences d’achat similaires à celles d’Amazon, à savoir des expériences personnalisées.

En France, le Rennais Advalo fait partie des spécialistes de la donnée qui ont su profiter de ce marché en croissance. Fondé en 2014 par David Le Douarin (directeur général) et Olivier Marc (président), ce concurrent d’Ysance vise à aider les retailers à augmenter leurs ventes et à générer plus de trafic en magasin. Cela, en transformant la façon dont ils engagent leurs consommateurs via la donnée. Parmi ses clients: But, Criteo, Degrenne ou encore Bodemer Auto. Elle leur propose pour cela une plateforme capable de détecter les moments clés du parcours d’achat de chaque consommateur pour le guider depuis ses recherches en ligne jusqu’à ses achats en magasin.

Aujourd’hui, « on peut augmenter le taux de transformation des intentionnistes qui manifestent de l’intérêt pour [les] produits. On peut acquérir des clients plus rentables, tout en (…) respectant le consommateur de manière beaucoup plus adéquate que ce qui est fait aujourd’hui », souligne Olivier Marc.

« Les enseignes sont prêtes à avancer sur des sujets qui, il y a encore quelques mois, n’étaient pas du tout à l’ordre du jour »

Advalo avait levé 5 millions d’euros en novembre 2017 dans une Série A menée par West Web Valley. Depuis, l’entreprise a quasiment triplé ses effectifs et compte aujourd’hui 50 employés, pour 50 clients majoritairement issus des mondes du retail et de l’automobile. « On s’est inscrits dans une stratégie d’investissement, avec cette levée de fonds, qui nous a permis développer le produit, tout le stack technologique, les modèles prédictifs qui permettent d’amener des réponses aux questions que se posent nos clients », continue M. Marc.

La levée devait également permettre une expansion aux Etat-Unis, toujours en préparation aujourd’hui. Un pays où « ils sont peut-être un peu moins regardant » sur l’usage des données clients qu’en Europe, concède le cofondateur. Mais aussi où « il n’y pas de vraie différence de maturité entre ce qui [y] existe et ce qui existe en Europe ». Selon lui, toutefois, « en France, et en Europe de façon plus globale, les enseignes sont prêtes à avancer sur des sujets qui, il y a encore quelques mois, n’étaient pas du tout à l’ordre du jour » en termes d’exploitation des données clients.

Quant au futur de l’exploitation de ces données dans le monde, M. Marc estime que les consommateurs « vont être assez pragmatiques pour se rendre compte qu’il faut à la fois de la transparence, et qu’à la fois la donnée vient rendre service, apporter une réponse servicielle ».

Retrouvez l’interview complète d’Olivier Marc, cofondateur et président d’Advalo:

Advalo: les données clés

Fondateurs: David Le Douarin, Olivier Marc
Création: 2014
Siège Social: Paris, Rennes
Activité: plateforme de marketing individualisé
Financement: 5 millions d’euros en novembre 2017

FW 500: le classement des 500 entreprises de la tech française

Pour la troisième année consécutive, FrenchWeb établit un panorama des entreprises de la Tech française, qu’elles soient start-up, PME, Grands Groupes: le FW500.

Le FW500 s’intéresse aux entreprises françaises, leurs potentiels, leurs performances (taux de croissance annuel du chiffre d’affaires sur les trois derniers exercices, effectifs…), et ce afin d’établir un classement des sociétés par rapport à leur dynamique de développement.
➔ En savoir plus sur le FW 500

En partenariat avec:

Tags

Patrick Randall

Journaliste chez FW - DECODE MEDIA. Pour contacter la rédaction : redaction.frenchweb@decode.media
Copy link