ActualitéBusinessTransport

Gig economy: le modèle Uber fait débat dans un nombre croissant de pays

AFP

Le statut de travailleur indépendant, sur lequel des plateformes comme Uber ou Deliveroo fondent leur modèle, est remis en cause dans un nombre croissant de pays, suscitant des décisions de justice en ordre dispersé. La proposition que doit dévoiler jeudi la Commission européenne vise à clarifier la situation des chauffeurs et autres coursiers, en établissant des critères pour définir leur statut dans les pays de l’UE. Voici un tour d’horizon non exhaustif de décisions récentes ayant obligé les entreprises de la « gig economy » (économie des « petits boulots ») à s’adapter.

Espagne: livreurs présumés salariés

Le gouvernement espagnol a modifié la loi en mars afin que les coursiers utilisant des applications de livraison soient considérés comme des salariés, et non plus comme des auto-entrepreneurs, ce qui oblige les entreprises à payer des cotisations sociales. La société britannique Deliveroo a alors cessé ses activités en Espagne fin novembre. Les autres plateformes ont choisi de s’adapter, tentant parfois de contourner la loi.

Italie: meilleures conditions de travail

Le parquet de Milan (nord) a annoncé début décembre avoir obtenu des améliorations importantes sur les conditions de travail des livreurs à domicile, annulant au passage une gigantesque amende initialement prévue. Le parquet avait notifié en février aux quatre sociétés visées par une enquête (Foodinho-Glovo, Uber Eats, Just Eat et Deliveroo) qu’elles devaient modifier les contrats, considérant que les livreurs n’étaient pas des auto-entrepreneurs mais qu’ils fournissaient « une prestation de type coordonné et continu ». Selon le parquet de Milan, 20 000 livreurs auront droit à des visites médicales, des équipements de sécurité et des formations en matière de sécurité.

Pays-Bas: la convention collective des taxis s’applique

Un tribunal néerlandais a jugé en septembre que les chauffeurs Uber étaient sous contrat de travail, et non pas des travailleurs indépendants. Le géant américain de la réservation de voitures avec chauffeurs a fait appel.

Belgique: victoire pour Deliveroo, défaite pour Uber

Un tribunal belge a débouté mercredi plusieurs dizaines de coursiers Deliveroo qui souhaitaient être reconnus comme salariés. Dans une autre affaire, la cour d’appel de Bruxelles a jugé fin novembre que la réglementation en vigueur devait interdire d’exercice les quelque 2 000 chauffeurs LVC (location de voiture avec chauffeur), essentiellement des chauffeurs Uber, de la capitale belge.

Royaume-Uni: les chauffeurs Uber sont des « travailleurs »

La Cour suprême britannique a estimé en février que les chauffeurs Uber étaient des « travailleurs », pas des auto-entrepreneurs, et qu’ils devaient bénéficier de droits sociaux minimums: salaire minimum et congés payés. Le mois suivant, Uber a accordé ce statut à ses 70 000 chauffeurs britanniques. Au Royaume-Uni, le statut de « travailleurs » (« workers »), pas forcément formalisé par un contrat, bénéficie d’une moindre protection par rapport aux employés salariés (« employees »), qui ont eux des congés maladie, l’assurance chômage, etc. Un tribunal britannique a par ailleurs estimé lundi, donnant tort à Uber, que les plateformes ne sont pas de simples « agents » pour les chauffeurs.

France: statut indépendant « fictif »

La Cour de cassation a reconnu en mars 2020 l’existence d’un lien de subordination entre Uber et un de ses chauffeurs, jugeant que le statut d’indépendant était « fictif » et qu’il devait être considéré comme salarié. En septembre dernier, la cour d’appel de Paris a considéré que la relation de travail entre un chauffeur et Uber pouvait « s’analyser comme un contrat de travail » et non comme une relation commerciale. Parallèlement, un premier procès devant une juridiction pénale contre Deliveroo aura lieu en mars prochain, pour « travail dissimulé », devant le tribunal correctionnel de Paris pour avoir employé des livreurs sous le statut de travailleurs indépendants.

Etats-Unis: réglementations favorables aux plateformes annulées

L’administration Biden a annulé en mai une règlementation adoptée par l’administration Trump rendant plus difficile pour les travailleurs des plateformes de revendiquer un statut de salarié, afin de « maintenir les droits des travailleurs à un salaire minimum et aux protections liées aux heures supplémentaires ». En Californie, le statut des chauffeurs VTC est au coeur d’un feuilleton. L’Etat a voté une loi en 2019 les considérant comme des salariés. Uber a contrattaqué en 2020 en faisant approuver par référendum le statut d’indépendant des chauffeurs. Un référendum déclaré inconstitutionnel par un juge en août dernier. L’affaire n’est pas terminée, Uber ayant annoncé son intention de faire appel.

Chine: appel à une « rémunération décente »

Début décembre, une directive du ministère des Transports a exhorté les plateformes de réservation de VTC comme Didi (équivalent chinois d’Uber) à améliorer les conditions de travail des conducteurs avec une « rémunération décente » et un temps de repos « raisonnable ».

Amérique latine: des projets de régulation

En Amérique latine, on dénombre plusieurs projets parlementaires pour réguler plus strictement l’activité des plateformes, en vue surtout d’une meilleure couverture sociale pour les travailleurs. C’est le cas notamment au Chili, en Argentine, au Brésil et en Colombie. Aucun de ces projets n’a pour l’heure abouti.

Bouton retour en haut de la page
Gig economy: le modèle Uber fait débat dans un nombre croissant de pays
[Serie C] Wandercraft lève 45 millions de dollars pour accélerer son développement aux Etats Unis
Alban Sayag, COO de YouSign
[Build Up] YouSign accélère son développement produit avec l’acquisition de Canyon
Instagram propose à ses influenceurs de vendre des abonnements à leurs followers
[Build Up] Luko fait l’acquisition de son concurrent allemand Coya
Comment Bandsintown a su renouveler son modèle face à la crise?
[Série A] Retail: Hardloop lève 3 millions d’euros pour s’imposer auprès des sportifs en Europe