Actualité

GoADV fait l’acquisition de blogosfere

GoAdv vient d’annoncer l’acquisition de Blogosfere, l’un des plus importants réseaux de blogs italiens. Blogosfere fédère plus de 210 blogs professionnels sur son réseau et attire plus de trois millions d’utilisateurs chaque mois, couvrant un large éventail de sujets – actualités, économie, culture, sports et divertissements.

Dans le sillage de la stratégie de développement initiée par GoAdv, le réseau de blogs va faire l’objet d’importantes améliorations, au premier rang desquelles l’intégration des réseaux sociaux (Twitter, Facebook) et le développement de son offre de contenus – l’objectif étant ici d’intégrer davantage de contenu vidéo à fort impact. Ces objectifs ont été fixés par le Groupe pour 2010 à toutes ses marques médias, y compris à Excite Europe.

La stratégie de monétisation de Blogosfere fera également l’objet d’améliorations, dont en priorite l’intégration des publicités contextuelles.

Luca Ascani, président du Groupe GoAdv, déclare au sujet de cette acquisition, « Nous sommes heureux d’ajouter Blogosfere à notre portefeuille de marques médias. L’acquisition de ce réseau marque une avancée majeure pour notre Groupe car elle vient soutenir notre démarche de développement continu en Europe. Elle nous donne également l’occasion de relever un défi passionnant : enrichir encore davantage les contenus de qualité de ce réseau qui séduisent déjà un grand nombre de visiteurs, toujours plus nombreux. »

Suivez moi
Bouton retour en haut de la page
GoADV fait l’acquisition de blogosfere
Que propose Google pour remplacer les cookies publicitaires?
[Série B] IA: InstaDeep lève 88 millions d’euros auprès du laboratoire allemand BioNTech
Pourquoi Starlink, le service internet par satellite d’Elon Musk, n’a plus qu’une seule station en France
Suite au soutien de Bruno Lemaire et de l’Elysée, Christel Heydemann devrait être nommée à la direction d’Orange
Stéphane Richard pourrait rester en poste jusqu’à la nomination de Christel Heydemann à la tête d’Orange
Elyze, le « Tinder » de la présidentielle ne conserve plus les données des utilisateurs