AcquisitionActualitéDesignTech

Google rachète RelativeWave, un spécialiste du prototypage d’apps mobiles

Google vient de racheter RelativeWave, une start-up américaine éditant un outil pour éditer et tester des prototypes d’applications mobiles. Le montant de la transaction n’a pas été communiqué.

formPlus précisément, l’entreprise édite Form, une plate-forme à partir de laquelle les développeurs peuvent visualiser et éditer des prototypes d’applications mobiles pour iOS sans avoir à écrire de lignes de code. Il ne s’agit donc pas d’un outil de conception d’applications en tant que tel. La solution est disponible directement depuis l’App Store d’Apple, en version mobile et bureau.

Initialement, le produit était commercialisé un peu moins de 80 dollars. Mais, « aujourd’hui, avec l’aide de Google, nous rendons Form disponible gratuitement sur le Mac App Store. Nous voulons que Form soit entre les mains du plus grand nombre de personnes possible, et ceci est notre première étape dans la réalisation de cet objectif » explique la société sur son site Internet.

Les équipes de RelativeWave devraient rejoindre celles de la firme de Mountain View afin de poursuivre le développement de Form. « Avec l’aide de Google, nous serons concentrés sur l’amélioration des outils de conception et de développement » explique les fondateurs.

 
 

Olivier Harmant

Journaliste chez FrenchWeb - DECODE.MEDIAPour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.
Bouton retour en haut de la page
Google rachète RelativeWave, un spécialiste du prototypage d’apps mobiles
Paiement fractionné: la Banque Postale s’allie à la FinTech Alma
La startup de Jessica Alba Honest Company lève 413 millions de dollars lors de son IPO
La Cnil clôture les mises en demeure d’Engie et EDF sur les données collectées par les compteurs Linky
Transformation numérique: le groupe lyonnais Visiativ veut lever jusqu’à 8 millions d’euros
Facebook: 3 questions sur la suspension de Donald Trump
Cloud: Microsoft s’engage à maintenir en Europe les données de ses clients européens