ActualitéArts et CultureRetail & eCommerce

Hachette reproche à Amazon de retarder la disponibilité de certains livres

Amazon représente un tiers des ventes de livre aux Etats-Unis…

L’une des plus grandes maisons d’éditions américaines, Hachette Book Group, reproche à Amazon, dans un article du  New York Times, d’avoir retardé la livraison de plusieurs de ses livres alors qu’elle affirme avoir renfloué en quantité suffisante le distributeur en ligne. Le journal américain rappelle que le géant de l’e-commerce cristallise à lui seul un tiers des ventes de livres outre-Atlantique.

« Nous avons posé des questions légitimes sur les raisons pour lesquelles beaucoup de nos livres sont actuellement marqués en rupture de stock avec des estimations relativement longues de délais d’expédition sur le site Amazon, contrairement à la disponibilité immédiate sur d’autres sites et dans les magasins » a expliqué une porte-parole de l’éditeur. Plusieurs livres, anciens et nouveaux, seraient concernés. « Les éditeurs disent que le libraire, dont les actions ont chuté de 25% cette année au moment où les investisseurs veulent du profit, est déterminé à tirer le plus de marge possible de ses fournisseurs » selon l’article.

Le New York Times explique qu’en 2010, Amazon avait retiré le bouton « buy » pour les produits de Macmillan suite à un désaccord sur le prix des e-books. Plusieurs livres d’Independent Publishers Group avait été eux aussi retirés avant d’être de nouveau disponibles suite à des négociations. « Ils ont décidé qu’ils voulaient que je change mes conditions » explique le président d’IPG au Times.

La rédaction

Pour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.
Bouton retour en haut de la page
Hachette reproche à Amazon de retarder la disponibilité de certains livres
Vianova
Mobilité: Vianova lève 1,8 million d’euros auprès de la RATP
Retail: Ankorstore lève 25 millions d’euros auprès d’Index Ventures
[Livre Blanc] Le guide complet du CRM
DoorDash
FoodTech: le livreur DoorDash vise une valorisation d’au moins 25 milliards de dollars
FinTech
Qonto, Swile, Lydia… : les levées de fonds de l’année 2020 dans la FinTech
Comment Monext mise sur la personnalisation des services de paiement