ActualitéBusinessEuropeHR TechStartupTech

Headstart veut mieux connaître les candidats pour les faire «matcher» avec la meilleure entreprise

Mieux analyser les candidats pour leur trouver l’emploi de leurs rêves, c’est le défi que s’est fixée Headstart. Lancée en 2015 par Jeremy Hindle et Nicholas Shekerdemian, la star-up londonienne est partie du constat que les recrutements dans les entreprises, qu’elles soient grandes ou petites, pouvaient être extrêmement coûteux. De plus, les recruteurs travaillent la plupart du temps avec très peu d’informations sur les candidats.

Pour remédier à cette problématique, Headstart utilise des algorithmes prédictifs pour rapprocher les chercheurs d’emploi des entreprises. A partir des informations recueillies auprès des grandes et des petites entreprises, la société tente d’établir une correspondance avec les candidats de meilleure qualité. Pour chaque entreprise, Headstart doit analyser des milliers de données sur les employés afin de déterminer les caractéristiques de la culture interne et les exigences techniques de l’entreprise.

Aller au-delà du CV

En parallèle, la société anglaise cherche à valoriser les candidats, qui doivent simplement remplir un formulaire sur la plateforme. A partir des éléments fournis par les candidats, Headstart tente d’établir s’ils correspondent à l’expertise technique du poste et la culture de l'entreprise. «Les entreprises utilisent toujours des critères de base : les qualifications, les diplômes, l’université. Ce ne sont pas les choses qui déterminent si quelqu’un peut faire un métier. C’est une partie de l’image, pas l’image entière», explique Nicholas Shekerdemian à TechCrunch.

A travers son dispositif, Headstart entend dépasser le seul cadre du CV pour mettre en avant les intérêts, les compétences et la personnalité des candidats. Dans le même temps, la start-up cherche à comprendre la culture des entreprises pour déterminer les profils qui pourraient s’intégrer dans tel ou tel environnement.

Lire aussi : 

Tags
Microsoft Experiences les 3 et 4 octobre 2017

Maxence Fabrion

Journaliste chez Adsvark Media / FrenchWeb - We Love Entrepreneurs

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Share This