ActualitéArts et CultureAsie

Hébergement : Gandi ouvre un bureau à Taïwan

Le spécialiste français de l’enregistrement de noms de domaine et de l’hébergement de sites Internet Gandi va ouvrir sa première filiale en Asie. Basée à Taïwan, elle viendra renforcer les équipes de gestion de clientèle localisées à Paris, Luxembourg et San Francisco. La firme espère ainsi proposer un service client disponible 24h/24, 7 jours sur 7.

« Taïwan présente de nombreux attraits, notamment son industrie principalement tournée vers la haute technologie et sa culture de l’innovation » explique la société. Cette nouvelle entité sera gérée par Thomas Kuiper. Anciennement développeur chez Club Internet, il est installé à Taïwan depuis 2005 et a travaillé sur des projets de systèmes embarqués de télécommunication et d’applications médicales, avant de rejoindre l’hébergeur tricolore.

Gandi avait déjà ouvert en 2010 un datacenter aux Etats-Unis, à Baltimore – portant à quatre le nombre de ses centres de données – et un bureau pour gérer les clients locaux. Juste après quoi il avait ouvert une filiale luxembourgeoise pour servir les clients européens, hors France.

Fondé en 1999 par Laurent Chemla, Valentin Lacambre, Pierre Beyssac et David Nahmias, avant de se faire racheter en 2005, Gandi revendique gérer plus de 466 extensions pour 1,5 million de noms de domaine sous gestion. En 2012, la société , aujourd’hui dirigée par Stephan Ramoin, a généré un chiffre d’affaires de 17,1 millions d’euros, pour un résultat net de 937 200 euros.

Tags

La rédaction

Pour contacter la rédaction, cliquez ici / Devenez "la start-up de la semaine" : faites vous connaitre! / Ajoutez un événement à notre agenda: cliquez ici
Hébergement : Gandi ouvre un bureau à Taïwan
La méthode de la startup Moonshot CVE pour lutter contre l’extrémisme en ligne
CCMSA, Groupe Retif, 1789 : focus sur les offres d’emploi du jour
[Webinar] Comment booster l’utilisation de votre donnée client ? 4 clés indispensables
Les fondateurs d’Internet n’avaient « pas vu venir » les réseaux sociaux
Cryptomonnaie: la levée de fonds de Telegram bloquée par la justice américaine
Chine: ces fleurons de la Tech blacklistés par les États-Unis
Share via
Copy link