AcquisitionActualitéHealthcare

Hébergement sécurisé de données e-santé : Claranet rachète le Français Grita

L’entreprise dispose de l’agrémente « hébergeur de données de santé ».

gritaSpécialisé dans les réseaux et l’hébergement d’applications, Claranet vient d’acquérir Grita, un hébergeur français dans le secteur de l’e-santé et de l’e-pharmacie qui dispose de l’agrément « hébergeur de données de santé ». Celui-compte actuellement une cinquantaine de clients.

“En tant que spécialiste du secteur de la santé, Grita représente un allié de choix et s’intègre parfaitement dans la stratégie de croissance de Claranet » explique Olivier Beaudet, directeur de Claranet France. Cette opération devrait porter à 155 millions d’euros le chiffre d’affaires de Claranet et 4 500 le nombre de clients en Europe.

Fondée en 1985, c’est seulement en 2012 que Grita a pris le tournant dans l’hébergement en e-santé. Elle compte aujourd’hui une cinquantaine de clients dont Philips ou le Centre Hospitalier de Créteil. “Faire partie du groupe Claranet va créer de nouvelles opportunités pour nos clients, nos partenaires et nos collaborateurs” estime Jean-Pierre Denis, directeur commercial de Grita.

Crédit photo: Fotolia, banque d’images, vecteurs et videos libres de droits

Olivier Harmant

Journaliste chez FrenchWeb - DECODE.MEDIAPour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.

Un commentaire

  1. frenchweb Enchiron c’est au Portugal et en France c’est Grita ;-)

Bouton retour en haut de la page
Hébergement sécurisé de données e-santé : Claranet rachète le Français Grita
Wrike
Citrix s’apprête à racheter la plateforme de travail collaboratif Wrike pour 2 milliards de dollars
Portées par le confinement, les ventes de jeux vidéo se sont envolées en 2020
Après avoir été propulsée par le Covid en 2020, quel avenir pour la téléconsultation?
Apple se dit prêt à réintégrer le réseau social conservateur Parler sous conditions
Deliveroo valorisé 7 milliards de dollars avant une possible entrée en Bourse
Loin des fantasmes, pourquoi les futures smart cities ne seront pas des villes 100% Tech