ActualitéAsieBusinessTransport

Hellobike survivra-t-il à la bataille du vélo en free-floating en Chine?

La bataille des vélos en free-floating en Chine, part de la guerre par procuration que se livrent Alibaba et Tencent dans le pays, pourrait s’intensifier encore davantage. Hellobike, marque commerciale de Hello TransTech (ou Hello Chuxing en chinois), prévoit prochainement de lever entre 500 millions et un milliard de dollars, selon des informations de Bloomberg. Le montant final pourra varier en fonction de l’intérêt de ses investisseurs historiques et de nouveaux soutiens financiers. Depuis sa création en 2016 – soit après ses rivaux chinois Ofo (2014) et Mobike (2015) – à Shanghai, Hellobike avait levé jusqu’alors un total de 1,8 milliard de dollars.

L’entreprise est principalement soutenue par Ant Financial, filiale de services financiers d’Alibaba qui opère la solution de paiement Alipay. Ant Financial avait commencé à investir dans Hellobike en décembre 2017, avant de devenir son principal actionnaire en mai 2018 après un investissement de 321 millions de dollars. Un financement qui avait permis au spécialiste du partage de vélos d’atteindre une valorisation de 2,3 milliards de dollars. Mais qui lui permettait surtout de devenir un rival sérieux dans le secteur, notamment face à Mobike, soutenu par par Tencent et racheté par Meituan-Dianping l’année dernière pour 2,7 milliards de dollars. Hellobike permet surtout à Ant Financial d’étoffer son e-wallet Alipay : le service de location de vélos est accessible directement sur la plateforme aux désormais 700 millions d’utilisateurs et ne nécessite plus de télécharger une application différente. A noter toutefois que cinq autres services de location de vélos étaient devenus accessibles en 2017 sur Alipay : Ofo, Bluegogo, Youon, Funbike et U-bicycle (Mobike est accessible via WeChat, l’application de messagerie de Tencent, et sa plateforme de paiement WeChat Pay).

Acquérir de nouveaux clients

Hellobike, qui revendique près de 200 millions d’utilisateurs abonnés dans 300 villes en Chine (autant que Mobike), pourrait employer son nouveau financement à l’acquisition de nouveaux utilisateurs. C’est en tout cas ce que l’entreprise a fait précédemment, après notamment une levée de 596 millions de dollars en décembre dernier. Selon les données de Crunchbase, Hellobike a effectué trois levées en 2018, trois en 2017 et une en 2016.

De quoi encourager les fondateurs de la société à aller jusqu’à évoquer une entrée en Bourse dans les prochaines années, malgré un marché plus que vacillant. En janvier dernier, Ofo annonçait la dissolution de sa division internationale. Ses filiales internationales se préparaient elles aussi à faire faillite ou à être acquises (Ofo a toutefois maintenu dans une publication sur Weibo mardi que l’entreprise « opérait actuellement normalement »). En cause : d’immenses problèmes de trésorerie et des millions de demandes de remboursement de cautions en Chine (l’équivalent d’environ 2,9 milliards de dollars), puis dans le monde. Erigé pendant un temps en modèle de la start-up chinoise à succès, Ofo brûlait près de 25 millions de dollars par mois, selon le Financial Times, et a fini par échouer. Mobike commençait récemment à suivre un chemin similaire. L’entreprise fondée en 2015 à Pékin avait annoncé en mars qu’elle s’apprêtait à se retirer de certains pays asiatiques et à réévaluer ses unités dans d’autres marchés internationaux. Toujours selon le Financial Times, Mobike brûlait l’année dernière 50 millions de dollars par mois. A terme, Mobike pourrait n’être opérationnel que dans son marché natif chinois.

Après son lancement, Hellobike a principalement misé sur les villes chinoises secondaires. Une stratégie que commence à suivre Mobike et qui pourrait s’avérer payante. Mais surtout, une stratégie qui pourrait lui éviter de rejoindre le cimetière des start-up chinoises qui ont échoué à percer dans le vélo en free-floating.

Plus d'infos

Patrick Randall

Journaliste chez FW - DECODE MEDIA. Pour contacter la rédaction : redaction.frenchweb@decode.media

Sur le même sujet

Share This