BusinessFW BusinessMediaTV

HugoDécrypte mise sur YouTube et Instagram pour convertir les jeunes à l’actualité

Il n’a que 21 ans mais il a déjà acquis une solide expérience dans le décryptage de l’actualité et de la politique. Après avoir lancé en 2012 le média participatif Radio Londres pour donner la parole aux jeunes, Hugo Travers a décidé d’utiliser la sienne devant une caméra trois ans plus tard en lançant la chaîne YouTube HugoDécrypte dans le but de simplifier la compréhension des grands enjeux de l’actualité pour les jeunes, au travers d’interviews, de reportages et de décryptages. Presque comme un journaliste mais sous un angle différent. «L’idée, c’est de combiner un traitement journalistique de l’actualité avec des formats de YouTube», explique-t-il à l’occasion du sommet des Napoleons qui s’est tenu cet été à Arles du 18 au 21 juillet.

S’il multiplie les débriefs hebdomadaires de l’actualité et les décryptages sur différents sujets, notamment sur l’affaire Benalla, la bagarre entre Booba et Kaaris ou encore le rapprochement entre les États-Unis et la Corée du Nord, il s’est surtout fait connaître lors de la campagne pour l’élection présidentielle en 2017. A cette occasion, il a notamment pu interroger plusieurs candidats, à l’image de Benoît Hamon et de Bruno Le Maire. Le travail du YouTubeur a même intéressé la chaîne d’information en continu LCI qui l’a recruté pour «décrypter» les élections présidentielles et législatives.

«Chaque réseau social a des temporalités différentes»

Au-delà de la présidentielle, la collaboration entre Hugo Travers et LCI s’est poursuivie avec un tour du monde au cours de ces derniers mois lors duquel il a rencontré des «acteurs du changement», qui cherchent à faire évoluer la société de manière positive, dans 13 pays, notamment au Japon, en Colombie, aux États-Unis, à Singapour, en Inde ou encore en Afrique du Sud. 

Présent sur YouTube, un support qui à ses yeux lui permet d’approfondir les sujets, Hugo s’est également lancé sur Instagram, un réseau social davantage ancré dans «l’instantané», en juin 2017 pour mettre en ligne des débriefs quotidiens de l’actualité en 2 minutes. «Chaque réseau social a des temporalités différentes», estime-t-il. Bien que les plateformes comme Facebook ou Instagram offrent des outils novateurs pour traiter l’actualité, le scandale Cambridge Analytica et l’ingérence russe dans l’élection américaine rappellent qu’il faut aussi se méfier de ces supports, terrains de jeu fétiches des complotistes pour relayer des «fake news».

Tags
Plus d'infos

Maxence Fabrion

Journaliste chez FW - DECODE MEDIA

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Share This
Fermer