ActualitéBusinessTech

IA: STMicroelectronics rachète la startup toulonnaise Cartesiam

AFP

Le fabricant franco-italien de composants électroniques STMicroelectronics a annoncé le rachat de la jeune pousse toulonnaise Cartesiam, éditeur de logiciels spécialisé dans l’intelligence artificielle, dans un communiqué mercredi. La société toulonnaise, dont le prix du rachat n’a pas été dévoilé, s’est dédiée à l’apprentissage des machines embarquées dans les objets connectés.

«Répondre à l’ensemble des besoins en matière d’apprentissage automatique embarqué»

Son principal produit, appelé Nano Edge Al Studio, « permet aux concepteurs de systèmes embarqués n’ayant pas d’expertise en intelligence artificielle de développer rapidement des bibliothèques spécialisées qui intègrent directement des algorithmes d’apprentissage automatique dans un large éventail d’applications », selon le communiqué. Et sa technologie est aujourd’hui présente « dans des milliards d’appareils ».

« Avec cette acquisition, STMicroelectronics renforce sa stratégie en matière d’intelligence artificielle et accroît son portefeuille de technologies pour répondre à l’ensemble des besoins en matière d’apprentissage automatique embarqué », indique le groupe qui va acquérir l’ensemble des actifs de Cartesiam, « y compris son portefeuille de propriété intellectuelle » et intégrer la vingtaine de salariés de l’entreprise.

La rédaction

Pour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.
Bouton retour en haut de la page
Cartesiam
IA: STMicroelectronics rachète la startup toulonnaise Cartesiam
Sorare signe la plus grosse levée de fonds de la French Tech avec une série B de 680 millions de dollars
Patrick Drahi
Altice (SFR) s’offre l’opérateur français Coriolis pour 415 millions d’euros
google
Censure: pourquoi l’emprise d’Apple et Google sur l’économie mobile menace les droits humains
OVHcloud entame son IPO à la Bourse de Paris
Marketing, développement, fonctions commerciales…: quels sont les salaires dans le digital?
Apple s’oppose à l’arrivée de France Digitale dans la procédure judiciaire lancée par l’État