/ InsidersActualitéBusinessStartupTech

[INSIDERS] Foodora va passer au plat de résistance en France…

[tabs]

[tab title= « Birthday »]

Foodora souffle sa première bougie

Foodora, acteur de la livraison de repas à domicile, a fêté ses un an cette semaine. Pour cet anniversaire, la start-up d'abord financée par l'Allemand Rocket Internet puis rachetée par Delivery Hero (sa soeur jumelle à Berlin qui a levé plus d'un milliard de dollars), avait mis les petits plats dans les grands, et un rooftop pour pimenter sa soirée.

C'est sur la terrasse de l'agence BETC à Paris (un client très régulier de la marque) que la société avait invité ses partenaires, mais aussi ses meilleurs livreurs, des chefs d'équipe capable de «faire trois livraisons en une heure». Car tout comme les acteurs présents sur ce marché très disputé, Foodora promet la rapidité (en 30 minutes), le choix des repas et la sélection aux petits oignons des restaurants, mais surtout la qualité irréprochable de ses coursiers. «Savoir dire bonjour, sourire, être toujours présentable…cela s'apprend et cette qualité n'est pas toujours présente chez nos concurrents», souffle un cycliste du pure-player présent dans une dizaine de pays.

Du reste, pour distancer les UberEATS, Deliveroo, Allo Resto, Resto-In ou encore Chronoresto, Foodora va porter ses efforts sur l'expérience client afin «d'être les meilleurs sur le mobile», indique-t-elle. Quant à une probable concentration du marché et à la disparition de certains acteurs après cette bataille intense, Foodora compte bien rester dans le pool d'arrivée… Comprendre qu'en douze et quelques mois dans l'Hexagone, Foodora n'en est encore qu'à l'apéritif.

Lire aussi:

Livraison alimentaire à Paris : qui va se tailler la plus grande part du gâteau ?

Food Tech: quel est le véritable potentiel du secteur en Europe?

La vérité sur… le secteur de la FoodTech vs. les géants de l’agroalimentaire
 

Crédit photo: Frenchweb.fr

[/tab]

[/tabs]

 

BlackFin Capital Partners lance un fonds de capital-risque pour la FinTech

Paul MizrahiBlackFin Capital Partners, fonds d’investissement fondé par Paul Mizrahi, a décidé de lancer un nouveau fonds de capital-risque. Ce dernier sera dédié à la FinTech dans l’optique d’accompagner les start-up du secteur à travers l’Europe. Pour contribuer au développement des acteurs de ce marché en plein essor, le fonds vise une réserve de 120 millions de d’euros, en provenance d’un panel d’investisseurs européens.

Ce nouveau fonds de capital-risque est destiné à suivre les entrepreneurs à la pointe de la FinTech, de la phase d’amorçage aux dernières étapes d’investissement. Au-delà de l’aide fournie en termes d’expansion et d’accès au marché, il apportera également un éclairage juridique et réglementaire pour soutenir la position des start-up sous son aile. D’ici la fin de l’année, 6 personnes seront en charges de ce fonds. En attendant l’envol définitif de sa filiale, BlackFin Capital Partners table sur un premier closing du fonds au dernier trimestre 2016 avant un closing final au premier trimestre 2017.

 

Mon Banquet lève 500 000 euros pour démocratiser le traiteur

Mon BanquetMon Banquet, start-up française spécialisée dans la livraison de buffets conçus par des artisans, vient de boucler un tour de table de 500 000 euros auprès du Seed Club d’ISAI.

Parmi les investisseurs qui ont pris part à cette opération, figurent notamment Jean-Claude Boulet (Boulet & Boulet), Philippe Dokes (Companeo), Pierre Kosciusko-Morizet (Kernel Investissements), Thibault Viort (AccorHôtels) ou encore Olivier Mathiot (PriceMinister).

L’idée de cette initiative est venue de Maxime Renault, Mario Matar et Hugo Rivière, l’équipe fondatrice du guide communautaire des boulangeries artisanales qui en recense 30 000 en France. Le guide incite les trois hommes à pousser leur idée un peu plus loin. C’est ainsi que Mon Banquet voit le jour en février dernier. 

La start-up propose des buffets réalisés par des artisans à partir de trois euros, livrés à domicile, pour toutes les occasions. Le service est accessible sur Internet et offre ainsi une ouverture numérique au monde de l’artisanat. Initialement lancée à Paris, l’offre a également débarqué à Lyon récemment. En quelques mois d’existence, Mon Banquet revendique d’ores et déjà 30 000 convives dans les deux villes.

Avec ce nouvel investissement, la start-up envisage de recruter une dizaine de personnes supplémentaires et de poursuivre son extension géographique dans d’autres villes françaises. Mon Banquet voit même plus loin. Si les artisans concernés par le service sont seulement les boulangers pour l’instant, l’entreprise n’exclut pas d’élargir son cercle à d’autres métiers du secteur.

 

Le budget du jour : Center Parcs confie à Metapeople sa stratégie display

Couple in love having fun doing the airplaneCenter Parcs Europe a signé un contrat de 12 mois avec Metapeople, filiale allemande de l’agence de communication NetBooster. Le partenariat porte sur la réalisation d’une campagne display pour Central Parcs Europe de décembre 2015 à février 2016. 

Déployée depuis cet hiver en Belgique et aux Pays-Bas, la campagne a fait la promotion de 25 parcs de vacances. Elle a également inclus des formats Rich Media ainsi que des publicités Facebook. Pour mettre en place cette stratégie publicitaire, Metapeople a utilisé Google Analytics Premium pour construire sa campagne de promotion auprès de Center Parcs Europe. «Notre stratégie d’affichage, comprenant les publicités sur Facebook, se base sur des indicateurs clés de performance définis et est totalement pertinente», a expliqué Claudia Bergholz, spécialiste des médias en ligne du groupe Center Parcs Europe à Bruxelles.

 

Le chiffre du jour : des photos de bonne qualité sur un site incitent 71% des Français à y revenir

Près de la moitiée (44%) des internautes français font avant tout attention aux photos présentes sur le site d'une marque, avant les textes (32%), ou les vidéos (5%), selon la dernière étude Ooshot réalisée par Opinion Way, et publiée ce mercredi 22 juin. Des photos de bonne qualité sur un site leur donne une bonne image de la marque, et leur donnent envie de revenir sur le site à 71%. Enfin, l'étude montre que sur les réseaux sociaux, les internautes français sont plus sensibles à un contenu qu'ils considèrent comme pertinent (24% des répondants) qu'à des photos (11%). 

**Méthodologie: étude réalisée auprès de 1062 personnes représentatives de la population française, âgée de18 ans et plus. Les interviews ont été réalisées entre le 1er et le 2 juin 2016. 

 

L'image du jour : le Big Data au service du marketing

40% des professionnels du marketing utilisent une DMP pour doper l'analyse de leurs données marketing. Plus de 8 professionnels sur 10 souhaiteraient pouvoir mieux mesurer les retombées de leurs investissements, et ils sont 64% à estimer que l'optimisation des données est la base de leur stratégie marketing, selon une récente étude réalisée par Radar Search pour le compte d'Oracle. Quel usage font ces professionnels de leur DMP, et quel avantage y trouvent-ils? Eléments de réponse avec un extrait de l'infographie accompagnant la publication de l'étude. 

oracle-big-data-2016-2

 

Nomination : Marco Carducci devient Business Relationship Manager d’Actito

Marco CarducciActito, plateforme cloud de marketing automation, a décidé de nommer Marco Carducci au poste de Business Relationship Manager. Dans le cadre de ses nouvelles fonctions, il sera chargé d’accompagner le développement de nouvelles fonctionnalités sur la plateforme. Il mettra également son expérience au service de l’équipe New Business en charge des consultations et appels d’offres d’Actito.

Auparavant, Marco Carducci a travaillé pour Consodata (désormais Acxiom), WDM (devenu Bisnode) ou encore Centrale Directe. Depuis 2013, il était responsable du développement commercial au sein de Publicis ETO. 

 

[tabs][tab title= »L’atelier en ligne »]

Favorisez l’adoption de votre réseau social en supprimant la barrière de la langue!
Le 28 juin à 15h avec IBM​

50% des employés des grandes entreprises européennes sont basés en dehors du pays où se situe le siège social. La barrière de la langue est de ce fait un frein au développement et à l'adoption d'une collaboration fluide entre les constituants  de l'entreprise. 

Nous vous proposons de découvrir comment mettre en commun le meilleur des deux mondes afin de permettre une collaboration sans frontière, dans toutes les langues.

Inscrivez-vous ! ​[/tab][/tabs]

[tabs][tab title= »L’événement »]

Web After Work Paris
Le 28 juin dès 19h​

Cinq startups innovantes pitcheront pendant 5 minutes pour présenter leur projet à la communauté tech parisienne. A l'issue de chaque présentation le public pourra poser ses questions puis en fin de soirée nous voterons pour la meilleure startup de la soirée
 

Les Web After Work @ Paris sont des événements Parisiens réunissant la communauté marketing digitale. A cette occasion, autour d'un verre, venez échanger avec vos pairs, clients, partenaires actuels ou futurs sur des problématiques métiers en toute convivialité !
 

Pour en savoir plus.​ [/tab][/tabs]

Tags

La rédaction

Pour contacter la rédaction, cliquez ici / Devenez "la start-up de la semaine" : faites vous connaitre! / Ajoutez un événement à notre agenda: cliquez ici

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Share This