/ InsidersBusinessTech

[INSIDERS] Les 5 infos Tech pour briller en société

#FaceOff: Trump attaque Zuckerberg sur Twitter, qui lui répond sur Facebook

Apparemment excédé par les soupçons entourant les conditions de son élection, Donald Trump s’est évidemment saisi de son smartphone pour dire au monde sa façon de penser. Et c’est cette fois-ci sur Mark Zuckerberg que la ire en 140 caractères du président américain est tombée. Dans ce tweet, Donald Trump accuse Facebook d’avoir toujours été « Anti-Trump », extrapolant même une « collusion » du réseau social avec les médias presse et TV critiques à son encontre.

Mark Zuckerberg a répondu à l’attaque du président sur Facebook : « Trump dit que nous sommes contre lui. Les démocrates disent que nous avons aidé son élection. Les deux camps sont agacés par des idées et des contenus qu’ils n’approuvent pas. Et c’est ainsi que ça se passe sur une plateforme ouverte à toutes les idées.»

Facebook, Google et Twitter seront entendus le 1er novembre par une commission sur le renseignement au Sénat, pendant une audition publique, dans le cadre de l’enquête sur les soupçons d’ingérence russe pendant l’élection de 2016.  

#Cryptominute: les bitcoins ont-ils une vie après la mort ?

Parce que le genre humain n’aura jamais assez de questions existentielles pour tromper l’ennui avant la mort, voici de quoi renouveler le stock : que deviennent donc les bitcoins d’un individu à son décès ? Cointelegraph aborde ce drôle de sujet, puisqu’à date, vous pouvez très bien investir en monnaie cryptique – et même avoir fait fortune dans le cas des early-adopters – sans que personne ne connaisse l’existence de votre portefeuille, ou de sa clé de protection a fortiori.

Ainsi, un jeune homme vivant dans le Colorado est mort cette année, laissant quelques dettes à sa famille. Mais il avait aussi investi très tôt dans le bitcoin, dès 2013, quand ce dernier valait 13 dollars – il a atteint les 5 000 dollars depuis. La famille a découvert par hasard ses investissements via des relevés bancaires qui mentionnaient de opérations avec le wallet Coinbase, mais sans les informations nécessaires pour débloquer les fonds. Elle négocie actuellement avec la plateforme pour récupérer ces sommes.

What Happens to Bitcoin When I Die?

#Nasdaq: Roku réussit son entrée en bourse

Roku fait aujourd’hui ses premiers pas au Nasdaq. La société californienne, spécialisée dans le streaming vidéo via devices ou téléviseurs connectées, dont le prix d’introduction était fixé à 14 dollars, portant sa valorisation à 1,3 milliard de dollars, a levé 219 millions de dollars. Roku a bien été accueilli par les marchés : quelques heures après son introduction, l’action avait déjà pris 30%, s’échangeant à plus de 18 dollars.

Dans un paysage de la consommation TV américain transformé par le streaming et le cord-cutting, Roku détient plus de 32% du marché des 150 millions d’utilisateurs de TV connectées, devant Google Chromecast (29,9%), Amazon Fire TV (26.3%) et Apple TV (19.9%), selon eMarketer. Le chiffre d’affaires de Roku s’est élevé à près de 400 millions de dollars en 2016, essentiellement porté par la vente de devices, pour 40 millions de dollars de pertes. Roku cherche désormais à faire évoluer son modèle hardware vers un business de «plateforme» (revenus issus des partenariats avec les annonceurs et les éditeurs de contenus). Son indépendance permet à ses clients d’avoir accès à un écosystème ouvert et à un choix supérieur d’apps par rapport à une concurrence, qui cherche à valoriser ses contenus et asseoir des rapports de force. Ainsi, Google a bloqué depuis peu l’accès à YouTube depuis une enceinte connectée Amazon, pour cause de «mauvaise expérience utilisateur». Le Los Angeles Times revient sur ces enjeux : la société arrivera-t-elle à se maintenir face à la concurrence des géants Amazon, Apple et Google ?

In Roku’s IPO, investors want to know if the video streaming firm can fend off Amazon, Apple and Google

#Alexa: Amazon veut imposer son Echo-système

Amazon a surpris son monde avec une conférence de presse inattendue, destinée à lancer une batterie hardware Echo.

En plus d’une nouvelle Fire TV, ce sont trois nouveaux produits Echo qui ont été annoncés à cette occasion : Echo Spot, le réveil connecté sphérique qui joue de la musique et des vidéos, pourra aussi servir aux appels visio. On recense aussi Echo Compact, une enceinte connectée premier prix, une enceinte Echo Plus de nouvelle génération, et un boîtier Echo Connect, pour passer ses appels avec Alexa depuis un téléphone filaire.

Au total, neuf produits constituent désormais la gamme Echo, si l’on compte les précédents Echo Dot, Echo Show, Echo Tap et Echo Look. Tout cela est un peu confus, et à titre personnel, je me sens à peu près aussi démunie qu’au rayon machines lavantes-séchantes chez Darty, ce qui tombe bien puisqu’aucune date de disponibilité n’a été donnée pour la France.

Selon Recode, tout ceci est parfaitement voulu : comme Amazon n’a pas encore trouvé LA killer application pour Alexa, il la diffuse au gré d’une foultitude de petits appareils pour occuper le terrain des assistants personnels et imposer au plus vite son écosystème au sein du foyer.

The Echo doesn’t have one killer app, so Amazon is creating Alexa gadgets for every use case

#Data: Tinder lit en vous comme dans un code source

Votre vie intime n’a plus de secret pour Tinder. L’application aux 50 millions d’utilisateurs a une politique simple et claire de collecte de données : elle enregistre tout!

Judith Duportail, journaliste à The Guardian, en a fait la douloureuse expérience en demandant à l’application de lui envoyer toutes les informations la concernant. Dans un article du 26 septembre, elle détaille ce qu’on lui a transmis. La jeune femme a téléchargé l’application le 18 décembre 2013, s’est connectée 920 fois, a échangé plus de 1 700 messages, a matché avec 870 personnes, a envoyé la même blague aux garçons numéro 567, 568 et 569… En tout, l’application a enregistré plus de 800 pages de données à propos de Judith, allant même jusqu’à détailler les Like sur Facebook ou ses photos sur Instagram. Tinder a aussi analysé les préférences sexuelles et le type d’homme de la journaliste.

Comme tous les services Internet, Tinder a une page dédiée aux conditions générales d’utilisation. Cette dernière stipule que les données collectées peuvent être utilisées à des fins publicitaires et «pour personnaliser l’expérience de chacun de nos utilisateurs à travers le monde», détaille un porte parole de Tinder à Judith Duportail. Si comme Katy Perry, vous ne pouvez plus vous passer de Tinder, sachez que l’application peut remplacer votre journal intime (en plusieurs tomes).

Tags

Carolina Tomaz

Computer Girl depuis 2000. Stratégie numérique, innovation, direction éditoriale. Spécialisée en médias, TV et internets.

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Share This