/ InsidersActualité

[INSIDERS] Microsoft et OpenClassrooms s’allient pour former des étudiants à l’IA

#E-Learning: Microsoft et OpenClassrooms s’allient pour former des étudiants à l’IA 

OpenClassrooms annonce un partenariat mondial avec IA, un secteur très en demande, par un master en ligne. Celui-ci est destiné à former au moins 1 000 ingénieurs à l’IA dans le monde entier. Cette collaboration vise d’abord à donner accès à un grand nombre d’étudiants aux compétences requises dans les métiers de la technologie de pointe, tout en garantissant aux employeurs des personnes parfaitement formées pour occuper ces postes.

Crédit: Shutterstock/StockStudio

OpenClassrooms et Microsoft indiquent que la demande de compétences en intelligence artificielle de la prochaine génération a dépassé de loin le nombre de candidats sur le marché du travail, et que selon une estimation une pénurie de talents laissera jusqu’à 30% des emplois en IA et en informatique vaquants, d’ici 2022. Par ailleurs, les deux entreprises garantissent aux étudiants qui auront suivi ce programme d’obtenir un emploi dans les six mois. Si ce n’est pas le cas, ils seront intégralement remboursés par OpenClassrooms. Les étudiants obtiendront également un diplôme de niveau master accrédité en Europe par OpenClassrooms. L’entreprise cherche cependant toujours à obtenir une accréditation au Royaume-Uni et aux États-Unis.

OpenClassrooms, qui a levé 60 millions de dollars en mai 2018, revendique une équipe de 170 employés et plus de 1 000 mentors et coachs, avec des étudiants dans 140 pays. Ils comptent notamment parmi leurs entreprises partenaires, Uber, Deliveroo, Capgemini, BNP, Societe Generale et Axa.

#FrenchTech: Roger Voice, Station F et Le Studio Next à l’affiche de la saison 2 de Foundation

Station F, le campus de start-up français XXL, et le studio de brand content Le Studio Next, annoncent le lancement la saison 2 de Foundation, la série documentaire sur l’entrepreneuriat. Cette deuxième saison de 6 épisodes de dix à douze minutes sera diffusée à partir du 12 avril. Cette saison, qui a été réalisée en partenariat avec Allianz, PayPal et
Crédit: Foundation /STATION F/Le Studio Next

#FinTech: le co-fondateur de PayPal Max lève 300 millions de dollars pour Affirm 

Affirm vient de lever 300 millions de dollars selon Max Levchin, co-fondateur de PayPal et PDG de Affirm. C’est à l’occasion d’un tour de table dirigé par Thrive Capital qu’ Affirm, start-up du crédit à la consommation, vient de lever environ 300 millions de dollars en série F, selon Axios. 
Lancée en 2013 par Max Levchin, Affirm ambitionne de devenir un moyen de substitution aux cartes de crédit. Son application mobile fournit des micro-crédits à des personnes sans antécédents, grâce à un algorithme déterminant instantanément la solvabilité du consommateur. En plus de Thrive, les nouveaux investisseurs comprennent Fidelity, Wellington Management, Baillie Gifford et Sound Ventures. L’acteur Ashton Kutcher et Guy Oseary’s Sound Ventures font également parti des nouveaux investisseurs
La société basée à San Francisco prévoit grâce à cette levée de s’étendre et d’embaucher davantage. Affirm se veut un PayPal 2.0, qui tente de s’imposer comme une alternative aux banques traditionnelles, en utilisant de grandes analyses de données et des systèmes de sécurité très complexes pour leurs clients. 

#Google: la firme de Mountain View revient sur une subvention devant aller à un site hongrois pro-Orban

AFP – Google n’accordera finalement pas de subvention à un site d’information hongrois considéré comme étant une plateforme de propagande pour le gouvernement de Viktor Orban, a indiqué le groupe mercredi. La maison mère du site d’information Origo, New Wave Media, ne figure plus sur la liste de projets devant recevoir une subvention de la part du Fonds pour l’innovation numérique de la presse en Europe.

Crédits : Shutterstock

« Après avoir effectué davantage de vérifications, nous avons décidé de ne pas accorder de subvention à New Wave Media», a dit Google à l’AFP. La semaine dernière, l’organisation indépendante MediaPowerMonitor avait questionné la décision de Google d’accorder une somme allant jusqu’à 50 000 euros à New Wave Media, qu’elle a décrit comme un soutien « fervent du régime corrompu mené par le Premier ministre d’extrême droite Viktor Orban».

Le Nieman Journalism Lab de l’université d’Harvard avait dit mercredi que New Wave Media avait disparu de la liste des subventions de Google après qu’il eut interrogé le géant de l’internet à propos des inquiétudes soulevées par MediaPowerMonitor. Que Google soutienne un média de propagande aurait été mal vu, selon Gabor Polyak, un analyste basé à Budapest. « Mais au final, le retrait du financement est une décision courageuse et spectaculaire», a-t-il dit. Google « peut s’attendre à une mauvaise couverture de la part de la presse dans les médias pro-gouvernementaux » hongrois.

#Cybersecurité: le piratage, la plus grande menace pour le système financier US, selon JP Morgan

AFP – « Le piratage informatique est peut-être bien la plus grande menace planant sur le système financier américain», a prévenu jeudi le patron de la banque JPMorgan Chase dans une lettre annuelle dans laquelle il appelle également les PDG à s’engager plus dans la vie publique. Son groupe dépense chaque année 600 millions de dollars et emploie plus de 3 000 personnes pour la cybersécurité. « Mais le système financier est interconnecté et ses adversaires sont intelligents et acharnés. Nous devons continuer à être vigilants», affirme Jamie Dimon dans ce document adressé aux actionnaires.

Crédits : Shutterstock.

Le patron de JPMorgan, qui est également le président du Business Roundtable, une organisation regroupant des multinationales comme Caterpillar, Boeing, Walmart, General Motors, IBM ou encore General Electric, estime par ailleurs que « les patrons peuvent et doivent s’impliquer, particulièrement quand eux-mêmes ou leur entreprise peuvent aider à concevoir des programmes bénéfiques» au pays. « Nous pouvons utiliser nos capacités, données et ressources pour aider à développer des programmes d’infrastructures, de gouvernance, de logements abordables, d’éducation financière et d’intégration, ainsi que contribuer au financement des petites entreprises, des formations, du développement des communautés et de l’économie», ajoute-t-il dans cette lettre.

« Les entreprises ne doivent pas juste respecter la lettre et l’esprit de la loi. Elles peuvent s’efforcer d’améliorer la société», a ajouté M. Dimon. Au-delà de l’appel aux grands patrons, le PDG de JPMorgan évoque un grand nombre de sujets dans sa lettre annuelle, allant de la défense du capitalisme ou des programmes de rachat d’actions, à l’importance de l’intelligence artificielle en passant par la cherté des soins de santé. Jamie Dimon affirme par ailleurs que si sa banque « ne prédit pas de récession», elle s’y prépare.

L’économie américaine, « plutôt en bonne santé », va se retrouver « confrontée à une grande variété de problèmes en 2020 et 2021», écrit-il. « Certains facteurs comme la confiance, dont nous savons à quel point elle est importante, peuvent être facilement affectés par de mauvaises politiques, des événements inattendus ou même une forte volatilité sur les marchés», détaille M. Dimon. « La prochaine récession ne ressemblera peut-être pas aux récessions précédentes. La prochaine fois, sa cause sera peut-être seulement la conséquence d’une accumulation de facteurs négatifs», ajoute-t-il.

Tags

Assiya Berrima

Journaliste chez FW - DECODE MEDIA Pour contacter la rédaction : redaction.frenchweb@decode.media
Openclassrooms
[INSIDERS] Microsoft et OpenClassrooms s’allient pour former des étudiants à l’IA
Stadia
Google lancera sa plateforme de jeux vidéo en streaming Stadia le 19 novembre
Publicité en ligne: Amazon prend du terrain à Google sur le search
Télécoms: les « fréquences d’or » comme complément de la 5G?
Face à Facebook, la Chine va lancer sa propre monnaie virtuelle
Devenez l’un des 10 partenaires premium de FrenchWeb.fr
[Webinar] Comment ManoMano humanise sa marketplace grâce aux vidéos de ses consommateurs
Copy link