ActualitéCom

[Interview] Avec « Secret Media », Frédéric Montagnon veut contrer les ad blocks

Frédéric Montagnon, ancien président et fondateur d’OverBlog, et ancien fondateur de Nomao (partie intégrante de Teads aujourd’hui), se lance – comme à son habitude depuis New York – dans une nouvelle aventure baptisée « Secret Media ». L’idée : apporter des solutions aux éditeurs qui doivent affronter la montée en puissance des adblocks – les logiciels faisant disparaître les publicités sur les sites – alors qu’ils sont en recherche de monétisation de leur audience. Dans certains pays, comme en Allemagne, 20% des internautes utiliseraient déjà un adblock selon M. Montagnon.

Secret Media a développé en interne une technologie qui « réencrypte » la chaîne de caractères (URL, codes…) de chaque publicité afin de la rendre unique et donc indétectable par un adblock qui se base sur la reconnaissance automatique de signes communs. Autrement dit : la publicité s’affiche, même lorsque l’utilisateur a un logiciel installé car, à chaque fois, elle est codée différemment. Plus de détails avec Frédéric Montagnon.

Tags
Microsoft Experiences les 3 et 4 octobre 2017

Marion Moreau

Pour contacter la rédaction: cliquez ici Devenez "la start-up de la semaine" : faites-vous connaitre! Ajoutez un événement à notre agenda: cliquez ici

Sur le même sujet

36 thoughts on “[Interview] Avec « Secret Media », Frédéric Montagnon veut contrer les ad blocks”

  1. Des solutions existes déjà, avec les détecteurs de adblockeurs qui permettent soient d’avertir l’internaute ou carrément de bloquer l’accès au site si l’internaute ne mets pas le site dans la « white-list » du adblockeur.
    La solution de secret média est un peu brut et ne permets pas à l’internaute de prendre conscience du pb en mettant le site dans la white list. Je ne sais pas le prix de sa solution mais je suis pas sûr de la valeur ajouté.

  2. Belle interview de Frédéric Montagnon sur « l’ad-blocking », ses conséquences et sa croissance ces dernières années. Il manque quand même un développement sur les causes de cette croissance.

  3. L’adblocking vient du fait que les publishers utilise la publicité n’importe comment…Si ils adoptaient des modèles moins interruptif et plus permissif, les gens n’auraient plus besoin de ces adblocks. En résumé contourner l’ad-blocking c’est le pansement sur la jambe de bois. Le seul gain sera que les utilisateurs seront encore plus en colère contre le publisher. C’est le même débat que pour le téléchargement illégal. Forcer les utilisateurs c’est le meilleur moyen d’échouer. Les exemples cités dans cette interview sont particulièrement risibles.

  4. Ça lui viendrait pas à l’esprit que si on veut bloquer la publicité, c’est qu’on en a marre ? Personnellement, des pubs, je n’en veux plus du tout. Pas de tri, pas de choix, rien. La pub, dans son ensemble, me gène et m’agresse. A partir de cet instant, si une pub force mon adblock, au revoir le site. Moi aussi, je vais refuser qu’on m’impose quelque chose.

    1. :) Que vous en ayez « marre » de payer, je le comprends, mais il faut bien payer le travail de ceux qui créent ce que vous consommez.

      1. C’est de la rhétorique, ça. Dommage pour vous, ça ne marche pas sur moi. Pas plus que les pubs. Vous prétendez que les utilisateurs d’adblock n’ont pas le choix de ce qui est bloqué mais ce que vous vous proposez de faire est exactement la même chose: vous voulez forcer les gens à accepter toutes les pubs, sans pouvoir choisir. En quoi votre démarche est-elle plus saine ? Plutôt que forcer les gens, les publicitaires pourraient peut être se remettre en cause et arrêter de polluer sans raison (dans le sens « raisonnement ») les sites internets. Les pubs me gênent quand elles envahissent l’écran et m’empêche de consulter et de naviguer sur un site. Les pubs respectueuse, je me contente de ne pas les regarder (ou de me marrer en remarquant à quel point les publicitaires prennent les gens pour des imbéciles).

        Cela dit, je note (positivement) que vous prenez la peine de répondre aux « attaques », et c’est tout à votre honneur. Si j’avais su, je me serais adressé directement à vous et aurais évité d’utiliser la troisième personne du singulier (qui me semble, dans ses circonstances, tout à fait déplacée et presque insultante).

        1. Comme mentionné à partir de la 10ième minute, cela concernera dans un premier temps les sites premium avant d’être généraliser je pense par d’autres acteurs (adserver directement?) qui rendront disponibles cette solution à l’ensemble des sites.
          Alexis, si vous préférez ne pas consulter les contenus tels que ceux de ces acteurs (L’Equipe, Le Figaro, etc…) pour ne pas être exposer à la publicité, alors c’est un choix respectable.
          Cette relation de la publicité affichée comme monétisation d’un contenu produit est saine à mon sens et je ne comprends pourquoi les gens s’offensent alors que sur l’ensemble des autres médias le modèle est identique (TV, Presse gratuite, Radio, Abris Bus, etc.) voir pire avec une double monétisation comprenant un achat du contenu + de la publicité (Presse, Chaînes TV payantes, Cinéma, …).
          Un monde sans publicité c’est : une économie en berne, des licenciements, plus d’infrastructures urbaines, plus de sites Internet, plus de presse gratuite, plus de radio, plus de TV gratuite, etc… Bref un monde bien triste.

          1. Ah mais je vous rassure, Thibault, la publicité « m’offusque » quel que soit le support, tant par son envahissement que par sa vacuité. Votre conclusion concernant un « monde sans publicité » est sans fondement (surtout le partie concernant l’économie en berne): des produits qui ne font pas de publicité fonctionnent souvent aussi bien (sinon mieux) que ceux qui en font. Certaines entreprises font de la publicité « à perte » simplement parce que, au prétexte qu’il s’agit d’un investissement, ces dépenses ne comptent pas dans leurs bénéfices et se répercutent donc différemment.
            Encore une fois, c’est l’aspect systématique du projet de Mr Montagnon qui me gène, surtout en rapport à l’un de ses arguments « massues » selon lequel l’utilisateur ne choisit pas quelles publicités sont enlevées. C’est de l’hypocrisie, purement et simplement: « Les vilains adblockers empêchent toutes les pubs et ne laissent pas le choix aux internautes, c’est mal ! Nous, on veut les forcer à les regarder, c’est bien ! »… Pour reprendre vos propos, si un site n’est pas content que je puisse consulter son contenu sans voir ses publicités, il lui suffit de se tourner vers ceux qui sont prêts à les subir.

            Après, je pourrais rebondir sur le superbe lapsus très révélateur « on vous impose… enfin, on a choisit de mettre de la publicité », mais ce serait un coup bas. Je pourrais aussi rappeler que, en un sens, en payant les FAI (et je ne parle même pas des accès via téléphone), on paye aussi la bande passante consommée et qu’il est très manipulateur d’essayer de faire croire que ceci est uniquement à la charge des sites consultés (surtout qu’il existe des type de domaines entièrement gratuits en ce qui concerne l’hébergement et la consultation d’un site).

            Il arrive un moment où les choses deviennent aberrantes. Un moment où ceux qui conçoivent et fabriquent un produit sont payés moins cher que ceux qui en font la publicité. Un moment où on veut nous faire croire que la publicité est quelque chose de bien et de vital, qu’on en a tous besoin. Et le pire, c’est que les gens y croient vraiment. Au risque de me répéter, il serait peut être temps que les acteurs du monde de la publicité (marketeurs, publicistes, annonceurs et autres) se remettent en question et se demandent vraiment si, plutôt que faire plus de pubs et de les bourrer dans le crâne des consommateurs qui ne sont plus vus que comme des portefeuilles ambulants, il ne faudrait pas faire de meilleures pubs, plus intelligentes, plus ciblées, plus efficaces car utiles et discrètes, donc acceptées. De toutes façons, ce débat n’aura pas de fin. Je me contenterais d’attendre patiemment une version d’adblocker efficace contre le système de Mr Montagnon et, en attendant, je bannirais tout site m’imposant sa pub. Parce que j’ai la prétention de croire que je ne suis pas un imbécile, que j’ai horreur qu’on me force la main et que je ne suis pas juste un cerveau disponible de temps en temps pour une publicité stupide vantant les mérites de la dernière voiture qui ne ressemble pas aux autres (comme les autres) ou le dernier smartphone super original (comme les autres)…

          2. « en payant les FAI (et je ne parle même pas des accès via téléphone), on paye aussi la bande passante consommée »
            -> absolument pas. La bande passante se paie dans les 2 sens lorsqu’il s’agit de site média: par vous et par l’éditeur. Et la bande passante ne comprend bien entendu pas les machines et l’électricité consommée qui dépend du trafic. Je ne reviens pas sur le prix du contenu lui même…
            Sur mon lapsus, qui n’en n’ai pas un: oui on « impose » de la publicité comme on « impose » de payer son addition au restaurant. C’est le prix demander par l’éditeur, c’est son choix.

          3. « On paye AUSSI la bande passante », je sous-entends donc bien qu’on est deux acteurs à payer la bande passante, non ? Pourquoi me reprendre avec un « absolument pas » alors que je dis, en substance, la même chose que ce vous dites ensuite ? Rhétorique…

            Je ne nie pas qu’un travail doit être rémunéré. Et, si vous me lisez bien, je ne nie pas non plus que la publicité peut être une solution. Ce que je dénigre, c’est la méthode matraquage choisie par les annonceurs à l’heure actuelle et qui en devient contre-productive. Arrivé à saturation, le cerveau rejette les informations et les associe à des sensations négatives. Si les gens en arrivent à installer massivement des adblockers, c’est sans doute justement parce que ce niveau de saturation est atteint. Mais plutôt que se remettre en question, la solution choisie par les annonceurs c’est « encore plus de matraquage, sans laisser d’issues ! ». Seraient-ils stupides et/ou aveugles ?

            Comparer « publicité » et « addition » est stupide (désolé, je ne trouve pas d’autre mot). Pourquoi ? Parce que si le restaurant a effectivement le choix quant au montant de son addition (encore que, s’il ne veut pas faire fuir les clients, il a intérêt à ce que le prix demandé soit dans les normes en vigueur pour sa catégorie de restauration ET à ce que le prix demandé vaille le service proposé), un éditeur n’a pas le choix quant à celui des publicités: les annonceurs décident eux-même du prix auquel ils vendent leurs « encarts », de la taille de ceux-ci et de la nuisance qu’ils imposent. Si un éditeur veut rentrer dans ses frais, il doit « choisir » d’imposer un certain degré de pub à ses internautes sur lequel il a peu de contrôle. Un peu comme si le restaurateur se voyait imposer l’addition qu’il présente à ses clients par son voisin concessionnaire… Logique ? Normal ? Constructif ?

            Je vous l’ai dit, les arguments creux appuyés par de la rhétorique, ça ne marche pas avec moi. Arrêtez donc avant de devenir insultant… Merci.

          4. Bonsoir Alexis,
            Je pense que vous avez beaucoup de préjugés sur la question. Votre rapport à la publicité semble bien tranché et je pense que quelque soit ce que nous pouvons écrire vous serez toujours contre.
            Je me permets néanmoins de corriger certains points qui me semblent cruciaux :
            1. « des produits qui ne font pas de publicité fonctionnent souvent aussi bien (sinon mieux) que ceux qui en font. Certaines entreprises font de la publicité « à perte » simplement parce que, au prétexte qu’il s’agit d’un investissement, ces dépenses ne comptent pas dans leurs bénéfices et se répercutent donc différemment. »

            Effectivement, il s’agit de dépenses, comme pour le reste de leurs fournisseurs et cela rentre dans leurs P&L. Maintenant, je ne pense pas que cela soit la raison. L’époque où la famille se rendait à sa superette du coin pour choisir parmi les 100 produits disponibles est terminée. Maintenant, nous sommes confrontés à plusieurs milliers de produits par catégories avec pour certains de vrais avantages concurrentiels (prix/brevets/exclusivité) et les marques ont besoin de montrer les avantages de leurs produits (vs. la concurrence) pour être choisies parmi ces linéaires bondés. Sans cela, très vite des marques mourront faute de ventes. Sans publicité, comment se faire connaître, comment se démarquer, comment être choisis par les distributeurs qui préfèrent miser sur des produits déjà installés sur un marché. C’est tout simplement la fin de la créativité et nous nous retrouverons de nouveau avec 1 à 2 produits par catégorie. Personnellement je suis bien content d’avoir le choix parmi mes voitures, mes smartphones, etc.

            2. « Pour reprendre vos propos, si un site n’est pas content que je puisse consulter son contenu sans voir ses publicités, il lui suffit de se tourner vers ceux qui sont prêts à les subir. »

            C’est typiquement ce que font les sites premium tels que L’Equipe qui ne donnent plus accès à leurs contenus vidéos aux utilisateurs d’adblock mais malheureusement ils ne peuvent pas le faire pour les autres pages à date.

            3. « Je pourrais aussi rappeler que, en un sens, en payant les FAI (et je ne parle même pas des accès via téléphone), on paye aussi la bande passante consommée et qu’il est très manipulateur d’essayer de faire croire que ceci est uniquement à la charge des sites consultés (surtout qu’il existe des type de domaines entièrement gratuits en ce qui concerne l’hébergement et la consultation d’un site). »

            C’est une erreur encore une fois. Comme vous le savez, avec votre connexion internet vous avez un débit autorisé en download (téléchargement de donnés) et en upload (envoi de données). Pour les sites il en va de même. Quand vous consultez une page internet, vous téléchargez les contenus de la page pour vous permettre de les voir (download), et de l’autre côté le site envoie ces données depuis son serveur et utilise également de la bande passante (upload). Votre FAI ne paie donc que votre partie de la consommation et non la partie à la charge des éditeurs.
            Pour les systèmes « gratuits », vous pouvez être sûrs qu’ils ne sont pas gérés par des bons samaritains et que ces personnes là y trouvent leurs intérêts : vente de vos données (centre d’intérêt, localité, etc.), publicité, etc.

            4. « il ne faudrait pas faire de meilleures pubs, plus intelligentes, plus ciblées, plus efficaces car utiles et discrètes, donc acceptées. »

            Ma dernière réponse à vos propos. Je pense que justement le digital est le média proposant la plus grande précision possible en terme de ciblage de pub alors que les médias offline sont achetés en « masse ». Lorsque le digital permet de ne toucher que les lyonnais, masculins, de 18 à 24 ans, la TV en revanche permet de cibler que nationalement, sans distinction de sexe sur la même tranche d’âge. Sans rentrer dans des « ciblages » plus fins, c’est déjà un plus. Personnellement, je préfère tomber sur une publicité de jeux vidéo sur Internet (car j’aime ça et que je suis un homme de 25 à 34 ans) que sur une pub sur un anticalcaire en TV car les technologies sur ce média ne permettent pas de choisir la pub en fonction du téléspectateur.
            Il existe plusieurs milliard de données disponibles sur Internet pour cibler la publicité, alors bien évidemment ce n’est pas encore parfait, mais c’est déjà mieux que les autres médias.
            Après personnellement, même si je n’ai pas encore décidé de partir en vacances en Irlande, la publicité sur ce pays peut créer en moi de la curiosité et l’envie d’y aller.

          5. Si vous me lisez bien, je ne nie pas l’utilité de la publicité (je vous renvoie à ma réponse ci-dessous à Mr Montagnon sur ce sujet, ainsi qu’on sujet de ma réflexion sur les FAI a priori pas claire, je m’en excuse).
            Pour ce qui est de faire des investissements à « perte » pour baisser artificiellement les bénéfices, je parle en toute connaissance de cause. C’est une pratique courante, et pas uniquement par le biais de la publicité. Le but, en France en tous cas, est d’avoir le moins d’argent à redistribuer à ses employés (via l’intéressement aux bénéfices) car cet argent est, dans la logique de l’entreprise, perdu. Tandis que par le biais de la publicité, même s’il n’y a pas réellement de retour sur investissement, il reste utile. 10 000 € réparti chez les employés, c’est 10 000 € de moins, 10 000 € de pub qui font monter le CA de 0.01%, ben, c’est toujours ça de pris (même si l’augmentation représente l’équivalent de 3 000 €)… Pensez-vous vraiment que des grandes marques comme Mc Donalds, Mobalpa, les grandes surfaces et d’autres aient besoin de matraquer autant ? Bien sûr que non, tout le monde les connait, tout le monde sait ce qu’ils font. Ils pourraient largement se contenter de petites annonces publicitaires annonçant les nouveautés du moment (au pire). Mais non, au lieu de ça ils se débrouillent pour être présents partout, tout le temps. Pas pour vendre plus, non. Ni pour informer. Juste pour justifier de bénéfices moindre à cause de l’investissement dans les publicités (entre autre). Vous pensez toujours que la publicité est indispensable ?

          6. Alexis, pour vous répondre en pleine transparence, il faudrait faire de l’économétrie sur les clients cités et pour cela connaître leurs investissements, saisonnalité, ventes sur les périodes, promos, concurrence, etc., etc. Ceci est réalisable et réalisé par la plupart des annonceurs pour voir exactement le retour sur investissement de chaque campagne. Il est sûr que toutes ne sont pas rentables mais parfois les enjeux sont autres qu’un achat immédiat (image, notoriété, considération, obligation légale pour la com fi, etc.).
            Bref, difficile de juger d’une globalité mais encore une fois pour moi la publicité reste indispensable si on ne veut pas se retrouver face à une perte de choix qui serait la conséquence du succès des plus gros et à la mort des plus petits à cause d’un manque de visibilité.

  5. Je crois qu’il n’y a qu’en France qu’on peut soutenir sans pouffer que de regarder des pubs est un acte civique… ailleurs en Europe, la pub est une nuisance à éviter.

  6. Le web et la création de contenu entièrement financé par la publicité, c’est vertueux ?! Vous êtes sérieux ? Vous souhaitez vraiment que la création soit financée entièrement par les groupes privés ? On a vu ce que ça a donné avec la presse, merci.
    La publicité sur internet n’est pas du tout vertueux et ne dégage pas d’externalités positives. Intéressez-vous plutôt au micro-paiement et donnez-nous les moyens simple de rémunérer les auteurs de contenus intéressants. Le public est davantage fervents à des contenus de qualité – prêt à le payer (voyez le succès du crowdfunding), plutôt que de la publicité.

  7. La pub pourrit le web et agace les gens. Les utilisateurs de Adblock ne sont pas des anarchistes anti capitalistes voulant la mort des annonceurs, ils en ont juste marre de subir des publicités non ciblées et inutiles. Imaginons si on affichait proportionnellement la même quantité de pub sur les routes que sur le web, nous roulerions dans un tunnel de panneaux 4/3. Personnellement, j’ai activé adBlock suite à un abus d’un annonceur qui a fait déborder mon vase qui avait pourtant une bonne capacité (publicité qui s’est mise en full screen avec l’API javascript Fullscreen). Les annonceurs doivent aussi assumer leurs responsabilités.
    Il serait plus productif de se concentrer sur la qualité de la publicités en ligne plutôt que de continuer à trouver des moyens de nous gaver de force comme des oies de pubs pour dévéroler son PC ou agrandir son pénis ou mieux : des accès premium au contenu. Spotify l’a bien compris en donnant le choix à l’utilisateur de payer en se gavant de pub ou contre des sous.

  8. Il n’y a pas besoin d’Adblock pour piller des contenus, on peut citer le mode de Lecture du navigateur Safari qui fonctionne très bien sur Frenchweb d’ailleurs (tout comme Readability ou l’appli mobile Pocket).

    On peut également citer cette brave Startup Française : Mention.net qui encapsule votre site dans son interface tout en la dépouillant de vos publicités.

    Quand on sait ça et qu’on lit cet article, on se dit que c’est de la poudre aux yeux Secret Media pour séduire les annonceurs…

  9. Aaah c’est beau de prôner des valeurs et de condamné la publicité au nom de la liberté ! Mais tout ceux qui ont ce type de discours ont de la merde dans les yeux. Je peux comprendre que la pub ennerve et qu’on finisse pas mettre un bloqueur. Je ne peux pas comprendre par contre ce degré de révolte fasse à cette méthode de bloqueur de bloqueur de pub.

    Si la publicité est là c’est pas pour enrichir les actionnaires, c’est juste pour essaye de faire vivre des gens décemment. Et si les formats sont de plus en plus intrusif c’est parce que ça paye de moins en moins et que la montée des bloqueurs de pubs contribuent en plus à faire fondre nos revenus. Et oui c’est pas bisounours land ! Vous pensiez que mette en place une publicité intrusive faisait plaisir à son webmaster ? Personnellement moi je le vis pas super bien. Mais quand on a des charges à une trentaine de millier d’euros à la fin du mois, on ravale sa fierté et on fait avec.

    Vous faites quoi comme métier Alexis O’Neil ? Comment vous le prendriez si votre patron vous annonçait en fin de mois que 30% de ses clients ont refusés de payés et que ce pourcentage est directement appliqué sur vos revenus ?

    Vous le prendriez à la cool ? Pour la liberté de choisir ?

    1. Il a le choix : il peut changer d’employeur pour une boite qui a un business modèle plus en adéquation avec le monde actuel, ou changer de métier. Et après il y a les autres, les allumeurs de lampadaires, les conducteurs de diligence, les maisons de disques, qui se débattent dans leur immobilisme et qui râlent.

      1. Mais arrêtez de parler de choix ! Lorsqu’on possède un site basé entièrement sur du contenu gratuit, on a pas le choix justement. Passer à un modèle payant ou je ne sais quoi d’autre c’est 80% de chance de mettre la clef sous la porte.

        Je suis Ok pour dire que les modèles de financement sur internet vont changer, mais ça se fera pas un un claquement de doigt, il va y avoir beaucoup de casse.

        1. Tout dépend de la volonté de rendre le contenu gratuit. Il y a les services d’utilité publique qui devraient être financés par l’impôt par exemple. Wikipedia en fait partie. Il y a ensuite les auteurs qui veulent se faire connaitre et qui payent leur propre hébergement (bloggueurs, CV, etc). Un jour on aura même tous la fibre et on pourra servir nos sites sur nos box. Nul doute que Free proposera bientôt un service gratuit de création de blog ou autre CRM directement sur sa Freebox.
          En ce qui concerne le contenu de type média, il reste encore tout à inventer et la pub ne sera surement pas la voie qui gagnera. C’est le premium qui est à privilégier. Mediapart pourra vous en parler.

          1. Petit bémol : les connexions (en France, je ne sais pas ailleurs) sont en ADSL, le A = asymétrique. Tu envoies moins vite (et c’est pareil pour ma conexin fibre). Pourquoi ? Car les FAI ne veulent pas que tu produises ton propre contenu. Car tu concurrences alors le leur (notamment la VOD par exemple)…
            Bon avec la fibre, ça s’améliore (héberger un blog et avoir 100 visiteurs en même temps est jouable, contrairement à l’ADSL) mais il ne faut rien attendre des FAI de ce côté :/

    2. Aujourd’hui la pub fait ralentir énormément la vitesse des sites web, recupere des informations de façon illégale sur les utilisateurs, renvoie les utilisateurs sur beaucoup de sites illegal qui pousse a erntrer son adresse email ou à télécharger des logiciels bourres de trojans et virus. Etant responsable informatique je peux vous assurer que 90% des problèmes sur les ordinateurs de nos jours viennent des pubs. Trop de clients, amis et voisins viennent me voir pour leur problème d’ordinateur qui rame, de navigateur qui rame ou bien que des pubs s’affichent partout sur leur desktop… et bizarrement des que je leurs installe adblock, ils ne reviennent plus me voir.
      La pub c’est bien mais il y a 0 contrôle sur internet la concernant.
      Le problème vient de la et non des adblockeurs….

  10. Je viens de passer sur le site de secret Media où l’on trouve un joli visuel de reporter sur le terrain. Une manière de dire que Secret Media « sauve » les pauvres petits reporter qui ont tant de mal à gagner leur vie. Pour info c’est pas la publicité qui paie les reporters mais les médias qui eux même peuvent se rémunérer de différentes manières au delà des recettes publicitaire. Bref c’est une vraie fausse solution que vous apportez là.

  11. Si on télécharge les Ad Blocks c’est qu’on en a marre de la Pub intrusive. C’est d’ailleurs pour cette raison que le site comme PubliAddict cartonne!! Les gens prennent conscience, on comprend que nos données ont de la valeur.

  12. Complètement absurde. Plutôt que de remettre en question les publicitaires, on remet en question les utilisateurs. Vous voulez régler le problème ? La solution est extrêmement simple, il suffit d’arrêter de faire des @*!$ de publicités qui font freezer la page, qui sont impossible à fermer, qui se mettent en layout sur toute la page ou qui surgissent en plein milieu d’une vidéo. Lorsque les publicitaires auront un comportement responsable, nul doute que les utilisateurs n’auront plus besoin d’utiliser des outils pour les protéger de ces abus.

    Il est triste de voir que certains sites aient à payer le prix fort, à cause du comportement irresponsable des autres. Mais c’est la vie, et ça se passe partout comme ça. Battez vous contre les responsables du problème, pas contre les utilisateurs.

    Bon courage pour votre projet, vous allez en avoir besoin. Je doute que votre techno tienne bien longtemps, si elle n’est pas déjà obsolète.

  13. Un des facteurs qui poussent les gens a bloquer les pubs, et un dont je n’ai pas entendu parler ici, c’est que bien souvent, les pubs sont ecrites avec les pieds, et elles plombent la performance des pages de contenu. Les chose vont certes dans la bonne direction, mais je pense que si quelqu’un arrive a contourner le probleme des adblockers, cette personne aura une responsabilite morale (ou du moins j’aimerais le croire) envers les utilisateurs, a savoir servir des pubs de qualite.
    Dans la mesure ou Secret Media peut se permettre de choisir ses partenaires, je pense qu’il y a matiere a choisir aussi ses annonceurs. Pour l’avoir vu de pres, je sais que des pubs de qualites (contenu adapte, presente de facon non aggressive, et servi rapidement) marchent mieux, donc y’a une synergie interessante a trouver la, je pense.

  14. Aujourd’hui la pub fait ralentir énormément la vitesse des sites web,
    recupere des informations de façon illégale sur les utilisateurs,
    renvoie les utilisateurs sur beaucoup de sites illegal qui pousse a
    erntrer son adresse email ou à télécharger des logiciels bourres de
    trojans et virus. Etant responsable informatique je peux vous assurer
    que 90% des problèmes sur les ordinateurs de nos jours viennent des
    pubs. Trop de clients, amis et voisins viennent me voir pour leur
    problème d’ordinateur qui rame, de navigateur qui rame ou bien que des
    pubs s’affichent partout sur leur desktop… et bizarrement des que je
    leurs installe adblock, ils ne reviennent plus me voir.
    La pub c’est bien mais il y a 0 contrôle sur internet la concernant.
    Le problème vient de la et non des adblockeurs….

    Mr Frédéric Montagnon n’a jamais réfléchi au réel problème.

    Son seul but est de se gaver sur les annonceurs en leur vendant une solution inutile et qui concerne moins de 10% des internautes… Mais avec un bon commercial et des mises en avant comme celle-ci, il y a bien des pigeons qui vont signer.

  15. C’est principalement une histoire de tracking chez moi.
    Puis je paye si j’ai envie. Je finance directement plusieurs services qui me plaisent (journaux indépendants, vidéastes…), on ne me forcera pas la main là dessus.
    Vient ensuite le bourrage de crâne. Je ne regarde plus du tout la TV, je n’ai d’ailleurs pas de téléviseur. Je n’écoute pas la radio et j’évite les pub du regard, dans la rue.
    Et enfin de nuisance visuelle (et sonore).

    À noter que je connais des bons sites, très visités aussi, qui n’affichent pas une once de pub et qui le vivent bien.

  16. Bonjour
    Si ce monsieur veut obliger les gens a lire la pub Bon courage…Sans parler que les endroits du net ou ça se fera…Les gens banniront ces sites a vie. Et les hackeurs feront juste une base de données afin de répertorier tous les codes générant ces technologies et la diffuseront gratuitement sur le net.. Moins d’argent pour le marketing des boites et moins d’argent pour les gens qui dirigent les medias Alors que faire? Et bien tout simplement changer de modèle de rémunération. Si vous arrêtiez de faire des paiements au click déjà on verrait plus clair… Est ce que les pubs tele on les click? Non les annonceurs payent pour être ..simplement vu et entendu… Point barre..deuxième chose… Payez les diffuseurs au forfait et avant la mise en ligne des pubs, ils auront moins l’impression de se faire voler..et dernière chose…Il n’est pas dure d’imposer en douceur et sans déranger de la publicité… Il suffit de les inclure dans les programmes dans le même fichier pour le temps voulu…De les garder monter sur un banc de montage vidéo et de les retirer une fois le temps écoulé… ça fait du travail supplémentaire aux medias certes, et surtout ça fait baisser les marges des annonceurs, mais c’est le seul modèle fiable a venir…Et qui rémunèrera correctement les medias. Il me semble que quelques medias se sont déjà engouffrés dans ce mode de diffusion dont un qui porte le nom de Tele-Atlantic…Enfin je crois que c’est ce nom la maintenant vu que Paris Premiere leur a repris leur premier nom de domaine qui était Tele-Premiere…

  17. SECRET MEDIA ne resoud pas de probleme ! Il s’en prend a un « ennemi » l’Ad blocker qui lui s’en prend vraiment aux problemes.
    Les Ad Blocker n’existerait pas si la publicite etait bien geree et juste mais quand on doit visionner 50 secondes de pub pour une video de 1 mn, le ratio n’est pas coherent. Quand on doit lire un contenu et que l’on a une banniere qui s’affiche devant notre contenu avec impossibilite de fermer la fenetre ou en cliquant sur une croix on clic et on est redirige vers l’annonceur on est dans une politique d’abus de la part des plateformes publicitaires.

    Je suis utilisateur de Ad Blocker par un ras le bol de devoir subir de la pub agressive et intrusive.

    Le vrai probleme est la gestion de la pub qui n’est plus coherente par rapport au temps de la video ou des bannieres forcees qui cachent le contenu.
    SECRET MEDIA en voulant forcer les Ad Blockers devient complice de ces politiques intrusives.
    La technologique de SECRET MEDIA sera juste si elle retablit l’equilibre en ayant un ratio coherent entre la pub visionnee et le temps de video ou si les bannieres « forcees » sont aussi bannies.

    On ne peut plus parler d’un internet libre, on se rend compte par de tel projet que l’on veut nous rendre esclave de ce que l’on voit, de ce que l’on lit.

    Cela dit, meme si je ne suis pas d’accord avec le discours de Frederic MONTAGNON, vu la conviction et l’investissement en fond propre, bonne chance pour le business

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Share This