A la uneActualitéAsieAsieFonds d'investissementInvestissementsLes levées de fonds

Investissement dans les start-up asiatiques: les chiffres à connaître

L’e-commerce a damé le pion à tous les autres secteurs en termes de financement dans la région Asie-Pacifique au cours du premier semestre. En cristallisant 53% des investissements, le secteur arrive loin devant les secteurs de la finance, des médias ou de l’éducation, selon les données compilées par la newsletter d’Arnaud Bonzom: the Asia Funding M&A Newsletter. Par ailleurs, deux pays dominent largement les levées de fonds : la Chine et l’Inde. Et sur les dix opérations les plus importantes, neuf ont eu lieu en Chine. Au final, dans l’ensemble de la région :

  • 436 start-up ont levé des fonds sur la période, pour un montant total de plus de 9,4 milliards de dollars ;
  • en termes de phase de financement, le late stage domine avec 4,03 milliards de dollars – soit 43% des montants totaux – loin devant les séries C (13%), les séries A (11%), et les séries B (8%). L’amorçage (seed), en revanche, ne représente que 60 millions d’euros (4%) ;
  • cependant, en nombre de start-up financées, l’amorçage concentre 25% des opérations réalisées, devant les séries A (22%), et les séries B (10%) ;
  • la structure varie fortement selon les pays, le série A dominant en Chine, alors que le seed occupe la première place en Inde par exemple ;
  • parmi les levées de fonds significatives figurent Dianping, l’équivalent du Yelp chinois, qui a réuni 850 millions de dollars, Meituan, un site d’e-commerce dont le modèle est plus ou moins proche de Groupon (700 millions de dollars) et l’application de réservation de taxis Kuadi Dache (600 millions de dollars).

 

Si l’on quitte les start-up pour se focaliser sur le secteur du capital-risque lui-même, une trentaine de fonds ont été bouclés, pour un montant total de plus de 4,4 milliards de dollars. Le plus important closing a été réalisé par le fonds sud-coréen IDG Capital & SMBA (910 millions de dollars). Arrivent ensuite l’Indien Infosys (500 millions de dollars) – qui a acquis l’éditeur américain de logiciels B2B Panaya en février – et le Chinois Banyan Capital (362 millions de dollars).

Le secteur est cependant fortement internationalisé puisque les fonds les plus actifs sont essentiellement américains : Sequoia Capital, IDG Ventures, Matrix Partners, Tiger Global. Figurent cependant dans le Top 10, le japonais East ventures ou l’Indien Mumbai Ventures.

La rédaction

Pour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.
Bouton retour en haut de la page
Investissement dans les start-up asiatiques: les chiffres à connaître
Covid-19: comment la crise a boosté les applications pour rester en contact avec les seniors
Ciblage publicitaire: pourquoi le projet de Google inquiète les éditeurs européens?
WhatsApp
En Afrique du Sud, les nouvelles règles d’utilisation de WhatsApp ne passent pas
Voiture autonome: Honda lance le premier véhicule au monde doté d’un système de niveau 3
Fabernovel s’étend en Chine avec une nouvelle acquisition
Comment The Bradery souhaite bouleverser le marché des ventes privées grâce à Instagram?