A la uneBusinessMarketing & CommunicationTech

iProtego surveille l’e-réputation des entreprises et des particuliers

Pour supprimer du contenu gênant sur Internet, il existe depuis 2014 le formulaire du droit à l'oubli. Selon des statistiques Google, près d'une demande sur 5 concernerait un Français.

En France, la société iProtego s'occupe de faire disparaître les contenus jugés inapropriés. Fondée en 2009 par Ludovic Broyer, l'entreprise a développé différents services dont Osculteo, qui analyse sur Internet tout ce qui concerne une personne ou une société. «Pour surveiller sa e-réputation, il va falloir régulièrement, très régulièrement, regarder ce qui apparaît sur votre nom et sur les mots clés qui peuvent être associés à votre nom» détaille Ludovic Broyer, fondateur d'iProtego.

Tout ne peut pas être supprimé

Pour les entreprises, la société traite notamment des problématiques liées à la concurrence déloyale ou encore à des articles de presse assez dévalorisants. Quant au grand public, les informations souhaitant être supprimées concernent le harcèlement ou d'anciennes coupures de presse. Néanmoins, Ludovic Broyer met en garde. Toutes les informations ne peuvent pas être supprimées. Elles sont simplement retirées des premières pages de recherche.

Classée 401ème du FrenchWeb 500 publié en mars 2017, iProtego revendique près de 3,5 millions d'utisateurs dont 129 000 particuliers qui utilisent la solution Osculteo.

Fondateur : Ludovic Broyer

Lancement : 2011

Siège : Marseille

Activité : solutions de protection d'identité numérique

Tags

Myriam Roche

Chef de projet éditorial at Adsvark Media / FrenchWeb - We Love Entrepreneurs
iProtego surveille l’e-réputation des entreprises et des particuliers
FoodTech: quand des anciens d’Uber deviennent des rivaux de Travis Kalanick
IA : Enlitic lève 25 millions de dollars pour détecter plus rapidement les cancers
Ximalaya, le spécialiste chinois des podcasts qui pourrait peser 3,5 milliards de dollars
Entre Netflix et Disney, la bataille du streaming se jouera en Asie dès 2020
La valorisation de DoorDash atteint 13 milliards de dollars après une extension de sa série G
Comment la startup School Tech souhaite digitaliser les écoles supérieures
Copy link