A la uneActualitéAmérique du nord

«Jigsaw», la nouvelle croisade numérique de Google pour affronter les grands défis du monde

La division «Google Ideas», l'ONG interne d'Alphabet, vient d'être rebaptisée «Jigsaw», apprend-on dans un billet d'Eric Schmidt sur Medium. Avec ce changement de nom, le président du groupe veut en faire un «incubateur technologique» capable de relever les grands défis du monde actuel.

C'est son partenaire au sein de Google, Jared Cohen, le créateur de Google Ideas, qui va diriger l'entité en tant que président. Il reste ainsi dans la galaxie de dirigeants des divisions du géant, entre le laboratoire Google X, Calico (santé), Google Ventures, Google Capital, Nest Labs, ou encore Google Fiber pour les plus importantes.

La dimension politique de Jigsaw est plus qu'assumée. «La mission de l'équipe est d'utiliser la technologie pour affronter les grands défis géopolitiques, riposter à l'extrémisme violent, faire reculer la censure qui atténue les menaces liées aux attaques sur le digital», écrit Eric Schmidt, le président d'Alphabet. Google Ideas a été créé en 2011. Aujourd'hui, Eric Schmidt précise ses objectifs: «le blanchiment d'argent, le crime organisé, la brutalité de la police, le trafic humain, le terrorisme ou encore le harcèlement sur Internet». Le think tank aura notamment recours à la visualisation de données, à l'instar de sa «carte des attaques digitales». 

Un spécialiste du Djihad

Cette vision humaniste, c'est Jared Cohen, un ancien conseiller politique de Condolezza Rice et d'Hillary Clinton qui devra la mener à bien. Il est aussi l'auteur de plusieurs livres dont: The New Digital Age: Transforming Nations, Business, and our Lives (2013), qu'il a co-écrit avec Eric Schmidt. Mais aussi, et de manière plus surprenante dans le monde des ingénieurs de Google : «Les enfants du Djihad» (Children of Jihad, 2007) qu'il présentait sur les médias américains en 2008. Dans ses recherches menées en Iran, Iraq, Syrie, Liban, Afghanistan et en Afrique, il a rencontré des membres d'Al-Qaeda, du Hezbollah, et des Talibans, explique le think tank américain Council on Foreing Relations.  

Le terme «jigsaw» signifierait «puzzle» en langue arabe, parmi d'autres interprétations possibles. 

Les partenaires de ce think tank made in Google donnent également quelques indications sur les orientations. Parmi eux, la «Gen Next Foundation» (éducation et opportunités économiques), the Polaris Project  et l'ONG européenne La Strada International (contre l'esclavage et le trafic humain) the Institute for Strategic Dialogue, the Peace Research Institute Oslo, l'Université du Texas…

VOIR : Eric Schmidt et Jared Cohen :

Jeanne Dussueil

Pour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.

2 commentaires

  1. Google qui lutte contre le blanchiment d’argent ?? lol il devrait plutot voir pour payer leurs impots en france et arreter du soudoyer la presse via les FNIP c’est malin Ah quand google MAFIA

  2. Plus simplement, en anglais « jigsaw puzzle » est le terme complet pour désigner un puzzle.

Bouton retour en haut de la page
«Jigsaw», la nouvelle croisade numérique de Google pour affronter les grands défis du monde
TousAntiCovid : enfin l’heure du vrai démarrage pour l’application de contact tracing du gouvernement ?
Présidentielle américaine: la pression s’accentue sur Facebook et Twitter, convoqués par le Sénat
Facebook
Quelle place pour l’app de rencontre de Facebook en Europe
Comment Foncia accélère sa transformation numérique ?
Quand la présidentielle américaine se joue sur Twitch
Pourquoi LGO, la plateforme crypto de Frédéric Montagnon, fusionne avec Voyager