ActualitéBusinessRetail & eCommerce

Jumia, l’Amazon africain, fait son entrée à Wall Street

AFP

Pour découvrir l’actualité de la FrenchTech, et les infos à ne pas manquer directement dans votre boite mail à 15h tous les jours, cliquez ici

Jumia, le leader africain du commerce en ligne, a effectué vendredi en grande pompe ses premiers pas à Wall Street. Le titre de la société a bondi d’environ 30% dès ses débuts sur le célèbre parquet du New York Stock Exchange (NYSE) sous le symbole « JMIA », vers 14H20 GMT. A cette occasion, la première cotation sur le NYSE d’une entreprise africaine du secteur technologique, la place new-yorkaise avait déroulé le tapis rouge: elle a déployé une grande affiche aux couleurs orange et noire de l’entreprise sur sa facade extérieure et laissé les dirigeants sonner la cloche marquant le début de la séance. L’opération a permis à l’entreprise de lever 196 millions de dollars.

Fondé en 2012 au Nigéria, Jumia propose à ses utilisateurs une plateforme reliant les vendeurs aux consommateurs, un service de logistique permettant l’expédition et la livraison de colis des vendeurs aux consommateurs, et un service de paiement facilitant les transactions entre les utilisateurs actifs. Désormais présente dans 14 pays en Afrique, l’entreprise se targue de compter, selon les derniers relevés fin 2018, 4 millions d’utilisateurs actifs et 81 000 vendeurs.

Un chiffre d’affaires en hausse de 40% sur un an

Signe de sa forte croissance, Jumia a réalisé en 2018 un chiffre d’affaires de 130,6 millions d’euros, en hausse de 40% sur un an. Et le volume des transactions réalisées sur ses plateformes s’est élevé en 2018 à 828,2 millions d’euros, ce qui correspond à une progression de 63% par rapport à l’année précédente. Le groupe reste cependant encore déficitaire. Considérée comme une des pépites du continent africain, Jumia avait déposé mi-mars les papiers préparant son arrivée à la Bourse de New York. Elle a précisé vendredi avant l’ouverture qu’elle allait offrir 13,5 millions d’American Depositary Receipts (ADR) au prix de 14,50 dollars l’unité, soit au milieu de sa fourchette de prévisions initiales (entre 13 et 16 dollars).

Les ADR sont des certificats permettant à une entreprise étrangère d’être cotée aux Etats-Unis sans avoir à se plier aux lourdes exigences réglementaires du pays. L’entrée en Bourse « n’est qu’une étape, nous ne sommes qu’au début d’un long et grand voyage», ont commenté dans un communiqué Sacha Poignonnec et Jeremy Hodara, co-fondateurs et co-directeurs de Jumia. « Nous allons continuer à nous concentrer sur notre mission et à travailler encore plus dur pour aider les consommateurs, les vendeurs, les partenaires et toutes les parties prenantes à tirer profit de cette révolution technologique», ont-ils ajouté.

Parmi les investisseurs ayant accompagné sa croissance, Jumia compte de grands noms de l’économie comme Pernod-Ricard, Axa, Orange ou Goldman Sachs. Ses actionnaires principaux sont l’opérateur sud-africain MTN (à hauteur de 30%), la société allemande Rocket Internet (21%) et le groupe luxembourgeois Millicom (10%).

Bouton retour en haut de la page
Jumia, l’Amazon africain, fait son entrée à Wall Street
[Reportage] Coliving : dans les coulisses de La Casa
Zendesk Forum Paris : L’art de réinventer la relation client
Collect, la nouvelle startup BtoB d’Alex Delivet pour vous aider dans la gestion de documents
Comment Rosaly veut démocratiser l’acompte sur salaire en France
[Silicon Carne] AgTech : le futur de la food
[Série F] Contentsquare lève 600 millions de dollars et double sa valorisation à 5,6 milliards

Votre logiciel antipub bloque votre accès à FrenchWeb.fr


Depuis 14 ans, FrenchWeb vous propose chaque jour des contenus sur la FrenchTech. Nous diffusons rarement des publicités et ne collectons pas la moindre information sans votre consentement.


Votre adblocker empêche d'afficher correctement votre media FrenchWeb. Pour y accèder, nous vous recommandons de nous ajouter à votre liste de sites autorisés.


Merci et bon surf!


Richard Menneveux, fondateur de FrenchWeb.fr et CEO de DECODE.Media