ActualitéManagementStartup

Kwarter, la nouvelle start-up américaine de Carlos Diaz

Kwarter est la nouvelle création californienne  de Carlos Diaz, le créateur du Groupe Reflect (vendu à eMakina en 2007) et de Blue Kiwi Software dont il a quitté le poste de CEO en janvier dernier. Il est une des figures de l’entrepreneuriat Internet français.

Basée à San Francisco et financée en fonds propre, Kwarter veut réinventer l’expérience télé grâce aux smartphones et tablettes (d’Apple dans un premier temps). Les fans de sport peuvent s’y connecter lors d’un match, d’une épreuve sportive en direct à la télé pour entrer dans une vrais dimension sociale de partage de commentaires dans une véritable timeline, d’échange de photos ou de recherche d’informations sur les sports en question, les équipes, les joueurs… L’application propose des agendas pour les évènements majeurs aux Etats-Unis que chaque utilisateur peut cocher pour ne rien rater.

Kwarter identifie ceux de vos amis Facebook et Twitter qui sont en ligne pour échanger avec eux autour de l’évènement via l’application mais aussi sur les deux réseaux sociaux. L’application permet également de créer de nouveaux réseaux affinitaires autour d’un sport ou d’une équipe. Un choix donc entre une dimension publique ou privée. Les supporters les plus assidus reçoivent des récompenses sous forme de billets ou de deals par exemple.

Les versions iPhone et iPad de l’application sont encore en phase de bêta-test pour laquelle il est possible de s’inscrire.

La rédaction

Pour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.

Un commentaire

Bouton retour en haut de la page
Kwarter, la nouvelle start-up américaine de Carlos Diaz
Par sécurité, Joe Biden devra-t-il renoncer à son vélo interactif Peloton?
loon
Alphabet décide d’en finir avec Loon, son projet d’accès Internet par ballons
Animal Crossing, Among Us, FIFA… : retour sur ces jeux vidéo dopés par la pandémie
Facebook: le conseil des sages va décider si Donald Trump peut revenir sur le réseau
parler
Justice: Amazon ne sera pas contraint d’héberger le réseau social Parler
Instacart se sépare de 1 900 employés dont 10 travailleurs syndiqués