ActualitéEuropeTech

La France chute de sept places dans l’Open Data Index 2015

C'est une chute de 7 places qu'enregistre la France dans l’Open Data Index 2015, publié par la fondation Open Knowledge International. Ce classement, qui évalue le degré d'ouverture des données dans de nombreux pays, se base par exemple sur la disponibilité des données relatives au budget, à la dépense publique ou encore au registre des entreprises.

Un classement plus rigoureux

La France, qui occupait la troisième place l'an passé, est donc reléguée à la 10e place, ex-aequo avec la Norvège, dans cette nouvelle édition. «Cette chute traduit avant tout une incapacité de notre pays à ouvrir plusieurs jeux de données fondamentaux. Le cadastre, les données géographiques ou celles sur les entreprises restent ainsi uniquement accessibles contre une importante redevance», regrette la fondation dans son communiqué.

Autre exemple, alors que la COP21 qui se tient actuellement au Bourget prendra fin dans quelques jours, l'OKF regrette qu'aucune mise à jour des données sur les émissions nationales n'a été faite depuis 2009. Alors, comment expliquer que la France occupait l'an passé la troisième place ?

L'OKF explique avoir renforcé sa méthodologie et fait preuve d'une plus grande rigueur pour cette nouvelle édition. «Le bon classement de la France en 2014 a souvent été reçu comme un satisfecit alors même que notre association comme d’autres acteurs n’ont cessé de réclamer une plus grande ouverture des données essentielles», explique l'OKF France.

Open data par défaut ?

Le projet de Loi numérique, pour lequel une consultation publique a été organisée, prévoit dans son article 1 l'open data par défaut, c'est-à-dire l'«obligation de diffuser en ligne les principaux documents et données des organismes publics». Une mesure qui permettrait à tout individu de demander un accès à ces données, sans pour autant que celles-si soient publiées. Un tel dispositif ne concernerait cependant que l'Etat, et non les collectivités locales.

Au-delà de l'Hexagone, l’Open Data Index 2015 positionne Taïwan en première place avec un score de 78%, juste devant le Royaume-Uni qui occupait la première place l'an passé, suivie du Danemark. La Finlande arrive en 5e position et les Pays-Bas occupent la 8e place avec les Etats-Unis. Pour la plupart des pays, la fondation explique que les données les moins disponibles sont celles relatives à la dépense publique.

Crédit photo: Fotolia, banque d'images, vecteurs et videos libres de droits
Tags

Olivier Harmant

Pour contacter la rédaction: cliquez ici Devenez "la start-up de la semaine" : faites-vous connaitre! Ajoutez un événement à notre agenda: cliquez ici

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Share This