ActualitéChine

Fusions, acquisitions… Alibaba dispose d’une force de frappe de 38 milliards de dollars

Alibaba a récemment annoncé le lancement de deux fonds d'investissement pour les écosystèmes numériques de Hong Kong et de Taïwan. Il faut dire que le géant chinois de l'e-commerce en a les moyens : s'il le voulait, il pourrait dépenser jusqu'à 38 milliards de dollars en fusion ou acquisition l'année prochaine, selon les estimations d'analystes de BNP Paribas cités par Bloomberg. Pour parvenir à ce chiffre, ils se sont basés sur la trésorerie disponible du groupe, sur des projections en matière de flux de trésorerie ainsi que sur sa capacité à s'endetter.

Une estimation qui fournit un aperçu de la force de frappe d'Alibaba. Pourtant, la firme fondée par Jack Ma n'est pas la seule en Chine à disposer d'un tel potentiel. Selon ce même rapport, avec le même calcul, le groupe Tencent, qui édite notamment l'application de messagerie instantanée WeChat (plus de 600 millions d'utilisateurs), pourrait «déployer» 35 milliards de dollars, et Baidu, qui édite notamment le principal moteur de recherche en Chine, 15 milliards de dollars. Au final, ce trio de l'Internet chinois, surnommé les «BAT» (Baidu, Alibaba, Tencent), disposerait donc d'une capacité supérieure à 80 milliards de dollars en 2016, précise Bloomberg.

Cette année, les géants de l'Internet chinois se sont surtout affrontés dans le secteur des services O2O (online to offline, ndlr), comme les services de livraison de repas à domicile par exemple. En juin, Alibaba annonçait qu'il allait investir, avec sa filiale Ant Financial, plus de 400 millions de Koubei, une plateforme pour connecter les magasins physiques avec les consommateurs. De son côté, Tencent propose déjà de nombreux services via WeChat, qui permet notamment d'effectuer des achats.

Bouton retour en haut de la page
Fusions, acquisitions… Alibaba dispose d’une force de frappe de 38 milliards de dollars
Suite au soutien de Bruno Lemaire et de l’Elysée, Christel Heydemann devrait être nommée à la direction d’Orange
Stéphane Richard pourrait rester en poste jusqu’à la nomination de Christel Heydemann à la tête d’Orange
Elyze, le « Tinder » de la présidentielle ne conserve plus les données des utilisateurs
Investissements
Licornes françaises: où sont les femmes?
Instagram propose à ses influenceurs de vendre des abonnements à leurs followers
[Build Up] Luko fait l’acquisition de son concurrent allemand Coya