ActualitéBusinessInvestissementsLes levées de fondsMarketing & Communication

La marketplace des influenceurs, Octoly, lève 9 millions d’euros

Le montant

Octoly, plateforme permettant aux influenceurs de recevoir des produits de beauté gratuitement, annonce un tour de table d’un montant de 9 millions d’euros. Cet investissement a été mené par le groupe Havas, Otium Venture, Twins Partners et l’Instrument PME de l’UE. La plateforme a déjà réalisé une levée de fonds d’un montant d’1 million d’euros en octobre 2015.

Le marché

Arrivée en France il y a deux ans, Octoly est une plateforme où les marques de beauté (Dior, Sephora, Clinique etc) proposent aux influenceurs de recevoir gratuitement leurs produits sans contrepartie financière. Ils présentent ensuite le produit à leur communauté via YouTube ou Instagram. La société revendique 10 000 influenceurs réunissant près d’un milliard d’abonnés dans 5 pays différents: les Etats-Unis, la France, l’Espagne, l’Italie et l’Allemagne.

L’objectif

Avec ce nouvel investissement, Octoly lance OctoPrime.co, des boutiques en ligne spécifiques à chaque influenceur. Ainsi, ils pourront partager directement avec leur communauté les produits présentés dans leurs vidéos ou sur leurs photos. Depuis les boutiques, les utilisateurs peuvent acheter directement les produits mis en avant. «Après avoir réduit la distance entre marques et influenceuses, il était logique de faire de même entre les influenceuses et leurs fans en lançant OctoPrime», détaille Thomas Owadenko, fondateur et CEO d’Octoly. 

Bouton retour en haut de la page
La marketplace des influenceurs, Octoly, lève 9 millions d’euros
[Livre Blanc] Comment surfer sur la vague du sales enablement ?
Après le boom de la pandémie, DocuSign s’effondre à la Bourse de Wall Street
Le Kremlin renforce sa mainmise sur l’Internet russe avec le rachat de VKontakte par Gazprom
6 questions pour comprendre l’organisation des élections du CSE
VTC : le Singapourien Grab entre à Wall Street, valorisé à près de 37 milliards de dollars
Chatbots : passons de l’intelligence artificielle à l’efficacité bien réelle