A la uneActualité Start Me UpDistributionStart Me Up

La start-up du jour: Boticca, l’e-shop des créateurs de bijoux, rachète l’Atelier de la Mode et se lance en France

Crédit photo : Anthony Gelot / AG Photographe

[tabs]
[tab title= »La startup du jour »] Chaque jour, FrenchWeb met en avant une nouvelle startup, et en sélectionne une chaque semaine, pour être la startup de la semaine dans l’émission de l’atelier BNP Paribas sur BFM Radio. Vous êtes le fondateur d’une startup de moins de 2 ans, dont nous n’avons jamais parlé? Faites vous connaitre!

[/tab]
[/tabs]

La base de 100 000 clients de la marketplace parisienne L’Atelier de la Mode vient d’être acquise par Boticca, un site de créations de bijoux et accessoires implanté en Grande-Bretagne, et fondée par deux Français. Boticca, qui a bénéficié dès son lancement du soutien d’ISAI, et de business angels français (dont Olivier Mathiot, de PriceMinister), a levé 4 millions de dollars début septembre.

Les équipes de l’Atelier de la Mode ne seront pas intégrées à Boticca, selon Techcrunch.

En France, le marché de la joaillerie en ligne attire les investisseurs : Gemmyo, lancé en 2011, a bouclé trois levées fonds ( la dernière est de 3,1M€), et revendique un 1 million d’euros de chiffres d’affaires.

Kiyan Foroughi, co-fondateur de Boticca:

FrenchWeb: Comment avez vous eu l’idée de votre société? A quel besoin apportez vous une réponse?

Kiyan: Je voyageais au Maroc en décembre 2008 et c’est là que j’ai rencontré une jeune créatrice marocaine dans la Medina de Marrakech qui m’a racontée son histoire: elle avait grandi dans un village dans les montagnes Atlas et avait commencé à faire des bijoux pour elle-même puis pour sa mère qui aimait ses designs. Les autres femmes du village ont acheté ses bijoux après les avoir vus sur sa mère et de bouche à oreille, son business s’est étendu aux villages avoisinants. Puis elle a décidé d’aller à Marrakech 4 fois par semaine pour vendre ses créations aux touristes. C’est là que j’ai réalisé à quel point les canaux de distributions pour les petites marques et créateurs sont difficiles à percer. Et c’est ainsi que Boticca est né: un site 100% sur les accessoires de mode qui permet à des petites et moyennes marques pro d’avoir accès à des clients directement partout dans le monde sans passer par les boutiques et grossistes (qui prennent toutes les marges), et d’avoir une renommée internationale. J’ai convaincu ma co-fondatrice Avid Larizadeh de me rejoindre (ex-eBay, Accel Partners) et voilà!

kiyan and avid 2013 web

FW: Quel est le business model ?

Nous sommes une place de marché, et curons les marques qui figurent sur Boticca, donc nous n’achetons pas d’inventaires et nous ne gérons pas la logistique et l’envoi. Nous prenons une commission sur chaque vente.

FW: Qui sont vos compétiteurs?

Nous n’avons pas un concurrent direct qui fait exactement ce que nous faisons: c’est à dire, 100% accessoires, place de marché et globale (le mois dernier, nos marques ont envoyé leurs produits vers 90 pays différents). Par contre, nous avons des concurrents pour le portefeuille de nos clientes comme Net-A-Porter, Yoox, ShopBop et Style Bop etc. Nous nous démarquons de par notre focus 100% accessoires.

FW: A qui vous compare-t-on par erreur?

Etsy… Boticca n’est justement pas un site avec des artisans ou des amateurs. Toutes nos marques sont professionnelles avec des vrais équipes derrière elles qui ont pour objectif de devenir des grandes marques.

FW: Quelle a été  l’une des premières problématiques dans votre développement, et comment y avez-vous fait face?

Notre plus grande problématique après notre lancement était de trouver une formule d’acquisition client qui était rentable – ce qui est d’autant plus difficile quand vous ne vendez pas des produits banalisés qui se retrouvent sur 10 sites différents (donc pas de Google Adwords pour nous). Nous avons testé tous les canaux possibles et finalement, nous avons cerné notre formule à la fin de l’année dernière: l’activation de membres à travers un programme d’email targeting très analytique et personnalisé.

FW: Sur ce marché, quel est votre principal atout?

Notre business model, la formule d’acquisition client rentable et le fait que la société est internationale depuis le 1er jour.

FW: Quel est le meilleur conseil que l’on vous ai donné et par qui?

« Je prends de l’avance en prenant du recul, car prendre du recul, c’est prendre de l’élan » MC Solaar :-)

FW: Qui est la personnalité que vous admirez le plus?

Mes parents. Ils m’ont toujours soutenu bien que je n’aie pas toujours pris la voie traditionnelle (surtout pour quelqu’un d’origine iranienne!).

[tabs]

[tab title= »Les chiffres de Boticca »]

[/tab]

[/tabs]

– Date de création: Octobre 2010 (lancement au grand public), Boticca.fr lancé aujourd’hui

– Nombre de clients: 500,000 membres

– Panier moyen de 130 euros

– Commission de 35%

– Coût d’acquisition 4x inférieur a la lifetime value du client sur 2 ans

– 50% des chiffres en Europe, 30% en Amerique du Nord et 20% en Australie, Asie et Moyen-Orient

– Fondateurs: Kiyan Foroughi (CEO / PDG) et Avid Larizadeh (COO / Directrice des Operations)

– Investisseurs: ISAI (Jean-David Chamboredon, Olivier Mathiot de Priceminister et Stephane Treppoz de Sarenza sont au Board), MMC Ventures (Royaume-Uni), Digital Garage (Japon), et d’autres business angels

– Nombre de salariés: 20 (tous basés à Londres)

– Chiffres d’affaires: Non communiqué

 

Tags
Microsoft Experiences les 3 et 4 octobre 2017

Marion Moreau

Pour contacter la rédaction: cliquez ici Devenez "la start-up de la semaine" : faites-vous connaitre! Ajoutez un événement à notre agenda: cliquez ici

Sur le même sujet

40 thoughts on “La start-up du jour: Boticca, l’e-shop des créateurs de bijoux, rachète l’Atelier de la Mode et se lance en France”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Share This