ActualitéFinTechStartup du jour

La start-up du jour : Fx4biz veut diminuer les coûts de transaction en devises étrangères

La société a profité d’une directive européenne de 2009 qui mettait fin au monopole des banques…

  • L’entreprise de demain
Chaque jour, Frenchweb met en avant une jeune entreprise en croissance pour découvrir sa stratégie et ses objectifs de développement.

Vous avez fondé une société en croissance?  Faites vous connaître!

Frenchweb vous propose aujourd’hui de découvrir Fx4biz, une start-up qui aide les entreprises à gérer leurs opérations en devises étrangères. Plus de détails avec Nicolas Charbonnier, le fondateur. 

Frenchweb : Comment avez-vous eu l’idée de votre société ?

nicolas-charbonnier-fx4biz

Nicolas Charbonnier : Nous avons toujours évolué professionnellement dans le monde du change et nous avons constaté que l’offre des banques en matière de gestion des opérations de change et des paiements en devises étrangères était généralement complexe et très chère. Nous avons donc profité de la directive européenne de 2009 qui a enlevé le monopole des banques sur ces activités pour lancer FX4Biz.

A quel besoin apportez-vous une réponse ?

Notre mission est de simplifier et de faciliter les échanges internationaux et les flux de paiement en devises étrangères, par la centralisation des services de change, de paiement et de couverture du risque de change et la baisse des frais liés à ces opérations.

En analysant rapidement l’ensemble des problèmes que rencontrent les entreprises avec leur banque lorsqu’il s’agit de réaliser des paiements en devises étrangères, on comprend vite que nous répondons à un gap énorme dans l’offre de services qui existe aujourd’hui dans ce secteur.

Très simplement, comment gagnez-vous de l’argent ?

L’agrégation des volumes de change qui transitent via notre plateforme nous permet d’obtenir des conditions avec nos partenaires bancaires qu’aucune autre société ne pourrait obtenir en direct. De cette façon, nous sommes capables de proposer à nos clients des cours de change très compétitifs tout en conservant une marge commerciale sur les opérations de change et les paiements que nous réalisons pour le compte de nos clients.

Qui sont vos compétiteurs ?

Nos concurrents sont principalement des banques. Il faut savoir que 99% des entreprises passent encore par leur banque traditionnelle pour la réalisation de leurs opérations de change et la gestion de leurs paiements en devises étrangères. Mais cela est surtout dû à une méconnaissance de l’existence de services tels que les nôtres que par satisfaction des services offerts par les banques.

Nous avons aussi quelques concurrents proposant des services similaires aux nôtres mais ils sont tous basés au Royaume-Uni.

A quoi ou à quelles sociétés vous compare-t-on par erreur ?

Nous sommes parfois assimilés à une banque car le statut d’établissement de paiement est encore mal connu… Mais je vous assure, même si nous apportons les mêmes garanties quant à la sécurité des transactions de nos clients, nous n’avons rien d’une banque dans notre fonctionnement au quotidien et dans la politique de services et de tarifs que nous appliquons.

Nicolas-CharbonnierQuelle a été l’une des premières problématiques dans votre développement, et comment y avez-vous fait face ?

Les principales difficultés à surmonter ont été l’obtention de notre agrément d’établissement de paiement et le challenge technique que représentait le développement de la plateforme étant donné que nous sommes partis d’une feuille blanche. Aujourd’hui notre plus grand défi est d’asseoir notre notoriété sur une activité financière où la confiance dans l’intermédiaire est primordiale.

Sur ce marché, quel est votre principal atout ?

Notre principal atout est notre technologie et nous avons d’ailleurs passés plus de deux ans à développer notre plateforme. Aujourd’hui, cette interface nous permet d’offrir à nos clients des services d’une grande simplicité d’utilisation et d’automatiser l’intégralité des processus de transactions pour offrir des prix les plus avantageux possibles.

Nous sommes également capables de fournir cette technologie à des banques, brokers ou autres établissements financiers en l’adaptant intégralement à leur charte graphique, de manière à ce qu’ils disposent en moins de trois mois d’une offre équivalente à la nôtre. Nous pensons que ce modèle de développement en white label (en marque blanche, ndlr) est un réel avantage.

Quel est le meilleur conseil que l’on vous ait donné et par qui ? 

Qu’il faut toujours semer de petites graines…

Quelle est la personnalité qui vous inspire ?

Il n’y a pas une personnalité en particulier, je suis inspiré par toute personne qui essaie de faire bouger les cadres établis par une approche intelligente et disruptive.

Fondateur: Pierre-Antoine Dusoulier et Nicolas Charbonnier

Investisseurs: fondateurs

Date de création: octobre 2012

Nombre de salariés: 8

Chiffres d’affaires: 1 million d’euros prévu sur 2014

Société basée à : Bruxelles

Crédit photo: Fotolia, banque d’images, vecteurs et videos libres de droits

 

Olivier Harmant

Pour contacter la rédaction: cliquez ici Devenez "la start-up de la semaine" : faites-vous connaitre! Ajoutez un événement à notre agenda: cliquez ici
La start-up du jour : Fx4biz veut diminuer les coûts de transaction en devises étrangères
Ce qu’il faut savoir sur Instabase, nouvelle licorne américaine
RH: la startup Elevo lève 1 million d’euros pour sa plateforme de suivi des collaborateurs
[DECODE] La grande distribution française et les GAFA, un pacte avec le diable ?
Weeby, SynLab, CCMSA : focus sur les offres d’emploi du jour
La Libra n’est « pas la bienvenue en Europe »
Orange vend sa filiale en difficulté au Niger
Copy link