ActualitéStart Me UpStartup du jour

La start-up du jour : Kireego

Chaque jour, FrenchWeb met en avant une nouvelle startup, et en sélectionne une chaque semaine, pour être la startup de la semaine dans l’émission de l’atelier BNP Paribas sur BFM Radio. Vous êtes le fondateur d’une startup de moins de 2 ans, dont nous n’avons jamais parlé? Faites vous connaitre!

Christophe Lukundula a longtemps travaillé à l’étranger, pour une société américaine spécialisée dans la mise en place de programmes de CRM et de fidélisation pour les chaînes d’hôtels.

De retour en France, il crée en 2012 Kireego, une solution (BaaS/Saas) CRM pour commerçants, leur permettant d’interagir entre eux et avec les clients. Il a répondu aux questions de Frenchweb.

Comment avez-vous eu l’idée de votre société?

Christophe Lukundula : Longtemps, j’ai refusé à de petits ou moyens commerces la mise en place des programmes CRM que je faisais pour d’autres, car ils n’avaient souvent pas les moyens, ou parce que je les trouvais trop complexes pour eux. Le développement des smartphones et l’adoption des solutions SaaS ont permis d’imaginer une solution qui a enfin du sens pour eux.

A quel besoin/problème apportez-vous une réponse?

Christophe Lukundula : En tout premier lieu, au besoin de simplicité, de transparence et d’immédiateté. Puis au coeur de notre solution, repose le principe de « partenariat sélectif », qui permet à des commerces de sélectionner d’autres commerces pour faire des partenariats 1to1 qui ont du sens, et partager clients ou prospects.

Pour leurs clients, l’application mobile (iOS/Android) permet de rester totalement anonymes et d’échanger des points entre eux.

Comment gagnez-vous de l’argent?

Christophe Lukundula : En complément de l’offre Freemium, comprenant la création des partenariats et la mise en place d’un système de fidélisation mobile, une série d’outils optionnels sont proposés aux commerces pour mieux interagir avec les clients ou prospects (promotion croisée, ultra ciblée, upsell, sondages…).

De plus, notre fonctionnalité de « Partenariat Corporate », que nous déployons en ce moment chez un gros employeur suisse, va permettre aux commerces de se connecter à ces « grands comptes » (ou à des hôtels) pour attirer leurs employés ou leurs clients, en contre-partie d’une commission sur le coût de cette mise en place.

Qui sont vos compétiteurs ?

Christophe Lukundula : Il n’existe pas de solution offrant la possibilité à des commerces de tous types de se connecter entre eux à travers des outils de gestion de relation clients. Par contre, il existe de nombreuses sociétés qui ne se spécialisent que dans un des outils que nous proposons.

A quoi ou quelles sociétés vous compare-t-on par erreur ?

Christophe Lukundula : Compte tenu de certain des outils que nous mettons à disposition des commerces dans l’offre Freemium, un de nos plus grands challenges est de ne pas être résumé à une simple solution de fidélisation mobile.

Quelles ont été les périodes les plus sensibles dans votre développement?

Christophe Lukundula : Nous avions décidé de faire participer un certain nombre de commerçants et associations de commerçants tout au long de notre processus de développement technique, en leur présentant étape par étape les nouvelles fonctionnalités. Du coup, pour répondre à certaines de leurs nombreuses suggestions, nous avons finalement pris du retard dans notre première version « Beta » qui était attendue par des clients et que nous voulions pouvoir lancer officiellement lors de notre sélection en tant que « finaliste du London Websummit 2013 ».

Comment y avez-vous fait face?
Christophe Lukundula : Mon associé et moi savions dès le début qu’il faudrait sans doute affronter des situations pareilles, et nous avions donc prévu cette possibilité en terme de gestion de trésorerie et de projet. De plus, le retour positif des commerces « consultants » nous encourageaient à faire face. Sans oublier l’appui de nos investisseurs de départ.

Quel est votre principal atout?

Christophe Lukundula : La simplicité et la flexibilité de nos solutions ne nécessitant aucune installation technique pour un commerçant et sa mise en place en 5 minutes sans risque ni coûts. Et puis l’aspect unique et puissant des « Partenariats Sélectifs » qui ouvrent un champ d’opportunités de développement commercial.

Quel est le meilleur conseil que l’on vous ait donné et par qui?

Christophe Lukundula : « Appelle Max, il veut en savoir plus sur ton projet ! » par un ami commun de mon associé (ledit Max) à qui j’avais dit, en décembre 2011, que je souhaitais trouver un partenaire pour me lancer dans cette aventure.

Qui est la personnalité que vous admirez le plus et pourquoi?

Christophe Lukundula : Mise à part mon épouse, en ce moment je dois avouer que mon admiration se porte principalement sur mon associé, car il a une capacité de travail hors du commun, et des qualités et (rares) défauts totalement complémentaires aux miens.

    • Fondateurs : Christophe Lukundula – Massimiliano Rabbi
    • Création : 27 juillet 2012
    • Montant de financement : 200k€
    • Investisseurs : les cofondateurs + 3 business angels (dirigeants de grandes sociétés en Europe)
    • Nombre de salariés : 3
    • Chiffre d’affaires : Non communiqué
    • Site internet : www.kireego.com

Tags

La rédaction

Pour contacter la rédaction, cliquez ici / Devenez "la start-up de la semaine" : faites vous connaitre! / Ajoutez un événement à notre agenda: cliquez ici
La start-up du jour : Kireego
FinTech : Qwil lève 24,4 millions de dollars pour accorder des prêts aux freelances et aux petites entreprises
Recrutement international: le Lillois Cooptalis lève 14 millions d’euros pour financer son expansion
Yubo, le réseau social pour les adolescents, lève 11 millions d’euros
Pourquoi la voiture autonome se fait toujours attendre
[DECODE] Sephora, la locomotive de LVMH dans la BeautyTech
[DECODE Retail] Ils font le digital chez Sephora
Copy link