ActualitéServicesStartup du jourTech

La startup du jour : GenMyModel, un environnement simplifié pour développer en SaaS

[startupjour0]
  • L’entreprise de demain
Chaque jour, Frenchweb met en avant une jeune entreprise en croissance pour découvrir sa stratégie et ses objectifs de développement.

Vous avez fondé une société en croissance?  Faites vous connaître!

Frenchweb vous propose de découvrir aujourd’hui Axellience, une startup basée à Lille, à Euratechnologies [en savoir plus avec le FrenchWeb Tour Lille 2013, ndlr], qui édite GenMyModel, un « environnement de conception et de production de logiciels en mode SaaS qui s’adresse aux développeurs informatiques et aux architectes IT ».

Plus de détails avec Alexis Muller, Thomas Legrand et Stéphane Deveaux, les trois co-fondateurs d’Axellience.

 

Frenchweb : Comment avez-vous eu l’idée de votre société ?

axellience-team

Alexis Muller, Thomas Legrand et Stéphane Deveaux : Nous sommes en 2010, dans les laboratoires de recherche d’INRIA-Nord Europe et travaillons sur des technologies d’accélération du développement logiciel à partir de modèles de conception. Les travaux sont fructueux et des avancées importantes sont réalisées au sein de l’équipe de recherche.

Lorsque j’évoque ces résultats avec des proches qui travaillent en SSII (Société de services en ingénierie informatique, ndlr), je me rends vite compte qu’il y a une opportunité. C’est à partir de là que nous avons commencé à travailler sur le projet. Après une période d’étude au sein d’INRIA, nous choisissons de rejoindre Euratechnologies, le pôle lillois dédié au numérique en 2011.

A quel besoin apportez-vous une réponse ?

Pour concevoir des logiciels, les développeurs ont besoin d’outils de modélisation qui supportent les langages les plus courants (UML par exemple). Le marché propose aujourd’hui des solutions desktop très puissantes technologiquement, mais elles sont, le plus souvent, réservées à des experts. Il y a clairement une attente pour des outils plus simples, plus collaboratifs (permettant le travail en équipe), plus adaptés aux méthodes agiles de développement.

Avec le mode SaaS, il y a une “nouvelle donne” dans la boite à outils du développeur, il n’y a qu’à regarder les succès récents de GitHub, Codenvy ou cloud9. Seuls les outils de modélisation UML n’avaient pas encore fait leur révolution. C’est maintenant chose faite avec GenMyModel, le premier outil de modélisation collaboratif en mode SaaS qui a déjà convaincu plus de 20.000 développeurs en quelques mois seulement.

Très simplement, comment gagnez-vous de l’argent ?

Nous proposons actuellement une version beta et entièrement gratuite du logiciel. Dans le courant de l’année 2014, nous basculerons en mode commercial. Le business model sera celui de la vente d’abonnements mensuels. Les prix pourront varier de quelques euros par mois et par utilisateur à plus de 100 euros par mois pour les formules les plus complètes.

genmymodel-screenshot

Qui sont vos compétiteurs?

Il existe des initiatives proches qui émergent en Tchéquie et en Corée du Sud mais pour l’instant, GenMyModel n’a pas d’équivalent en mode SaaS. Nos compétiteurs sont donc les outils desktop traditionnels jusqu’à présent utilisés dans les équipes de développement. Ils sont portés par de grandes compagnies comme IBM, Embarcadero, Sybase (SAP)…

A quoi ou à quelles sociétés vous compare-t-on par erreur ?

Nous sommes parfois comparés à des outils de dessin en ligne comme Lucidchart, Gliffy ou encore Cacoo qui proposent de dessiner des diagrammes en mode web. Mais il y a une grande différence avec ce que nous proposons car un dessin – par définition totalement libre – ne peut être équivalent à un modèle de conception dont la validité et la conformité au langage est toujours assurée. GenMyModel permet de réaliser de vrais modèles utilisés en architecture logicielle, ce n’est pas un outil de dessin .

Quelle a été l’une des premières problématiques dans votre développement, et comment y avez-vous fait face ?

Entre le point de départ – une technologie issue d’un laboratoire de recherche – et l’objectif – un produit potentiellement destiné à être diffusé à 20 millions de développeurs dans le monde -, il y avait une distance à parcourir. Cette distance, il fallait trouver les moyens de la financer. Le financement de notre R&D et le lancement de la beta publique a été un sujet essentiel. Nous avons choisi de rechercher des financements externes et de limiter le plus possible la vente de prestations sans rapport direct avec notre projet R&D.

Les fonds que nous avons obtenus sont issus de prêts d’honneur, du concours national du ministère de la Recherche (nous sommes lauréats en 2011 et en 2012), d’un prêt bancaire et de diverses aides et subventions (Région, BPI). Nous sommes actuellement sur le point de finaliser une première levée de fonds auprès d’investisseurs.

Sur ce marché, quel est votre principal atout ?

Avec GenMyModel, nous sommes les premiers à changer la donne sur un marché qui avait finalement assez peu bougé depuis 2007. Incontestablement, il y a un grand avantage à arriver le premier dans ce cas de figure car nous avons l’opportunité de devenir une référence nouvelle.

Quel est le meilleur conseil que l’on vous ait donné et par qui ?

Le plus vite possible, mettre notre logiciel “dans les mains des utilisateurs” et dialoguer avec eux. C’est la meilleure façon d’éviter de développer un super outil technologique que personne n’utilisera.

FW : Quelle est la personnalité que vous admirez le plus ?

Pour sa capacité à innover et à entrainer, Elon Musk, le co-fondateur de Paypal et Tesla Motors. Il porte aussi des projets très ambitieux et à très longs termes comme Hyperloop et SpaceX.

Fondateurs: Alexis Muller, Thomas Legrand, Stéphane Deveaux

Investisseurs: entrée prévue en 2014

Date de création: 2012

Nombre de salariés: 6

Société basée à : Lille, Euratechnologies

[startupjour1]

Olivier Harmant

Journaliste chez FrenchWeb - DECODE.MEDIAPour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.
La startup du jour : GenMyModel, un environnement simplifié pour développer en SaaS
IA: une startup lyonnaise dévoile un portique repérant les défauts des voitures en quelques secondes
Comment repenser les ressources humaines avec la relance et le numérique?
EdTech: Byju’s lève 300 millions de dollars auprès de BlackRock, Sands Capital et Alkeon Capital
Comment générer des recommandations sur Internet pour trouver de nouveaux clients?
Comet Meetings réalise un tour de table de 30 millions d’euros mené par la BPI et Pierre Kosciusko-Morizet
DECODE Retail: 3 conférences organisées avec Odile Roujol et Laurence Faguer
Copy link