ActualitéRetail & eCommerceServicesStartup du jour

La startup du jour : SOrewards, une plateforme multi-récompenses de 5 millions de cadeaux

[startupjour0]

Fondée en 2010, la startup parisienne a été lauréate 2013 du Réseau Entreprendre Paris

  • L’entreprise de demain
Chaque jour, Frenchweb met en avant une jeune entreprise en croissance pour découvrir sa stratégie et ses objectifs de développement.

Vous avez fondé une société en croissance?  Faites vous connaître!

Frenchweb vous propose aujourd’hui dé découvrir SOrewards, une startup parisienne qui offre une solution de chèques-coffrets cadeaux, de programmes à points et de clubs de réductions de façon dématérialisée. Elle gère toutes les mécaniques de récompenses BtoB et BtoC.

Plus de détails avec Laurent Pioche, le fondateur.

 

FW : Comment avez-vous eu l’idée de votre société ?

laurent_pioche

Laurent Pioche : Nous avons eu l’idée de créer Peoplestay et la plateforme multi-récompenses SOrewards lorsque nous étions à la direction marketing de grands groupes. Alors que nous disposions des meilleurs outils du moment, les programmes de fidélisation ou de motivation que nous mettions en œuvre se heurtaient toujours aux mêmes contraintes :

  • en termes de personnalisation, de coûts de distribution des cadeaux, et de traçabilité des transactions pour les sociétés clientes ;
  • en termes de choix des cadeaux (restreint), de prix (souvent 30% plus élevés) et de satisfaction pour leurs bénéficiaires (faible ou non prise en compte).

 

Parce que nous étions convaincus qu’il était possible de résoudre l’ensemble de ces problèmes, nous avons fondé Peoplestay.

FW :  A quel besoin apportez-vous une réponse ?

Après deux ans de recherche et développement , nous avons lancé SOrewards la première plateforme multi-récompenses en partenariat avec les 50 plus grands e-commerçants. Dans un marché de la récompense, où  2 milliards d’euros de chèques cadeaux sont émis – mais dont aucun n’est valable sur Internet – et 500 millions d’euros de points circulent – mais ne proposent que des catalogues de 1 500 produits maximum -, SOrewards offre un panel de 5 millions de cadeaux, aux meilleurs prix, avec la qualité de services de plus grands e-commerçants. Ceci quel que soit le système de récompenses choisi par nos clients : SOmiles pour les programmes à points, SOcadeau pour les chèques et coffrets cadeaux dématérialisés et SOprivilege pour les clubs de réductions exclusives.

Aux sociétés clientes, nous apportons des niveaux de personnalisation et de traçabilité inédits. A leurs bénéficiaires, le plus grand choix et les meilleurs prix.

FW : Très simplement, comment gagnez-vous de l’argent ?

Nous facturons à des entreprises, des comités d’entreprise et des agences marketing la création de leur galerie cadeaux personnalisée (à laquelle se connectent leurs bénéficiaires), et l’animation opérationnelle du programme de fidélisation ou de motivation.

Nous sommes également rémunérés par les sites partenaires sur les achats réalisés sur leur site via notre plateforme SOrewards.

FW :  Qui sont vos compétiteurs ?

Les acteurs traditionnels B2B du chèque cadeau (Cadhoc, Kadeos, Tir Groupé…), des coffrets cadeau (Wonderbox, Smartbox…), des programmes à points (Maximiles, S’Miles…) et les offres destinées aux CE (Kalidea, ProwebCE…).

FW :  Quelle a été l’une des premières problématiques dans votre développement, et comment y avez-vous fait face ?

Nous avons conçu une plateforme qui a trop de possibilités. Cela à l’air positif à priori, mais il nous a fallu près d’un an avant de comprendre qu’en présentant tout ce que pouvait faire SOrewards, nous présentions davantage un problème à notre prospect qu’une solution.

Il nous a donc fallu mettre notre fierté de coté et comprendre qu’elles étaient les attentes de nos interlocuteurs afin de déterminer une solution qui réponde  à leurs besoins. En clair, comme beaucoup de start-up B2B, nous confondions la présentation de notre offre avec celle de notre produit.

FW : Sur ce marché, quel est votre principal atout ?

Pour nous, tout part de la satisfaction du bénéficiaire. Et pour cela nous avons un indicateur incontournable qui est le taux d’utilisation de nos récompenses. Pour notre client Humanis par exemple, nos SOmiles ont été utilisés à 91,8%. C’est à notre connaissance, le meilleur taux atteint par un programme à points.

FW : Quel est le meilleur conseil que l’on vous ait donné et par qui ?

« Un contrat n’est jamais signé que lorsque l’argent est arrivé sur ton compte ». Comme une ironie, ce conseil de bon sens m’a été donné par une personne qui me doit pas mal d’argent depuis quelques années…

FW : Qui est la personnalité que vous admirez le plus ?

Même si son entreprise est moins prédominante aujourd’hui, c’est Bill Gates. Rarement un individu aura eu autant d’influence sur le devenir des hommes. A la fois pour ce qui tient de la modernisation du monde, mais aussi parce que sa fondation est aujourd’hui le 1er donateur en faveur du tiers-monde.

Fondateur : Laurent Pioche, Ludovic Maugenest et Erlend du Réau

Investisseurs : SIRS Business Angels, Club  Invest 77, Oséo (dont Peoplestay a reçu le label FCPI « entreprise innovante ») et le Réseau Entreprendre Paris (dont elle est lauréate 2013)

Date de création : 2010 – lancement de la version béta de SOrewards en 2012

Nombre de salariés : 12

Chiffres d’affaires : NC

Société basée à : Paris XVIème

[startupjour1]

Olivier Harmant

Journaliste chez FrenchWeb - DECODE.MEDIAPour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.
La startup du jour : SOrewards, une plateforme multi-récompenses de 5 millions de cadeaux
Le téléchargement de TikTok et WeChat interdit dès dimanche aux États-Unis
PayFit : une politique de télétravail faite de confiance et de mobilité géographique
Jeux vidéo: pourquoi l’avenir des consoles reste incertain
Apple poursuit sa conquête du marché indien avec l’ouverture de son premier magasin en ligne
Glwadys Le Moulnier : « La classe sociale détermine la difficulté avec laquelle on peut entreprendre »
Coronavirus, racisme, élections: comment Facebook veut calmer les échanges entre ses employés
Copy link