AcquisitionActualitéInvestissementsRetail & eCommerce

La startup Wynd fait l’acquisition de Symag filiale du groupe BNP PARIBAS

La période n’est pas à l’immobilisme pour de nombreuses startups qui accélèrent leurs croissances et renforcent leurs positions sur leurs marchés. L’acquisition de Symag, filiale du groupe BNP PARIBAS par l’une des pépites du Next40, Wynd marque un tournant dans la relation grands groupes / Startups

Fournisseur de solutions à destination des retailers, dans les domaines de l’encaissement, la fidélisation, et de la promotion et des services aux points de vente, Symag est un acteur de poids avec un chiffre d’affaires en 2020 de près de 25 millions d’euros de chiffres d’affaires auprès de client tels que Carrefour, FNAC Darty, ou encore Galeries Lafayette. La filiale du groupe BNP PARIBAS emploie environ 200 collaborateurs 

Fondé en 2013 par Arthur PerticozIsmael Ould, la startup du NEXT40, ne cesse de se développer à grande vitesse. Après avoir démarré ses activité en proposant une solution de gestion de commandes pour des restaurants. La société a élargi son offre et propose une plateforme omnicanal qui permet de gérer l’encaissement, l’orchestration et la préparation de commandes de manière unifiée.

Wynd a reçu depuis sa création plus de 112 millions d’euros de financement auprès d’investisseurs tels qu’Alven Capital, Sodexo, Orange Digital Ventures, Natixis, Sofina ou encore BNF Capital.

Sur un marché évalué à plus de 100 milliards de dollars, Wynd entre en concurrence avec les outils de plusieurs poids lourds américains tels qu’Oracle ou NCR.

La rédaction

Pour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.
Bouton retour en haut de la page
La startup Wynd fait l’acquisition de Symag filiale du groupe BNP PARIBAS
RGPD: Amazon fait appel de son amende de 746 millions d’euros en Europe
NFT: avec « Sotheby’s Metaverse », la célèbre maison de vente aux enchères s’installe durablement dans le secteur
OVHcloud: le champion français entre en Bourse pour une valorisation à 3,5 milliards d’euros
FinTech : PaySika, une néobanque à la conquête de l’Afrique francophone
Pourquoi Microsoft va-t-il fermer LinkedIn en Chine?
Cyberattaque: face aux rançongiciels, les acteurs de la cybersécurité veulent contre-attaquer