A la uneActualitéEuropeParisTransport

L’application Paris Taxis prend la route du flop

Elle devait être la réponse commerciale des taxis parisiens à l'offre des VTC. Mais force est de constater qu'à la veille d'une grève nationale organisée par les taxis pour protester contre cette nouvelle concurrence, l'application «Paris Taxis», développée par la Mairie de Paris, n'a pas pu calmer le jeu. Pire, la promesse de «trouver en un clic un taxi près de chez vous en utilisant la version web app», se révèle être un flop, tant du côté de l'offre (les taxis), que de la demande (les clients).

Lancée en octobre 2014 par la Ville et éditée par «l'agence de la mobilité», l'application devait d'abord séduire les 18 000 taxis parisiens (chiffre donné par la mairie et 17 770 selon la Préfecture). Elle devait ainsi leur permettre de connaître en temps réel les besoins des stations de taxis, afin, en théorie, de s'y rendre au plus vite pour répondre à la demande. A terme, il s'agit de supprimer la borne traditionnelle pour la remplacer par l'application.

Mais rapidement, l'application montre ses faiblesses pour les chauffeurs de taxis. Si un peu plus de 63% des chauffeurs de taxis parisiens l'aurait téléchargé, trois mois après son lancement, selon la Ville, elle peinait à rentrer dans les usages. « Il n’y a aucun collègue qui m’ait dit avoir pris une course par cette application», racontait il y a un an à Frenchweb Stéphane, un chauffeur.

Loin du «Top 10 dans l'App Store»

Les 5000 telechagements de cette application ce sont que des chauffeurs taxi! on trouve le même nombre de telechargements pour l'application PRO (ya pas de clients où sinon il leurs faut une formation d'une semaine pour la comprendre . moi même chauffeur de taxi j'ai telechargé les deux pour les tester entant que client et chauffeur de taxi. Résultat nul nul et nul !!! Pourquoi pas faire une application comme celle des vtc? Ou vous voulez vraiment notre mort !!!», écrit dans le Google Store en janvier 2016 un usager sous le nom «collègues taxis»

Sur la «map» de l'application, censée rivaliser avec la géolocalisation proposée par les VTC, les usagers doivent passer par trois étapes : «1. Je saisis mon lieu de rendez-vous. 2. Je sélectionne une station. 3. Je commande un taxi.» Une procédure qui fait plafonner l'application à une note de 2,3 étoiles (sur 75 votants dans le Google Play), et une note de 1,7 pour la partie «pro». Sur l'App store, c'est guère mieux, avec 49 votes et une note à 1 étoile et demi.

«L’application Paris Taxis va éduquer au sens large le grand public à la commande en ligne (…) surtout si l’application se retrouve dans le Top 10 de l’AppStore, victime de son succès !», prédisait même à Frenchweb, bon joueur, Yann Hascoet le cofondateur et CEO de Chauffeur-privé. Or, si l'application de Paris s'annonce encore en développement début 2016, c'est encore loin d'être le cas.

Pour rappel, l'application est exclusivement réservée aux chauffeurs qui disposent d'une licence et n'est donc pas ouverte à d'autres opérateurs. A l'inverse, pour calmer la fronde, le VTC Uber a fait savoir la semaine dernière qu'il était prêt à ouvrir l'application aux chauffeurs de taxis.

De son côté, la Mairie de Paris ne s'avoue pas vaincue sur ce nouveau marché. En mars 2015, elle lançait un nouvel appel d'offres pour «le développement de services de véhicules partagés à Paris». Objectif: libérer «200 places sur la voirie» afin de rendre visibles ces nouvelles solutions développées par le service public.

 

Lire aussi: La Mairie de Paris soutient la cause des taxis face à la concurrence des VTC
 

Paris Taxis, l’app de la Mairie de Paris: « ça ne marche pas, donc j’ai laissé tomber », Stéphane, artisan taxi

Microsoft Experiences les 3 et 4 octobre 2017

Jeanne Dussueil

Pour contacter la rédaction: cliquez ici Devenez "la start-up de la semaine" : faites-vous connaitre! Ajoutez un événement à notre agenda: cliquez ici

Sur le même sujet

4 thoughts on “L’application Paris Taxis prend la route du flop”

  1. Je pensais que les compagnies de taxi allaient innover avec l’interdiction d’UberPop ? Ah bah non.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Share This