ActualitéBusinessEuropeTech

Le gendarme français de la sécurité informatique craint une succession de cyberattaques surprises

Avec l'AFP

Le directeur de l’Anssi, le gendarme français de la sécurité informatique, Guillaume Poupard, redoute une « succession d’attaques massives surprises« , estimant que tous les éléments techniques sont réunis pour un « cyber-Pearl Harbor ». « Nous redoutons et souhaitons éviter une succession d’attaques massives surprises. Tous les éléments techniques sont disponibles, il ne reste plus qu’avoir la volonté et d’allumer la première mèche», s’inquiète le directeur de l’Agence nationale de sécurité des systèmes informatiques, dans un entretien au Parisien, vendredi soir.

« Des attaques d’acteurs étatiques »

M. Poupard met en garde contre deux menaces, « le vol de renseignements » et le « sabotage ». « Le contexte géopolitique se dégradant, certains pays auront peut-être un jour la tentation de s’en prendre à nous avec des cyberattaques« , prévient-il. Le patron de l’Anssi explique avoir « détecté des attaques d’acteurs étatiques, privés ou terroristes qui ne visent pas encore à détruire mais à s’installer et surtout à étudier les systèmes informatiques » dans trois secteurs importants: « l’énergie, les télécoms et les transports« . « Il faut par exemple anticiper les attentats terroristes qui impliqueraient dans 10 ans un avion dont le système a été piraté« , poursuit-il.

Le gouvernement français a par ailleurs annoncé vendredi son intention de renforcer « la sécurité des réseaux mobiles » pour prévenir toute tentative d’espionnage ou de sabotage sur la prochaine génération mobile 5G. Cette proposition intervient dans un contexte de méfiance à l’égard du numéro un mondial des équipementiers, le chinois Huawei, et de craintes quant à un possible usage de ses équipements par les services de renseignements chinois, exprimées notamment par les Etats-Unis.

Plus d'infos

La rédaction

Pour contacter la rédaction, cliquez ici / Devenez "la start-up de la semaine" : faites vous connaitre! / Ajoutez un événement à notre agenda: cliquez ici

Sur le même sujet

2 commentaires

  1. La première cyber menace vient de ceux qui disposent des moyens de gagner la guerre dans le cyber-espace. C’est exactement la mission du cyber command américain, qui depuis le Joint Task Force-Computer Network Defense (1998) n’a pas cessé de monter en puissance jusqu’au niveau actuel du Cyber Comand. Avec un effectif de 5000 actuellement et progressant jusqu’à 6200.(https://www.cybercom.mil/About/History/), et un budget de $647 millions (2017) nos amis US devraient réussir leur montée en puissance….. contre qui ? certainement pas l’ISIS que le Pentagone sponsorise.

    L’ANSSI , avec un budget de €80 millions (2014) et un effectif de 567 (2017). Si l’on compare des indicateurs tels que population et budget cyber , on voit que les USA sont 5 fois plus nombreux que les Français (325 vs 65 millions) et ont un budget 8 fois plus important, et des effectifs 10 fois plus nombreux. Mais je vous le concède, ceci n’est qu’une petite goutte des $52,6 milliards du budget des 17 agences de renseignement, et « peanut » au regard des 750 milliards du budget de la défense US.

    Mon Dieu, protégez moi de mes amis. Quant à mes ennemis, je m’en charge.

Share This