ActualitéTech

Les ventes informatiques ont chuté de 8,3% au dernier trimestre en France

Le marché des smartphones a tendance a se polariser entre l’entrée de gamme et le haut de gamme.

Les ventes de produits électroniques ne sont pas au beau fixe en France si l’on en croît la dernière étude du cabinet GfK sur le sujet qui fait état d’une chute de 12% au quatrième trimestre de l’année passée, à 1,498 milliard d’euros de chiffre d’affaires par rapport à la même période un an plus tôt. L’une des causes principales : la dégringolade des ventes de télévisions (-15% en moyenne sur les trois premiers trimestres) qui semblent toutefois amorcer une phase de stabilisation au dernier trimestre (-7,7%).

Si la palme de la baisse la plus importante revient aux produits photo (-21,4%), l’informatique fait également grise mine avec une contraction de 8,3% à 7,5 milliards d’euros. Sans surprise, le déclin des ordinateurs portables (-19 %) s’est exercé au profit des tablettes (+12 %).

Le secteur des télécoms a quant à lui quasi-stagné (-1%) mais le marché des smartphones se « polarise », selon le cabinet, entre les combinés entrée de gamme inférieur à 200 euros, souvent achetés par les consommateurs qui souscrivent à un abonnement sans engagement, et le segment haut de gamme « qui s’articule autour de quelques produits phares ».

Crédit photo: Fotolia, banque d’images, vecteurs et videos libres de droits

Olivier Harmant

Journaliste chez FrenchWeb - DECODE.MEDIAPour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.
Bouton retour en haut de la page
Les ventes informatiques ont chuté de 8,3% au dernier trimestre en France
Par sécurité, Joe Biden devra-t-il renoncer à son vélo interactif Peloton?
loon
Alphabet décide d’en finir avec Loon, son projet d’accès Internet par ballons
Animal Crossing, Among Us, FIFA… : retour sur ces jeux vidéo dopés par la pandémie
Facebook: le conseil des sages va décider si Donald Trump peut revenir sur le réseau
parler
Justice: Amazon ne sera pas contraint d’héberger le réseau social Parler
Instacart se sépare de 1 900 employés dont 10 travailleurs syndiqués